L'Intrépide (1800)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Intrépide.
L'Intrépide
Autres noms Intrepido
Histoire
A servi dans Naval Jack of Spain.svg Marine espagnole
Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Quille posée 1799
Statut capturé le 21 octobre 1805
sabordé le 23 octobre 1805
Caractéristiques techniques
Type navire de ligne de classe Téméraire
Propulsion Trois-mâts carré
Caractéristiques militaires
Armement 74 canons
Autres caractéristiques
Chantier naval Ferrol

L’Intrépide est un navire de guerre espagnol puis français, construit en 1799 et coulé en 1805. C'est un vaisseau de 74 canons de la classe Téméraire.

Construction[modifier | modifier le code]

Construit au Ferrol, en Espagne, en 1799 comme vaisseau de ligne espagnol sous le nom d’Intrepido, il est vendu à la France en 1800.

Trafalgar[modifier | modifier le code]

Le 29 vendémiaire an 14 (21 octobre 1805), l’Intrépide, sous les ordres du capitaine Infernet, est un des vaisseaux de l'avant-garde franco-espagnole lors de la bataille de Trafalgar.

Le contre-amiral Dumanoir commande cette avant-garde forte de six vaisseaux, avec le Formidable (80 canons), le Scipion (74 canons), le Duguay-Trouin (74 canons), le Mont-Blanc (74 canons), l’Intrépide et le Neptuno (espagnol de 80 canons). L'attaque de Nelson laissa ces navires en dehors de la confrontation principale et Dumanoir n'exécuta pas immédiatement les ordres de l'amiral Villeneuve de s'engager dans la bataille.

Infernet et son équipage, désireux de participer aux combats, désobéirent aux ordres de Dumanoir et s'engagèrent dans la bataille, suivi du navire espagnol Neptuno sous les ordres du capitaine Valdés. L’Intrépide se battit contre les HMS Leviathan, Africa, Agamemnon, Ajax, Orion et Conqueror, pour ne hisser le drapeau blanc que vers 17 h 0, la moitié de l'équipage étant mort.

L’Intrépide fut plus tard sabordé suivant les ordres de l'amiral Collingwood pour éviter qu'il ne soit repris par la contre-attaque de l'escadre française menée, deux jours plus tard, par le capitaine Julien Cosmao à bord du Pluton.

Voir aussi[modifier | modifier le code]