L'Horreur dans le musée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Horreur dans le musée
Publication
Auteur Hazel Heald (H. P. Lovecraft)
Titre d'origine The Horror in the Museum
Langue anglais
Parution juillet 1933
Intrigue
Genre horreur

L'Horreur dans le musée (titre original : The Horror in the Museum) est une nouvelle parue en juillet 1933 dans le magazine Weird Tales. Bien qu'elle ait été publiée sous le nom de Hazel Heald, elle a été en réalité écrite par H. P. Lovecraft.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le protagoniste, Stephen Jones, découvre un musée de cire proposant des statues de créatures particulièrement monstrueuses et fait connaissance avec le propriétaire du musée, George Rogers, un individu à la réputation sulfureuse. Un jour, Rogers lui raconte la découverte qu'il a faite avec son assistant Orabona lors d'une expédition en Alaska : dans les profondeurs de ruines vieilles de trois millions d'années gisait une gigantesque créature amphibie venue de la planète Yuggoth. Ils l'ont ramenée, endormie sur son trône, jusqu'à Londres. Lorsque Jones entend Rogers lui expliquer comment il a réveillé la créature et qu'il prévoit de lui offrir de nombreux sacrifices, il est persuadé d'avoir affaire à un fou. Même lorsque Rogers lui montre une photographie, il croit qu'il ne s'agit que d'une nouvelle statue de cire. Il accepte de passer la nuit dans le musée pour convaincre Rogers de sa folie.

Au beau milieu de la nuit, Jones s'évanouit après une confrontation avec une créature mi-singe, mi-insecte. En se réveillant, il entend Rogers psalmodier une incantation à « Rhan-Tegoth » et comprend qu'il compte le tuer. Prenant l'initiative, il parvient à le maîtriser et à le ligoter. Furieux, Rogers lui révèle que toutes les statues du musée ne sont pas des œuvres d'art, mais de véritables monstres figés par ses soins dans la cire ; puis il tente de le convaincre d'adorer la créature, Rhan-Tegoth, avec lui. Au bord de la folie, Jones s'enfuit tandis que Rogers pousse derrière lui un dernier hurlement.

Quelques semaines plus tard, Jones trouve le courage de retourner au musée et y trouve Orabona en charge des lieux. Celui-ci lui apprend que Rogers est en voyage en Amérique pour une durée indéterminée et lui propose d'admirer la dernière œuvre du musée : « Le Sacrifice à Rhan-Tegoth ». Horrifié, Jones découvre une gigantesque statue du monstre dont il avait vu la photo, avec ses six pattes noires terminées en pinces de crabe, sa tête globuleuse à trois yeux, sa trompe et ses ouïes. Il tient entre ses pattes un cadavre mutilé dont Jones reconnaît la tête : c'est celle de Rogers.

Rédaction et publication[modifier | modifier le code]

L'Horreur dans le musée est l'une des cinq nouvelles écrites ou reprises par Lovecraft pour Hazel Heald. Dans sa correspondance, Lovecraft rapporte qu'il l'a rédigée « à partir d'un synopsis si mauvais que je l'ai presque complètement écarté – elle est presque de moi seul[1] ».

La nouvelle est parue en juillet 1933 dans le magazine Weird Tales (volume 22, no 1), dans le même numéro que La Maison de la sorcière. Par la suite, elle a été rééditée dans plusieurs recueils, dont Beyond the Wall of Sleep (1943) et The Horror in the Museum and Other Revisions (1970), donnant son titre à ce dernier.

Critique[modifier | modifier le code]

Selon S. T. Joshi, L'Horreur dans le musée est une auto-parodie volontaire de la part de son auteur, qui y reprend les éléments caractéristiques de son mythe de Cthulhu pour les pousser jusqu'à l'absurde[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. S. T. Joshi & David E. Schultz, An H.P. Lovecraft Encyclopedia, Greenwood Publishing, 2001 (ISBN 0313315787), p. 116.
  2. (en) S. T. Joshi, A Subtler Magick: The Writings and Philosophy of H. P. Lovecraft, Wildside Press, 1996 (ISBN 1880448610), p. 198-199.