L.A. Confidential (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le film de Curtis Hanson. Pour le livre de James Ellroy, voir L.A. Confidential.

L.A. Confidential

Réalisation Curtis Hanson
Scénario James Ellroy (roman)
Curtis Hanson (adaptation)
Brian Helgeland (adaptation)
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Policier
Sortie 1997
Durée 138 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L.A. Confidential est un film policier américain réalisé par Curtis Hanson et sorti en 1997, adaptation du roman de James Ellroy.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Los Angeles, années 1950. Alors que la ville est sujette à une vague de règlements de comptes après la chute du caïd Mickey Cohen, la police criminelle du LAPD se mobilise tout entière sur l'affaire de L'Oiseau de nuit, un massacre au cours duquel est tombé un ancien flic. Trois inspecteurs aux styles radicalement différents, un carriériste futé, une brute pas si bête que ça et un mondain désabusé, vont être amenés à coopérer pour démêler les fils d'une histoire plus compliquée qu'il n'y parait.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : Version Française (VF) sur VoxoFilm[3] et RS Doublage[4]; Version Québécoise (VQ) sur Doublage Qc.ca[5]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a connu un certain succès commercial, rapportant environ 126 216 000 $ au box-office mondial, dont 64 616 000 $ en Amérique du Nord, pour un budget de 35 000 000 $[6]. En France, il a réalisé 589 608 entrées[7].

Il a reçu un accueil critique très favorable, recueillant 99 % de critiques positives, avec une note moyenne de 8,6/10 et sur la base de 85 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[8]. Sur Metacritic, il obtient un score de 90/100 sur la base de 20 critiques collectées[9].

Commentaires[modifier | modifier le code]

Aspect psychologique et esthétique du récit[modifier | modifier le code]

Ce film policier est aussi un récit psychologique assez fin. En effet, le contexte social, celui de Los Angeles des années 1950, étant bien posé (comme il se devait étant donné le titre du film se référant à un journal de nouvelles locales) le récit décrit finalement l'ascension d'un des personnages dans ce milieu par un jeu politique et psychologique. La progression du policier Edmund Exley (Guy Pearce) est à bien y regarder le noyau de l'action, qu'il lance, provoque, ou relance si besoin est, par le contrôle qu'il parvient à exercer sur son entourage.

À un moment du film, alors qu'Exley se trouve confronté à Lynn Bracken (Kim Basinger) jouant un sosie de Veronica Lake, il se sent d'ailleurs obligé de confirmer à celle-ci qu'il contrôle Bud White. Le poids de l'argumentation de Bracken, affirmant le contraire, est l'un des rares à inverser la balance et désorienter un instant le jeu psychologique d'Exley qui n'apparait plus alors comme seul maitre à bord. À cet instant du film on contemple ainsi une jolie dichotomie entre deux styles de maitrise du cours des événements via l'exercice d'une psychologie performante sur le monde : un mode en apparence passif et résigné, mais en fait patient et intelligent avec Lynn, et en opposition, la manière active et combative, au service des ambitions d'un Exley.

Pour ces deux personnages, contrairement à tous les autres, il est ardu de s'interroger sur les valeurs morales. Et leur appartenance à l'un des deux camps du film, truands ou flics, ne pèse pas sur eux comme une réelle nécessité. On sait qu'Exley est policier par imitation de son père, et Lynn Bracken, de son propre aveu, a choisi la prostitution de luxe - à défaut d' être actrice- pour, un jour, repartir dans l'Arizona ouvrir une boutique de mode "car toutes les filles ont besoin de glamour". Le caractère principal de ces deux individus, est l'intelligence, l'intégrité, le souci d'une réussite personnelle. Dès le début du film, le personnage de Bud est campé : enfant battu, fils d'une mère morte sous les coups de son père, il ne supporte pas les violences faites aux femmes mais use et abuse de cette violence dans son métier jusqu'à ce que son amour pour Lynn, sa rencontre avec Exley lui fassent entrevoir une autre manière et de vivre et d'enquêter. Par ailleurs, réalisé avec des moyens considérables, avec un casting de choc, le film s'attache à restituer les années 1950 par des costumes, maquillages et coiffures très soignés, des décors jouant sur les oppositions (villas somptueuses, motels sordides, vraie et fausse chambre à coucher de Lynn), l'évocation de vraies stars au milieu des fausses (Lana Turner fréquenta le Milieu de très près) et à travers le jeune prostitué assassiné celle de tous ceux venues se brûler les ailes à LA. Kim Basinger, seul rôle féminin, illumine le film par sa beauté et sa douceur.

Jalons de l'évolution de la carrière du policier Edmund Exley[modifier | modifier le code]

Il est à noter l'évolution de la carrière d'Exley tout au long des h 18 du film.

  • 12e minute et antérieur : sergent, reçu premier sur 23 au concours correspondant à ce grade ;
  • 12e minute : sergent et chef de poste pour la nuit de Noël ;
  • 18e minute : lieutenant ;
  • 20e minute : lieutenant inspecteur, bien que cette nomination relève plus de l'affectation à un poste en service actif qu'à une vraie promotion ;
  • 1 heure : médaille du courage ;
  • h 4 minute : 2e médaille du courage et probablement la nomination au grade de capitaine dans la police de Los Angeles…

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Sélectionné pour le Festival de Cannes 1997
  • Oscars 1998 du meilleur film, de la meilleure réalisation, de la meilleure musique, des meilleurs décors, de la meilleure photographie, du meilleur montage et du meilleur son
  • BAFTA Awards 1998 du meilleur film, du meilleur acteur (Kevin Spacey), de la meilleure actrice (Kim Basinger), de la meilleure réalisation, du meilleur scénario adapté, de la meilleure musique, des meilleurs décors, des meilleurs costumes, de la meilleure photographie et du meilleur maquillage
  • Golden Globes 1998 : meilleur film dramatique, meilleure réalisation, meilleur scénario, meilleure musique
  • Satellite Awards 1998 : meilleur film, meilleur acteur (Russell Crowe), meilleure réalisation, meilleurs décors, meilleure photographie, meilleur montage et meilleure musique

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. L.A. Confidential sur The Numbers.
  2. (en) Dates de sortie de « L.A. Confidential » sur l’Internet Movie Database (consulté le 10 août 2014)
  3. « 1re fiche de doublage V.F. du film », sur VoxoFilm (consulté le 10 août 2014)
  4. « 2de fiche de doublage V.F. du film », sur RS Doublage (consulté le 10 août 2014)
  5. « Fiche de doublage V.Q. du film », sur doublage qc.ca (consulté le 10 août 2014)
  6. L.A. Confidential sur Box Office Mojo.
  7. L.A. Confidential sur JP‘s Box-Office.
  8. L.A. Confidential sur Rotten Tomatoes.
  9. L.A. Confidential sur Metacritic.