L'Incroyable Hulk (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hulk (homonymie).

L'Incroyable Hulk

Titre québécois L’Incroyable Hulk
Titre original The Incredible Hulk
Réalisation Louis Leterrier
Scénario Zak Penn
Edward Norton
Acteurs principaux
Sociétés de production Marvel Studios
Universal Pictures
Valhalla Motion Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Sortie 2008
Durée 114 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L’Incroyable Hulk (The Incredible Hulk) est un film fantastique américain réalisé par Louis Leterrier sur un scénario de Zak Penn (auquel a aussi collaboré Edward Norton), d’après les personnages créés par Stan Lee et Jack Kirby. Le film est sorti en 2008 et fait partie de l'univers cinématographique Marvel.

Il s’agit d’un reboot par rapport au premier film Hulk d’Ang Lee. Il peut toutefois être considéré comme une suite : le film d’Ang Lee décrit la genèse du personnage tandis que L’Incroyable Hulk présente sa lutte contre lui-même. En outre, le premier film se termine sur une fuite en Amérique du Sud, et c’est sur ce même continent qu’on retrouve le personnage au début du second.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Caché dans les favelas brésiliennes, Bruce Banner tente de percer le secret de la maladie génétique qui l’afflige. À chaque fois que son pouls grimpe en flèche, en raison du stress ou de la colère, ce scientifique réputé, autrefois exposé à une forte dose de rayons gamma, se transforme en géant vert invincible, impulsif et parfois même meurtrier.

Banner vient toutefois d’être retrouvé par l’armée américaine qui veut dupliquer ses propriétés génétiques afin de créer un nouveau type de soldat invincible. Le scientifique parvient cependant à prendre la fuite et retourne aux États-Unis dans l’espoir de mettre la main sur le protocole médical responsable de sa mutation, ce qui l’aiderait dans sa quête de l’antidote à son mal. Bruce espère également revoir sa fiancée Betty, biologiste qu’il a grièvement blessée lors de sa première mutation. Or, c’est le père de la jeune femme, le général Ross, qui, aux côtés d’Emil Blonsky, un soldat d’élite en mal de pouvoir, coordonne la traque de Banner.

Pour mettre toutes les chances de son côté, Ross inocule un sérum à Blonsky, censé développer ses facultés physiques pour le rendre plus efficace. De son côté, Bruce contacte Samuel Sterns un scientifique avec lequel il correspondait depuis le Brésil, et réalise que ce dernier a synthétisé son sang, pensant que Hulk est le prochain stade de l'évolution. Terrifié, Bruce lui demande de les détruire, mais les forces de Ross interviennent à nouveau. Alors que Bruce et Betty sont capturés, Blonsky force le scientifique à lui injecter des échantillons du sang de Hulk ; le mélange de ce produit avec le sérum déjà présent dans le corps de Blonsky provoque sa métamorphose : il devient ainsi l’Abomination, un monstre démoniaque carburant à l’adrénaline et à l’agressivité et dont les pouvoirs concordent avec ceux de Hulk. Une lutte colossale s’engage alors que Banner se voit contraint de faire appel à Hulk pour sauver New York de la destruction totale.

Épilogue : un mois a passé depuis la victoire de Hulk et sa fuite. Betty pense toujours à lui. Bruce fait régulièrement des séances de méditation. Lors d'une séance, ses yeux tournent au vert, mais il sourit néanmoins, laissant supposer qu'il peut désormais contrôler sa transformation. Ailleurs, Ross, défait, croise Tony Stark dans un bar. Ce dernier lui apprend qu’une équipe est en train de se former…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

The Incredible Hulk:
Original Motion Picture Score

Bande originale de Craig Armstrong
Sortie 13 juin 2008
Durée 54:14
Label Cherry Lane Music / Marvel Entertainment

Bandes originales de l'Univers cinématographique Marvel

La bande originale est composée par l’écossais Craig Armstrong.

Listes des titres[modifier | modifier le code]

Disque 1[modifier | modifier le code]

  1. The Arctic (2:47)
  2. Main Title (2:39)
  3. Rocinha Favela (3:11)
  4. A Drop of Blood (1:35)
  5. The Flower (2:49)
  6. Ross' Team (1:33)
  7. Mr. Blue (1:03)
  8. Favela Escape (3:35)
  9. It Was Banner (1:32)
  10. That Is the Target (5:34)
  11. Bruce Goes Home (1:25)
  12. Ross and Blonsky (3:15)
  13. Return to Culver University (2:39)
  14. The Lab (1:17)
  15. Reunion (3:37)
  16. The Data/The Vial (1:20)
  17. They're Here (3:07)
  18. Give Him Everything You've Got (6:08)
  19. Bruce Can't Stay (1:54)
  20. First Injection (1:03)
  21. Is It Safe? (1:07)
  22. Hulk Theme (3:59)

Disque 2[modifier | modifier le code]

  1. Saved from the Flames (0:53)
  2. Grotto (2:53)
  3. Arrival at the Motel (1:48)
  4. I Can't (2:15)
  5. Abomination Alley (3:56)
  6. Bruce Found (2:52)
  7. Bruce Looks for the Data(1:05)
  8. NYC Cab Ride (1:17)
  9. The Mirror (1:17)
  10. Sterns' Lab (4:17)
  11. Bruce Darted (3:00)
  12. I Want It, I Need It (1:36)
  13. Blonsky Transforms (1:16)
  14. Bruce Must Do It (2:11)
  15. Harlem Brawl (3:51)
  16. Are They Dead? (2:40)
  17. Hulk Smash (2:25)
  18. Hulk and Betty (1:50)
  19. A Tear (1:01)
  20. Who's We? (0:56)
  21. The Necklace (1:44)
  22. Bruce and Betty (5:06)
  23. Hulk Theme (End Credits) (3:59)

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Sorti en salles le 13 juin 2008 sur le continent nord-américain, L’Incroyable Hulk a été en général bien reçu par les critiques pour son retour aux sources du super-héros, la qualité des effets spéciaux et le jeu d’Edward Norton.

Sur le site Rotten Tomatoes, il a atteint un score de 66 %[2], soit 6 points de plus que Hulk[3] d’Ang Lee sorti en 2003.

Box office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Alt=Image de la Terre Mondial[4] 263 427 551 $ 26 août 2008 11
Drapeau des États-Unis États-Unis[4] 134 806 913 $ 10 août 2008 9
Drapeau de la France France[5] 1 022 782 entrées 26 août 2008 5

L'Incroyable Hulk est troisième plus gros succès du réalisateur Louis Leterrier et le vingt et unième de l'année.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Hulk est un personnage fictif très populaire de l’univers des comics de Marvel. Il a été créé par Stan Lee et Jack Kirby et a par la suite été repris par de nombreux auteurs. En 1977, en raison de la popularité croissante du personnage, deux téléfilms furent diffusés sur les ondes de CBS avec Bill Bixby dans le rôle de David Banner, Jack Colvin dans le rôle de Jack Mcgee et Lou Ferrigno dans le rôle de l’incroyable Hulk. Ces téléfilms furent suivis d’une série télévisée diffusée de 1978 à 1982. Puis quatre autres téléfilms furent tournés : un en 1978, qui a servi de pilote pour la saison 2, et 6 ans après la fin de la série, les producteurs décidèrent de relancer la machine et de tourner trois nouveau téléfilms qui firent suite a la série.

En 1988 sort le Retour de l'incroyable Hulk avec Thor, un autre personnage de Marvel. Puis en 1989, c'est le tour de le Procès de l'incroyable Hulk, avec Daredevil cette fois. Le troisième et dernier téléfilm sort en 1990 : La Mort de l'incroyable Hulk marque la fin de ce qui avait commencé déjà avec Bill Bixby et Lou Ferrigno en 1977.

Après une première adaptation au cinéma, réalisée en 2003 par Ang Lee et mettant en vedette Eric Bana dans le rôle du docteur Banner, Marvel Studios s’est réapproprié les droits du personnage en vue de produire une nouvelle adaptation[6]. Le scénariste Zak Penn a été sollicité pour travailler sur une suite plus proche du comics originel et de la série télévisée[7]. Edward Norton a accepté de tenir le rôle-titre à condition de pouvoir réécrire à sa guise le scénario. Le script original fut ainsi largement retravaillé et des scènes de flash-back furent ajoutées au scénario afin d’expliquer les origines du monstre vert, faisant ainsi abstraction du premier film[8]. Le tournage fut réalisé en grande partie à Toronto, Canada en 2007. L’objectif de Louis Leterrier visait à créer des monstres plus réels, plus effrayants. Il fit refaire l’apparence de l’Abomination, à l’origine un humanoïde reptilien, pour en faire un monstre à la colonne vertébrale protubérante et aux muscles hypertrophiés.

Samuel Sterns, joué par Tim Blake Nelson, a été ajouté au scénario afin qu’il devienne un ennemi de Hulk dans une éventuelle suite. Il incarnerait alors le Leader[9].

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

Plusieurs allusions sont faites à l’attention des familiers de comics :

  • Pendant le générique de début, des coupures de presse montrent les noms de Stark Industries, de Nick Fury directeur du SHIELD, de Rick Jones, de Doc Samson.
  • On voit Stan Lee, qui fait une apparition en forme de clin d’œil dans presque toutes les adaptations au cinéma de comics Marvel, boire une boisson contaminée par le sang de Bruce Banner.
  • Le sérum du super soldat utilisé pour Blonsky (l’Abomination) est celui qui a transformé Steve Rogers en Captain America. Par ailleurs, dans la scène d'ouverture alternative on peut voir Bruce Banner dans un lieu enneigé et, lorsqu’il se transforme en Hulk, la glace laisse apparaitre le bouclier de Captain America.
  • Lorsque Bruce retourne aux États-Unis, il loge dans une pizzeria qui se nomme Stanley's, en référence à Stan Lee.
  • L'adresse mail du Dr Samuel Sterns est sst3rns62@grayburncollege.net : sst3rns pour S. Sterns, et 62 peut correspondre à 1962, année de première apparition de Hulk dans les bandes dessinées.
  • La dernière scène du film montre le général Ross assis dans un bar, rejoint par Tony Stark, qui informe Ross qu'« ils » montent une équipe. Le film s'arrête sur la question du général demandant à Stark de qui il parle. Il s'agit là d'une référence évidente au futur film Avengers, regroupant certains héros Marvel.
  • Lorsque Edward Norton allume son ordinateur, son antivirus est Norton 360.
  • Lorsque Blonsky se transforme en Abomination et endommage le laboratoire de Samuel Sterns, le sang contaminé de Banner coule sur le crâne blessé de ce dernier, sa tête commence à grossir puis on le voit esquisser un large sourire, ce qui indique qu'il pourrait devenir le Leader dans une éventuelle suite.
  • Lou Ferrigno, l’acteur culturiste qui incarnait Hulk dans la série télévisée L'Incroyable Hulk, fait une apparition en tant qu’agent de sécurité de l’université où travaille Betty.
  • Un hommage est rendu au défunt Bill Bixby (David Banner dans la série télé) : au tout début du film, Bruce Banner regarde la télévision et on y aperçoit, le temps d’une gifle, Bill Bixby.
  • Un autre clin d'œil est présent dans le film : après la seconde transformation de Hulk, lorsque la chaine d'information retransmet les images des dégâts causés par Hulk dans le campus, la journaliste nous fait voir les images prise à partir du portable d'un étudiant nommé Jack McGee. Pour rappel, c'est le nom du journaliste interprété par Jack Colvin dans la série des années 1970.
  • Lors de la scène finale, où Bruce Banner reçoit une lettre, cette dernière est écrite au nom de David B. Ceci est un clin d’œil à la série dans laquelle le personnage joué par Bill Bixby changeait souvent d'identité en conservant son prénom "David" suivi d'un nom de famille commençant toujours par la lettre "B" (Baxter, Burton…).
  • Une légende vivante des arts martiaux, Rickson Gracie, champion de jiu-jitsu brésilien et de free fight, fait également une apparition.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]