L'elisir d'amore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Élixir d’amour

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir L'Élixir d'amour (roman)
L'elisir d'amore
L'Élixir d’amour
Image décrite ci-après
Couverture du livret publié aux éditions Ricordi.

Genre melodramma giocoso
Nbre d'actes 2 actes
Musique Gaetano Donizetti
Livret Felice Romani
Langue
originale
Italien
Durée
approximative
environ 2 h
Création 12 mai 1832
Teatro della Canobbiana, Milan
Personnages

L'elisir d’amore (L'Élixir d'amour) est un opéra (melodramma giocoso) en deux actes de Gaetano Donizetti, sur un livret en italien de Felice Romani lui-même tiré du livret écrit par Eugène Scribe pour Le Philtre (1831) de Daniel François Esprit Auber. Il a été créé au Teatro della Canobbiana de Milan le 12 mai 1832[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Malgré le travail sans relâche du compositeur et du librettiste, l’opéra n’était pas terminé lorsque les répétitions commencèrent, ce qui laissa Donizetti pessimiste sur l’avenir de cette œuvre. Il décrivit la distribution avec franchise : « le ténor est correct, la prima donna a une belle voix mais est la seule à comprendre ce qu’elle dit, le buffo est un chien... »[réf. nécessaire]

En séducteur honnête, le compositeur dédia cet opéra au « Beau Sexe de Milan ».[réf. nécessaire]

Malgré son scepticisme, l’opéra obtint un succès triomphal lors de sa création. L’elisir d’amore fut joué trente-trois fois durant la saison de sa création. La première représentation en anglais eut lieu à New York le 18 juin 1838, puis au Metropolitan Opera le 23 janvier 1904. Pendant les trente années qui suivirent, l’opéra fut représenté dans trente-six pays et traduit en quatorze langues[2]

Personnages[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des livrets comiques du XIXe siècle, cet opéra met en scène des personnages traditionnels de la commedia dell’arte italienne, tels que le soldat effronté ou le charlatan.

Argument[modifier | modifier le code]

L’action se déroule dans un village basque à la fin du XVIIIe siècle.

Acte I[modifier | modifier le code]

Le timide Nemorino est amoureux d’Adina, une fermière riche et instruite qui se moque de ses sentiments (cavatine « Quanto è bella, quanto è cara »). Pendant que ses paysans se reposent, elle leur lit l’histoire de Tristan et Iseult et du philtre d’amour bu par cette dernière (cavatine « Benedette queste carte!… Della crudele Isotta »). Nemorino aimerait se procurer un philtre semblable. Soudain, le sergent Belcore et ses soldats arrivent au village pour y prendre quartier. Belcore, très sûr de lui, entreprend de faire la cour à Adina et la demande même en mariage (cavatine « Come Paride vezzoso ») ; elle ne le décourage pas. Nemorino tente de nouveau d’exprimer ses sentiments à Adina, qui le repousse (duo « Chiedi all'aura lusinghiera »).

Le docteur ambulant Dulcamara fait alors son entrée (cavatine « Udite, udite, o rustici »). Nemorino lui demande le « philtre de la reine Iseult » pour gagner le cœur d’une femme. Dulcamara lui vend alors une bouteille de vin de Bordeaux en précisant que l’effet ne se fera pas sentir avant 24 heures – à ce moment, il sera parti du village depuis longtemps. Nemorino boit aussitôt le breuvage et se sent tout de suite plus assuré. Certain de l’efficacité de l’élixir, il affecte l’indifférence vis-à-vis d’Adine. Irritée, celle-ci accepte la demande en mariage de Belcore. Le mariage est tout d'abord fixé huit jours plus tard, puis, quand un billet arrive ordonnant le départ des troupes, au jour même. Nemorino prend peur ; triomphante, Adina accepte l’offre de Belcore. Nemorino la conjure d’attendre le lendemain, en vain (quatuor « Adina, credimi, te ne scongiuro »).

Acte II[modifier | modifier le code]

Les célébrations des noces commencent, en l’absence de Nemorino. Adina décide de reporter la signature du contrat de mariage, afin de pouvoir pleinement tirer vengeance de Nemorino. Ce dernier retourne consulter Dulcamara qui lui propose une seconde bouteille d’« élixir », mais le jeune homme n’a plus d’argent. Il accepte de s’enrôler dans la troupe de Belcore en échange de 20 écus (duo « Venti scudi »).

Pendant ce temps, les filles du village apprennent que le vieil et riche oncle de Nemorino vient de mourir, léguant sa fortune à son neveu. Nemorino l’ignore encore, mais il est devenu un parti avantageux : aussitôt, les paysannes l’entourent et se disputent ses faveurs. Déconcerté, Nemorino attribue l’effet à l’élixir. Adina, qui n’est pas davantage au courant de l’héritage, observe la scène avec étonnement. Le docteur Dulcamara lui explique alors la vente de l’« élixir » et l’enrôlement de Nemorino. Comprenant tout, Adina se flatte de pouvoir reconquérir le jeune homme, non pas avec un élixir, mais par ses regards et son sourire.

Nemorino s’apprête à partir avec la troupe de Belcore. Il a aperçu une larme furtive dans les yeux d’Adina et comprend qu’elle l’aime (romance « Una furtiva lagrima »). Celle-ci a racheté l’engagement de Nemorino à Belcore et annonce au jeune homme qu’il n’a plus à partir. Elle lui avoue son amour (air « Prendi, per me sei libero »). Belcore accepte avec grâce sa défaite : il y a d’autres filles de par le monde. En revanche, Dulcamara triomphe : c’est son élixir qui a permis la réunion des deux jeunes gens.

Principaux airs[modifier | modifier le code]

  • « Quanto è bella, quanto è cara » (« Comme elle est belle, comme elle m'est chère ») - Nemorino (I, 1)
  • « Come Paride vezzoso » (« Comme le charmant Pâris ») - Belcore (I, 1)
  • « Della crudele Isotta » (« De la cruelle Iseult ») - Adina (I, 1)
  • « Io son ricco, e tu sei bella » (« Je suis riche, et tu es belle ») - Dulcamare, Adina (I, 1)
  • « Udite, udite, o rustici » (« Écoutez, écoutez, ô paysans ») - Doctor Dulcamara (I, 2)
  • « Prendi, per me sei libero » (« Tiens, pour moi tu es libre ») - Adina (II, 2)
  • « Una furtiva lagrima » (« Une larme furtive ») - Nemorino (II, 2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François-René Tranchefort, L'Opéra, Seuil,‎ 1983, 634 p. (ISBN 2-02-006574-6), p. 163
  2. « operainfo.org » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).