L'Impromptu de Versailles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Impromptu de Versailles est une comédie en un acte et en prose de Molière, créée d'abord à Versailles le 14 octobre 1663, puis au Théâtre du Palais-Royal le 4 novembre 1663. Cette pièce peut s'inscrire dans la catégorie « théâtre dans le théâtre ».

Résumé[modifier | modifier le code]

Molière, auteur, directeur de troupe, metteur en scène ainsi qu'acteur, dirige la répétition d’une de ses pièces qui doit être jouée dans quelques heures devant le roi. Les acteurs sont mécontents, car ils n’ont pas eu le temps d’apprendre leurs rôles. Ils reprochent à Molière de n’avoir pas fait plutôt une parodie des acteurs de l’Hôtel de Bourgogne qui les avaient critiqués.

Molière s’amuse à en caricaturer quelques-uns avant de vouloir reprendre la répétition et de guider ses acteurs (Scène I), lorsqu’un fâcheux vient imposer sa présence. Celui-ci accepte enfin de s’en aller en disant qu’il va prévenir le roi que la troupe est prête à jouer. (Scène II)

La répétition peut enfin débuter. Molière et La Grange jouent deux marquis, chacun estimant que c’est l’autre qui a été visé dans La Critique de l'école des femmes. Ils prennent à témoin un tiers, Brécourt, qui tient l’emploi d’un raisonneur. Puis c’est le tour de Mlle Du Parc et de Mlle Molière de caricaturer une prude et une femme d’esprit satirique, tandis que Du Croisy joue un poète jaloux et Mlle de Brie une coquette.

Mais la répétition s’interrompt encore, les acteurs affirmant qu’ils ne sauraient jouer leurs rôles en aussi peu de temps (fin Scène V). L’affolement gagne toute la troupe quand on leur apprend que le roi est arrivé et demande à les voir jouer. (Scène VI à X)

Fort heureusement un dernier messager leur apprend que le roi a appris leur embarras et leur accorde un répit. (Scène XI, finale)

Quelques répliques[modifier | modifier le code]

  • Molière : « Il vaut mieux s’acquitter mal de ce que [les rois] nous demandent que de ne s’en acquitter pas assez tôt ; et si l’on a la honte de n’avoir pas bien réussi, on a toujours la gloire d’avoir obéi vite à leurs commandements » (scène I).
  • Brécourt : « Le dessein [de Molière] est de peindre les mœurs sans vouloir toucher aux personnes, et que tous les personnages qu’il représente sont des personnages en l’air, [...] qu’il habille à sa fantaisie pour réjouir les spectateurs » (scène IV).
  • Mlle Molière : « Pourquoi [Molière] fait-il de méchantes pièces que tout Paris va voir, et où il peint si bien les gens, que chacun s’y connaît ? Que ne fait-il des comédies comme celles de M. Lysidas ? Il n’aurait personne contre lui, et tous les auteurs en diraient du bien » (scène V).


Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs et actrices ayant créé les rôles
Personnage Acteur ou actrice
Molière et un marquis ridicule Molière
Brécourt et un homme de qualité Brécourt
La Grange et un marquis ridicule La Grange
Du Croisy et un poète Du Croisy
La Thorillière et un marquis fâcheux La Thorillière
Un messager Béjart
Mlle Du Parc et une marquise façonnière Mlle Du Parc
Madeleine Béjart et une prude Mlle Béjart
Mlle de Brie et une sage coquette Mlle de Brie
Mlle Molière et une satirique spirituelle Mlle Molière
Mlle du Croisy et une peste douceureuse Mlle du Croisy
Mlle Hervé et une servante précieuse Mlle Hervé

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :