L'Orient-Le Jour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Orient-Le Jour
Image illustrative de l'article L'Orient-Le Jour

Pays Drapeau du Liban Liban
Langue Français
Périodicité Quotidien
Genre Généraliste
Diffusion 18 000 ex. (2006)
Date de fondation 1971
Ville d’édition Beyrouth

Propriétaire -
Directeur de publication Michel Eddé
Directeur de la rédaction Nayla de Freige
Rédacteur en chef Nagib Aoun
Site web lorientlejour.com

L'Orient-Le Jour est un quotidien francophone libanais. C'est un des principaux journaux libanais du Moyen Orient. Sa ligne éditoriale rejoint les positions des partis politiques dits du 14-mars[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L’Orient-Le Jour est un quotidien indépendant, né le 1er septembre 1970 de la fusion des deux plus influents quotidiens libanais de langue française, L’Orient (fondé à Beyrouth en 1923 par Gabriel Khabbaz et Georges Naccache) et Le Jour (fondé en 1935 par Michel Chiha) ; il a ouvert ses colonnes aux plus prestigieux penseurs, chroniqueurs, écrivains et journalistes du Liban moderne.

L’Orient-Le Jour traite aussi bien de politique intérieure que de politique arabe et internationale, de culture que de sports, d’économie, de finances, de variétés, de cinéma télévision, de loisirs.

Courrier International résume ainsi les qualités et les défauts du quotidien : « Quelques bonnes plumes, mais une langue un peu précieuse et un penchant pour la vie mondaine. »[2]

Le site web lorientlejour.com se contente de mettre en ligne le contenu du quotidien papier quelques heures après le bouclage. Un effort est fait depuis 2008 pour rendre le site plus interactif et plus instantané dans le traitement de l'information.

Publié par la Société de presse et d’éditions SAL, étendard de la francophonie (elle publie aussi le mensuel économique francophone Le Commerce du Levant), L’Orient-Le Jour est un des deux seuls journaux quotidiens d’expression française au Liban (avec Al-Balad) et au Proche-Orient (à l’exception de l’Égypte et d'Israël). Il occupe le troisième rang parmi les quotidiens libanais, toutes langues confondues, au plan de la diffusion et de la publicité commerciale.

Ont notamment collaboré, ou collaborent encore, à L'Orient-Le Jour : Issa Goraieb, Nagib Aoun, Gaby Nasr, Michel Touma, Abdo Chakhtoura, Tilda Abou Rizk, Elie Fayad, Fady Noun, Ziyad Makhoul, Michel Hajji Georgiou, Bachir El Khoury, Nada Merhi, Suzanne Baaklini, Anne-Marie Hage, Lélia Mezher, George Achi, Mahmoud Harb, Elie Masbounji, Patricia Khoder, May Makarem, Jean Issa, Scarlett Haddad, Jeanine Jalkh, Antoine Ajoury, Emilie Sueur, Karine Jammal, Rania Massoud, Joe Mezher, Fifi Abou Dib, Maria Chakhtoura, Colette Khalaf, Zena Zalzal, Maya Ghandour Hert, Carla Henoud ou encore Edgar Davidian, Patrick Pinter, André Bercoff.

Depuis 2009, deux mystérieuses signatures alimentent les conversations de Beyrouth : Marguerite K., qui signe « La hotte d'or », une « comptine hebdomadaire » aux accents libertins et poétiques, et Dita Von Bliss, qui récolte toutes les semaines les ragots mondains libanais. Le grand public ignore la véritable identité de ces deux personnages.

PDG du journal depuis la fusion de L'Orient et du Jour en 1971[modifier | modifier le code]

Periodes PDG
1971-1985 Pierre Eddé
1985-1990 Ghassan Tuéni
1990- Michel Eddé

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Élections législatives au Liban », revue de presse de la semaine du 8 au 12 juin 2009 par l'Institut européen de recherche sur la coopération méditerranéenne et euro-arabe (Medea).
  2. Présentation de L'Orient-Le Jour par Courrier international.

Lien externe[modifier | modifier le code]