L'Islet (municipalité)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Islet.
L'Islet
Église Notre-Dame-de-Bonsecours
Église Notre-Dame-de-Bonsecours
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Chaudière-Appalaches
Comté ou équivalent L'Islet
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
André Caron
2013-2017
Constitution 1er janvier 2000
Démographie
Gentilé L'Isletois, L'Isletoise
Population 4 071 hab. (2014)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 06′ 00″ N 70° 21′ 00″ O / 47.100005, -70.35000547° 06′ 00″ Nord 70° 21′ 00″ Ouest / 47.100005, -70.350005  
Superficie 12 002 ha = 120,02 km2
Divers
Code géographique 17078
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
L'Islet

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
L'Islet

L'Islet est une municipalité de la municipalité régionale de comté de L'Islet, au Québec, constituée le 1er janvier 2000. Elle est située dans la région administrative des Chaudière-Appalaches.

L'Islet possède une superficie de 176,8 km² et une population d'environ 3 874 personnes[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de l'actuelle municipalité de L'Islet prit forme, dès 1677, avec les anciennes seigneuries de L'Islet-Saint-Jean et de Bonsecours.

Quatre municipalités se sont construites sur le territoire des deux seigneuries :

  • en 1855, peu de temps après l'abolition du régime seigneurial, la municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours se constitue sur le territoire des deux seigneuries ;
  • en 1868, la municipalité de Saint-Eugène se constitue sur une partie des terres de la municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours ;
  • en 1911, le village de Bonsecours se constitue sur une partie des terres restantes de la municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours et, en 1968, le village change de nom pour L'Islet-sur-Mer ;
  • en 1950, le village de L'Islet-Station se constitue sur une partie des terres restantes de la municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours ; en 1954, le village de L'Islet-Station prend le nom de L'Isletville ; en 1966, le village obtient le statut de ville sous le nom de ville de L'Islet.

Par la suite, les quatre municipalités se sont regroupées pour n'en former finalement qu'une :


Personnalités québécoises nées à L'Islet[modifier | modifier le code]

Attraits touristiques[modifier | modifier le code]

Musée maritime du Québec[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musée maritime du Québec.
Le pavillon principal du Musée maritime du Québec.

Fondé en 1968, il est le plus important musée maritime du Québec et le propriétaire de la collection nationale maritime du Québec. Sa collection comprend une grande quantité d'artefacts et de documents reliés au domaine maritime et il possède aussi des navires historiques grandeur nature[2]. Le musée cherche à protéger le patrimoine maritime qui lui a été confié ainsi qu'a le faire connaître auprès des visiteurs.

L’Ernest Lapointe et le HMCS Bras d'Or 400 au Musée maritime

Dans le pavillon principal du musée, les visiteurs peuvent découvrir plusieurs expositions sur le monde maritime. Une des particularités du musée est de rappeler le souvenir du capitaine Joseph-Elzéar Bernier, un marin originaire de l'Islet, qui a voyagé dans l'Arctique et y a « affirmé la souveraineté canadienne »[2]. Dans le pavillon principal du musée, les visiteurs peuvent découvrir plusieurs expositions sur le monde maritime[2].

On peut aussi y visiter une chalouperie qui contient de nombreuses embarcations de petites tailles et qui avaient diverses utilités[3]. Les visiteurs peuvent aussi voir dans le parc extérieur Hydro-Québec, deux navires grandeur nature, soit le brise-glace à la retraite NGCC Ernest Lapointe et le NCSM Bras d'Or 400, un hydroptère expérimental qui pouvait élever sa coque hors de l'eau pour diminuer le frottement et atteindre ainsi une plus grande vitesse[4].

Migration des oies blanches[modifier | modifier le code]

Au printemps et à l'automne, des millions d'oies blanches font escale pour quelques semaines sur les rives du Saint-Laurent pour se repaître de la scirpe d'Amérique qui pousse sur l'estran du fleuve. L'estran est la partie de la rive qui est couverte d'eau à marée haute mais découverte à marée basse.

L'abondance de scirpe à la hauteur de L'Islet amène une grande concentration d'oies (et de touristes!) à L'Islet. À L'Islet et dans la région, les gens ont donné le nom de foin de mer à la scirpe d'Amérique.

Église du secteur L'Islet-sur-Mer[modifier | modifier le code]

L'Église Notre-Dame-de-Bonsecours, construite en 1768, est classée monument historique. Elle contient un magnifique chemin de croix en bois sculpté.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fleuve Saint-Laurent Saint-Jean-Port-Joli Rose des vents
Saint-Antoine-de-l'Isle-aux-Grues,
Fleuve Saint-Laurent
N Saint-Aubert
O    L'Islet    E
S
Cap-Saint-Ignace Saint-Cyrille-de-Lessard

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source: Municipalité de L'Islet
  2. a, b et c Musée maritime du Québec, « À propos du musée » (consulté le 14 juin 2011)
  3. Musée maritime du Québec, « La Chalouperie » (consulté le 14 juin 2011)
  4. Musée maritime du Québec, « Parc Hydo-Québec » (consulté le 14 juin 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]