L'Intrus (film, 1949)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Intrus.

L'Intrus

Titre original Intruder in the Dust
Réalisation Clarence Brown
Scénario Ben Maddow
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 87 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Intrus (Intruder in the Dust) est un film américain réalisé par Clarence Brown, sorti en 1949.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans le Mississippi rural des années 1940, un homme a été assassiné et on a trouvé près de son corps Lucas Beauchamp, un noir qui est connu pour sa fierté et sa volonté de ne pas se prosterner devant les Blancs. Arrêté, il est menacé de lynchage. Il trouve refuge près d'un jeune blanc, Chick, qui doit la vie au courage du fils de Lucas. Déterminé à tout faire pour sauver le condamné, il demande à son oncle John Gavin Stevens, avocat, d'assurer sa défense. Celui-ci accepte sans enthousiasme, vu l'orgueil de Lucas. De son côté, Chick, aidé d'une vieille dame, Miss Habersham, mène son enquête pour trouver le vrai coupable...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film fut tourné entièrement en extérieurs à Oxford, Atlanta et Memphis, en utilisant les habitants de cette ville[1].
  • Clarence Brown voulut faire ce film très antiraciste à cause d'un souvenir d'enfance: il avait vu quinze Noirs se faire lyncher[2].
  • William Faulkner contribua lui-même au scénario, puisque le film était tourné sur le lieu même de sa résidence habituelle[3].

Commentaires[modifier | modifier le code]

«Œuvre antiraciste de premier plan, L'Intrus est un film adulte, généreux, tragique et limpide, qui fonctionne admirablement sur trois éléments différents: social, psychologique et policier. La mise en scène de Brown est simple et sobre mais d'une grande efficacité. Le réalisateur a trouvé en Juano Hernandez un interprète à la hauteur de son rôle»[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Coursodon et Bertrand Tavernier: Trente ans de cinéma américain. Éditions C.I.B. Paris. 1970.
  2. ibid.
  3. Guy Bellinger. Guide des films. Robert Laffont. 2005.
  4. Guy Bellinger. op. cité.

Lien externe[modifier | modifier le code]