L'assassin habite au 21 (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le roman dont le film est tiré, voir L'assassin habite au 21 (roman).

L'assassin habite au 21

Réalisation Henri-Georges Clouzot
Scénario Henri-Georges Clouzot
Acteurs principaux
Sociétés de production Continental Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Mystère
Thriller
Sortie 1943
Durée 84 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'assassin habite au 21 est un film français réalisé par Henri-Georges Clouzot, sorti sur les écrans en 1942.

Il est inspiré du roman policier du même nom L'assassin habite au 21 de l'auteur belge Stanislas-André Steeman, publié en 1939.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un mystérieux assassin terrorise Paris en commettant des crimes en série. Il signe ses forfaits d’une carte de visite au nom de « Monsieur Durand ». Le commissaire Wens est chargé de l’enquête. Ses investigations le conduisent rapidement dans une pension de famille où se cache le coupable. Il n’aura alors de cesse de le démasquer parmi les locataires.

Le film[modifier | modifier le code]

Dans le roman original de Stanislas-André Steeman, l’action se déroule à Londres et l'enquête est menée par le superintendant Strickland. Cependant, pour son adaptation au cinéma, le romancier et Henri-Georges Clouzot décident de la situer à Paris et l'enquête est menée par le commissaire Wens. Les personnages évoluent dans une petite pension de famille nommée « Les Mimosas » ayant pour adresse le 21 avenue Junot dans le 18e arrondissement. Enfin, l’assassin ne signe plus ses forfaits du nom de « Mr Smith », mais de « Monsieur Durand ».

Commentaire[modifier | modifier le code]

Dès son premier film, Clouzot impose sa vision noire et pessimiste du monde. La tension dramatique va crescendo, jusqu'à l'ultime seconde. La mise en scène est nerveuse. Clouzot offre une galerie de personnages bien typés, aidé en cela par des comédiens talentueux. Mais le cinéaste n'épargne pas pour autant les personnages qu'il croque : les habitants de la pension des Mimosas sont dépeints sans concession et les dialogues sont caustiques et percutants.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]