L.H.O.O.Q.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis L.H.O.O.Q)
Aller à : navigation, rechercher

L.H.O.O.Q. est une œuvre d'art de 1919 de Marcel Duchamp, parodiant La Joconde de Léonard de Vinci. Son titre est à la fois un homophone du mot anglais look[1] et un allographe[2] que l'on peut ainsi prononcer : « elle a chaud au cul ».

Description[modifier | modifier le code]

Le support consiste en un format portrait proche de celui de l'estampe (19,7 × 12,4 cm) reproduisant La Joconde que Duchamp a surchargée d'une moustache, d'un bouc et des lettres qui donnent le titre à l'œuvre (L.H.O.O.Q.).

Le fait qu'il s'agisse d'une simple reproduction de La Joconde est toutefois contesté par Rhonda R. Shearer, qui y voit une adaptation au propre visage de Duchamp[3].

Esthétique[modifier | modifier le code]

L.H.O.O.Q. s'inscrit dans le courant des ready-made que l'artiste a créés et participe de la volonté de l'artiste de questionner l'art.

De Vinci, La Joconde

L'œuvre ayant d'abord été réalisée à titre privé, Francis Picabia en réalise en 1920 une reproduction approximative pour sa revue 391, oubliant de dessiner le bouc[4]. Il parle à son égard d'une combinaison de ready made et de « dadaïsme iconoclaste »[5]. Picabia fait de l'œuvre le manifeste du mouvement Dada, dont l'implantation à Paris est en effet contemporaine. Marcel Duchamp, déjà reconnu à cette époque, démontre qu'un simple « gribouillage » fait de la carte postale une œuvre à part entière. Le côté dadaïste, vient principalement de la désacralisation de La Joconde, insultée (elle a chaud au cul) et peinte, sans compter le côté humoristique propre aux dadaïstes du jeu de mots[6].

Le geste de Marcel Duchamp se comprend en rapport à la publication en 1910 de l'essai Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci[7] dans lequel Sigmund Freud parle de l'incapacité de l'artiste à terminer son œuvre, de la sublimation de la vie dans l'art et surtout de son homosexualité.

En outre, suivant certaines thèses, le modèle de La Joconde aurait effectivement été un homme. D'une façon générale, l'ambiguïté entre le genre masculin et le genre féminin est caractéristique de Léonard de Vinci[réf. nécessaire]. Marcel Duchamp lui-même change volontiers d'identité à cette époque, choisit le pseudonyme de Rrose Sélavy et se fait photographier en femme par Man Ray.

Muséographie[modifier | modifier le code]

Elle est à ce jour la propriété du Parti communiste français, qui l'a placée en dépôt pour 99 ans au Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou[8]. Elle a été offerte au PCF par le poète Louis Aragon, qui l'avait reçue en cadeau de Duchamp lui-même. Elle a été prêtée à la Royal Academy of Arts en 2002[9].

Antécédents[modifier | modifier le code]

Illustration réalisée en 1883 par Sapeck et parue dans Le Rire.

Pour l'exposition des Arts Incohérents, en 1883, Sapeck réalise Mona Lisa fumant la pipe qui préfigure indirectement l'œuvre de Marcel Duchamp en 1919[10]. Des Jocondes à moustaches ont été réalisées avant Duchamp et bien sûr après ; on en dénombre environ 180[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dalia Judovitz, Déplier Duchamp : Passages de l'art, trad. Annick Delahèque et Frédéric Joseph, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Peintures », 2000, 247 p. (ISBN 2-85939-610-1), p. 134.
  2. Colette Guedj, « Sur quelques procédés verbo-visuels dans Corps et biens », Signes, no 18, janvier 1995, p. 87.
  3. Marco de Martino, « Mona Lisa: Who is Hidden Behind the Woman with the Mustache? », trad. Camillo Olivetti, Art Science Research Laboratory, 2003.
  4. Manou Farine, « Jean-Hubert Martin : « À Paris, j’ai voulu rester dans l’esprit dada » », L'Œil, no 601, avril 2008.
  5. Duchamp Du Signe, Flammarion, 1994, p. 227.
  6. Marc Décimo, Marcel Duchamp mis à nu : À propos du processus créatif, Dijon, Les Presses du réel, coll. «  L'écart absolu / Chantiers », 2004 (ISBN 2-84066-119-5).
  7. Paul B. Franklin, « Portrait d'un poète en jeune homme bi : Pierre de Massot, Marcel Duchamp et l'héritage Dada », Étant donné, no 2, 1999, Association pour l'étude de Marcel Duchamp, p. 56–85 (66).
  8. Sylvia Zappi, « Financièrement exsangue, le PCF fait évaluer les œuvres d'art de son siège », Le Monde, 3 juin 2007.
  9. Maurice Ulrich, « L.H.O.O.Q. à Londres », L'Humanité, 25 janvier 2002.
  10. Marc Décimo, Marcel Duchamp et l'érotisme, Dijon, Les Presses du réel, coll. « L'écart absolu », 2008 (ISBN 978-2-84066-225-9).
  11. Marc Décimo, Les Jocondes à moustaches, Dijon, Les Presses du réel, coll. « Les hétéroclites »,‎ 2014 (ISBN 978-2-84066-725-4).