L'Homme qui venait d'ailleurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Homme qui venait d'ailleurs

Titre original The Man Who Fell to Earth
Réalisation Nicolas Roeg
Scénario Paul Mayersberg
d'après Walter Tevis
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Science-fiction

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Homme qui venait d'ailleurs (The Man Who Fell to Earth) est un film britannique réalisé par Nicolas Roeg, sorti en 1976, adapté du roman de Walter Stone Tevis, L'Homme tombé du ciel (The Man Who Fell to Earth) publié en 1963.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Thomas Jerome Newton (David Bowie) semble avoir survécu à un crash au Nouveau-Mexique et survit en vendant des alliances portant ses initiales jusqu’au jour où il entre en contact avec un avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle Oliver V. Farnsworth (Buck Henry) : Newton lui soumet un certain nombre de brevets révolutionnaires dont par exemple le développement photographique instantané. Ils fondent ensemble la World Enterprises Corporation qui devient rapidement une entreprise à la pointe de la technologie. Pourtant Newton, qui a délégué les opérations à Farnworth, fait preuve d’un comportement excentrique et iconoclaste. Ainsi, lors d’une escapade dans un motel peu digne d’un multimillionnaire, à la suite d'un malaise dans l’ascenseur qui le mène à sa chambre, il fait la connaissance d’une femme de chambre un peu paumée et à la recherche d’affection, Mary-Lou (la remarquable Candy Clark) qui s’éprend instantanément de lui. Ensemble ils passent leurs journées à boire (ce qui déclenche chez lui d’étranges hallucinations) et à faire l’amour. Mais bientôt Newton se comporte de manière de plus en plus étrange, passant ses journées à regarder plusieurs télévisions simultanément. Tout bascule quand Newton décide que toute les activités du groupe doivent à présent se concentrer sur la conquête spatiale et la fabrication d’un vaisseau interstellaire. Pour cela, il recrute un universitaire à la dérive spécialisé dans l’énergie, Nathan Bryce (Rip Torn).

Alors qu'il vit à présent reclus avec Mary-Lou au bord d’un lac isolé, à proximité de son chantier, et avec pour seul voisin le professeur Bryce, Newton se laisse plus ou moins volontairement démasquer : il est en fait un humanoïde extra-terrestre venu sur terre pour trouver un moyen d’acheminer de l’eau sur sa planète en phase finale de désertification. La vie de sa femme et de ses deux enfants en dépend. Alors que le projet de navette spatiale touche à sa fin et devient fortement médiatisé, le gouvernement américain prend ombrage des succès de la World Enterprises et charge les services secrets d’y mettre un terme. Newton est enlevé et rapidement démasqué alors que Farnworth est « suicidé » avec son compagnon et la société intégralement démantelée. Newton est alors séquestré dans un hôtel aménagé en villa, et constamment incité à boire pour supporter l’isolement. Il fait alors l’objet d’une multitude de tests biologiques dont il gardera des séquelles indélébiles : ses lentilles humaines deviendront définitives à la suite d'examens malencontreux. Après de nombreuses années d’enfermement, profitant d’une baisse de vigilance de ses gardes et, visiblement, d’un désintérêt croissant, il parvient à s’enfuir. C’est le professeur Bryce qui, de nombreuses années plus tard, alors qu’il vit avec Mary-Lou devenu alcoolique, retrouve la trace de Newton. En effet, ce dernier a par dépit, enregistré un 33T dans l’espoir qu'il passera à la radio et que sa femme - qui, parfois, écoutait la radio terrienne - un jour, l’entendra. Newton, qui ne montre aucun signe de vieillissement, vit dans la clandestinité, résigné, noyant son échec dans une consommation d’alcool compulsive.

Différences entre le film et le roman[modifier | modifier le code]

The Man Who Fell to Earth a été écrit par Walter Stone Tevis en 1963 et adapté au cinéma par Nicolas Roeg, 13 ans plus tard, en 1976. Le film respecte assez fidèlement le livre mais on constate que de nombreux détails ont été modifiés voire supprimés.


Personnages :

Le héros, Newton, incarné par David Bowie, apparaît comme un homme maigre, de taille moyenne avec une chevelure orange vif propre au style du chanteur. Le personnage du livre, lui, est un homme de plus de deux mètres aux cheveux bouclés blond platine. La différence la plus marquante est sans doute le caractère du héros, le film le montrant comme quelqu'un de stoïque, insensible à ce qui lui arrive et à l'échec de sa mission.

Le personnage de Marie-Lou diffère également : le roman la présente comme une sorte de gouvernante, nommée Betty-Joe, au service de Newton. Entre eux il n'y a aucune relation intime. À la fin du film, Marie-Lou et Bryce sont ensemble, ce qui est conforme à l'intrigue du roman.

Parmi les personnages secondaires, le mystérieux voiturier français, Brinnarde, qui est un agent du FBI, devient dans le film, Arthur, chauffeur personnel de Newton.

Le docteur Bryce est un personnage beaucoup plus complexe dans le film. Alors que dans le livre, Tevis le peint comme un veuf solitaire, le film sous-entend qu'il est divorcé depuis peu et que, en pleine crise identitaire, il collectionne les relations amoureuses avec de jeunes étudiantes. Sa rencontre avec le professeur Canutti dans le film va développer cette crise. Le passage où Bryce découvre la véritable identité de Newton en le photographiant secrètement avec un appareil photo radiographique est une scène qui suit l'intrigue du roman. D'autre part, au début du film, la présence d'une ombre lors de l'atterrissage du vaisseau de Newton sur Terre souligne que le gouvernement a connaissance de sa présence. Un fait qui n'est découvert qu'à la fin du roman.

L'avocat de Newton et le copiste Oliver Farnsworth sont aussi considérablement plus développés dans le roman. La description que donne Nicolas Roeg de la vie privée de Farnsworth suggère clairement qu'il est homosexuel et a une relation sérieuse avec un homme plus jeune. Sa mort brutale n'appara^it que dans le film.


Scènes et détails :

La mission de Newton est vague dans le film. Le roman explique que son vaisseau est destiné à rentrer automatiquement sur Anthea (planète d'où est originaire Newton) puis d'en emmener les derniers survivants sur Terre afin qu'ils infiltrent les différents gouvernements et dirigent le monde. Dans un chapitre-clé, Newton révèle à Bryce qu'Anthea a été pratiquement détruite par une guerre nucléaire qui y a exterminé toutes les espèces - il ne reste que 300 survivants. Il révèle aussi que sa véritable motivation est l'intervention de son espèce sur Terre pour empêcher une guerre nucléaire.

Les descriptions et détails sur le temps diffèrent aussi entre roman et film. Le roman utilise des dates définies par des périodes, des événements (élections de présidents, débuts de guerres), quand la version révisée du livre est divisée en trois sections principales : 1985, 1988 et 1990. L'action entière du roman se déroule sur tout juste cinq ans. Dans l'édition de 1963, les dates commencent en 1972 et finissent en 1976. Il y a une petite incohérence dans la chronologie de la version revisitée du roman.

Dans le film, il n'y a ni calendrier ni montre, aucune référence au passage des années, à part une brève indication du cadre historique dans la première section du film : lorsque Newton rencontre Farnsworth à New York, on aperçoit un drapeau des États-Unis de 1976.

Le final, avec l'examen médical secret de Newton, apparaît dans le roman, mais est particulièrement court dans le film; c'est en fin de compte une radiographie du crâne de Newton par les yeux. Ayant les yeux très sensibles aux rayons, il essaye d'empêcher les médecins de faire leurs expériences, échoue et reste aveugle.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]