L'avaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Avare (homonymie).

L'avaro

Titre original L'avaro
Réalisation Tonino Cervi
Scénario Alberto Sordi
Rodolfo Sonego
Tonino Cervi
Cesare Frugoni
Acteurs principaux

Alberto Sordi (Harpagon)
Laura Antonelli (Frosina )
Nicola Farron (Cléante)

Pays d’origine Italie
Genre comédie
Sortie 1990
Durée 117 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'avaro est une comédie italienne réalisée par Tonino Cervi, sortie en 1990, avec comme interprètes principaux Alberto Sordi, Laura Antonelli, Miguel Bosé, Marie Laforêt et Christopher Lee.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Harpagon vit à Rome dans les années 1600. Pour éviter de se marier avec la sœur du cardinal Spinosi déjà mariée trois fois par intérêt et dont les maris sont tous morts dans des circonstances mystérieuses, il invente un mensonge selon lequel il est prêt à se marier avec une femme déjà enceinte. Il demande à Frosina, tenancière d’une maison close de vite lui trouver une femme convenable.

Harpagon a deux enfants : Cléante et Elise. Son fils veut épouser la jeune Marianne mais son père refuse tout net de lui prêter de l’argent tandis qu’Elise a une liaison secrète avec Valerio, le serviteur de son père. Harpagon a d’autres ambitions pour ses enfants : deux mariages avec des personnes âgées très riches.

Analyse[modifier | modifier le code]

Dix ans après l'unique gros échec commercial de la carrière de Louis de Funès, les studios italiens tentent, à leur tour, leur adaptation de l'universelle pièce de Molière, L'Avare. Mais contrairement à son prédécesseur français, parfaitement fidèle aux dialogues originaux, cette version italienne en propose une vision nettement plus libre, n'hésitant pas à intervenir, non seulement dans le texte, mais également dans l'intrigue, où nouveaux personnages et nouvelles situations viennent étoffer l'action. Le contexte, en outre, est ici modifié: si nous restons toujours dans le XVIIe siècle contemporain du dramaturge français, le récit a été transposé à Rome. Empruntant davantage à la tradition de la commedia dell'arte que de la comédie française, le film, tout comme ses personnages, prend donc une teinte plus typiquement italienne.

Fidèle à sa frilosité vis-à-vis d'adaptations par des étrangers de ses grands classiques, le public français n'accorda guère d'intérêt à cette libre variation qui connut du reste une sortie quasi inexistante dans l'Hexagone.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) L'avaro sur l’Internet Movie Database