L'Homme unidimensionnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Homme unidimensionnel est un essai de Herbert Marcuse, avec le sous-titre d'Essai sur l'idéologie de la société avancée[1] publié en 1964 aux États-Unis et en 1968 en France traduit avec Monique Wittig.

Idées[modifier | modifier le code]

Marcuse propose dans son Homme unidimensionnel une critique du monde moderne qui emporte à la fois le capitalisme et le communisme soviétique, basée sur le constat, dans les deux systèmes, de l'augmentation des formes de répression sociale (qu'elle soit d'ordre privé ou public). Ainsi, la tendance, dans les pays supposément marxistes, à la bureaucratisation était, pour Marcuse, tout aussi opposée à la liberté que dans les pays occidentaux.

Il avance que ce qu'il appelle la « société industrielle avancée » crée des besoins illusoires (false needs) qui permettent d'intégrer les individus au système de production et de consommation par le truchement des mass media, de la publicité et de la morale. La conséquence en est un univers de pensée et de comportement « unidimensionnel », au sein duquel l'esprit critique ou les comportements antisystémiques sont progressivement écartés. À l'encontre de ce climat ambiant, Marcuse se fait le champion d'une « négation intégrale » (great refusal), seule opposition adéquate aux méthodes de contrôles de la pensée en cours. Une grande partie de l'ouvrage consiste en une défense de cette « pensée négative » comme force de fracture contre le système positiviste.

Marcuse rend également compte de l'intégration de la classe ouvrière industrielle dans la société capitaliste et des nouvelles formes de la stabilisation du capitalisme, réinterprétant les postulats marxistes d'une nécessaire crise du capitalisme et révolution prolétarienne. Contrastant avec la doctrine orthodoxe marxiste, Marcuse met de surcroît en valeur la force non-intégrée des minorités, des outsiders, et des intelligentsias radicales, dans l'espoir de nourrir la pensée critique d'opposition.

Et enfin le livre se finit par la citation pessimiste de Walter Benjamin que « Nur um der Hoffnungslosen willen ist uns die Hoffnung gegeben » (L'espoir ne nous est donné qu'autour des désespérés).

Réception[modifier | modifier le code]

Paru en France en avril 1968 (un peu avant les évènements de Mai), l'ouvrage de Marcuse rend peut-être plus compte de l'état de la société contemporaine qu'il n'a d'influence sur le mouvement. L'Homme unidimensionnel rencontre un très large écho, et, par sa généalogie philosophique (l'influence de l'Ecole de Francfort est encore très présente chez Marcuse), est porteur d'un renouvellement profond de la pensée. En effet, outre cette symétrie féconde dans la critique de deux grands régimes de domination, l'École de Francfort remplace l'ancienne notion de « synthèse » par celle, profondément plus libertaire, de « constellation ».

S'il reçut de vives critiques de la part des marxistes orthodoxes aussi bien que des théoriciens non-marxistes, de gauche comme de droite, et quel qu'en fut le pessimisme affiché, L'Homme unidimensionnel influença de nombreuses personnalités au sein de la Nouvelle Gauche, en particulier aux États-Unis (Angela Davis pour ne citer qu'elle) et en France, par son double rejet du capitalisme et du marxisme soviétique. Les thèses présentées par Marcuse dans ce texte sont réinterprétées et discutées par J. Habermas dans son livre La science comme idéologie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Raulet, Herbert Marcuse. Philosophie de l'émancipation, PUF, Paris, 1992.
  • Alain Martineau, Herbert Marcuse’s Utopia, Harvest House, Montreal, 1986.
  • Jean-Michel Palmier, Marcuse et la nouvelle gauche, Belfond, Paris, 1973.
  • Pierre Masset, La pensée de Herbert marcuse, Coll. Regard, Toulouse, Edouard Privat Editeur, 1969.
  • Palmier, Jean-Michel, Présentation d'Herbert Marcuse, U.G.E. (10/18), Paris, 1969.
  • « Le grand printemps » dans Jean-François Sirinelli et Pascal Ory, Les Intellectuels en France, Perrin, 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]