L'Ivresse de Noé (Bellini)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Ivresse de Noé
Image illustrative de l'article L'Ivresse de Noé (Bellini)
Artiste Giovanni Bellini
Date vers 1515
Type huile sur toile
Dimensions (H × L) 103 × 157 cm
Localisation Musée des Beaux-Arts, Besançon

L'Ivresse de Noé est une peinture de l'artiste italien Giovanni Bellini (Venise, vers 1430 - Venise, 1516), exécutée vers 1515. L'œuvre est exposée au Musée des Beaux-Arts et d'archéologie de Besançon suite au legs de Jean Gigoux en 1894.

Composition[modifier | modifier le code]

Un vieil homme dort nu. Une coupe et une grappe de raisin sont disposées au premier plan. Une vigne constitue l'arrière plan. Ces trois éléments évoquent le vin. Il semble donc que cet homme soit ivre. Trois jeunes hommes sont à ses cotés. Les deux personnages latéraux détournent leur regard tout en dissimulant la nudité du vieillard à l'aide d'un drap rouge. Par contre le personnage situé au centre rit tout en regardant le vieil homme.

L'homme allongé est Noé. Il est entouré de ses trois fils, Cham au centre et Sem et Japhet sur les cotés. Sem et Japhet sont les bons fils, ils respectent leurs pères en dissimulant sa nudité tout en détournant les yeux. À l'inverse Cham se moque de son père ce qui lui vaudra d'être maudit ainsi que ses descendants le peuple de Cananéens (voir : la Malédiction de Cham).

L'organisation du tableau est simple. Elle est symétrique, les bons fils sur les cotés et le mauvais au centre. Cet agencement confère une monumentalité à l'œuvre, renforcée par l'horizontalité de la composition.

L'ivresse de Noé[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

L'œuvre se réfère à un passage de la Genèse qui relate l'ivresse de Noé :

« 20. Noé commença à cultiver la terre, et planta de la vigne.
21. Il but du vin, s’enivra, et se découvrit au milieu de sa tente.
22. Cham, père de Canaan, vit la nudité de son père, et il le rapporta dehors à ses deux frères.
23. Alors Sem et Japhet prirent le manteau, le mirent sur leurs épaules, marchèrent à reculons, et couvrirent la nudité de leur père ; comme leur visage était détourné, ils ne virent point la nudité de leur père.
24. Lorsque Noé se réveilla de son vin, il apprit ce que lui avait fait son fils cadet.
25. Et il dit: "Maudit soit Canaan ! qu’il soit l’esclave des esclaves de ses frères !"
26. Il dit encore: "Béni soit l’Éternel, Dieu de Sem, et que Canaan soit leur esclave !
27. Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem, et que Canaan soit leur esclave !" »

— GENÈSE (IX:20-27)[1]

Préfiguration[modifier | modifier le code]

Souvent les thèmes de l'Ancien Testament sont utilisés comme des préfigurations du Nouveau Testament. Les moqueries de Cham évoque les différentes railleries et outrages des soldats romains envers le Christ. Mais cet épisode est aussi l'invention du vin, élément central de l’eucharistie avec le pain.

Représentation[modifier | modifier le code]

L'Ivresse de Noé par Michel-Ange

Le thème de « l'ivresse de Noé » n'est pas répandu dans l'art vénitien avant Bellini. On le retrouve toutefois au palais des Doges sur un bas relief gothique représentant cette scène[2].
À noter que cette scène fut représentée peu d'années auparavant (1508-1509) à Rome par Michel-Ange sur la voûte de la chapelle Sixtine. Mais la représentation de Bellini diffère de celle de Michel-Ange, la représentation semble ici profane et naturaliste contrairement aux caractères antiquisant de la fresque du Vatican.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Genèse 9,20-27
  2. M. Pinette et F. Soulier-François, De Bellini à Bonnard : Chefs-d'œuvre de la peinture, Besancon, 1992, p. 30