L'Homme de l'Ouest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Homme de l'Ouest

Titre original Man of the West
Réalisation Anthony Mann
Scénario Reginald Rose
Acteurs principaux
Sociétés de production Ashton Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre western
Sortie 1958
Durée 100 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Homme de l'Ouest (Man of the West) est un film américain réalisé par Anthony Mann, sorti en 1958.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Link Jones arrive dans la petite ville de Cross Cut (Texas) ; il est visiblement mal à l'aise, troublé par la vie citadine et effrayé par le train à vapeur. Il vient d'un village isolé et inconnu. Quand le shérif local l'interpelle, il se présente sous un faux nom. L'homme intrigue un voyageur un peu roublard (un joueur professionnel) qui l'entreprend. Link lui raconte qu'il va à Fort Worth recruter une institutrice pour enseigner dans son village, et lui laisse entendre qu'il a avec lui le fruit d'une collecte d'argent des habitants pour la convaincre.

L'homme lui présente alors Billie, une ravissante chanteuse de saloon qui voyage avec eux, en la faisant passer pour une institutrice, mais la tentative de flouer Link, beaucoup moins dupe qu'il n'en a l'air, tourne court. Le train fait une halte pour charger le bois nécessaire à son bon fonctionnement et les passagers sont réquisitionnés pour aider. C'est ce moment qu'a choisi un groupe de hors-la-loi pour lancer une attaque sur le train et essayer de s'emparer de l'argent qu'il transporte.

Mais l'attaque est repoussée, le train repart à toute vapeur. Cependant, tous les passagers n'ont pas eu le temps d'y remonter : restent sur la voie Link, le joueur et la chanteuse.

Billie fait contre mauvaise fortune bon cœur, alors que le joueur pleurniche : ils se trouvent en pleine nature sauvage et doivent chercher un refuge. Ils marchent à travers un paysage verdoyant et finissent par tomber sur une ferme qui semble abandonnée. Link décide d'aller en éclaireur. Les hommes qui lui ouvrent sont ceux qui ont tenté l'attaque du train. La situation est assez tendue, mais la maison est familière à Link, comme la voix du vieux chef de bande. Ce dernier, Dock Tobin, reconnaît Link, jadis son meilleur élève dans le crime, et qui un jour s'est enfui de la bande de Dock pour vivre honnêtement. Le vieil homme se persuade que Link est revenu pour lui. Pour rester en vie, et préserver celle de ses deux compagnons d'infortune, Link n'a d'autre choix que de le lui faire croire et d'accepter de participer à l'attaque de la banque de la mine d'or de Lassoo, tout en sachant que les autres membres de la bande, eux, ne sont pas dupes...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Chanson du film[modifier | modifier le code]

"Man of the West" : paroles et musique de Bobby Troup, interprétée par Julie London

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Gary Cooper, épuisé par le cancer qui va le tuer 3 ans plus tard, à 60 ans, renforce son image stoïque. Son personnage, Link, l’ancien hors-la-loi, répugne à retomber dans la violence, mais il rechute. Ainsi, dans les scènes de lutte avec ses cousins de la bande, des hommes plus jeunes et plus forts que lui : Coaley, qu’il hésite cependant à étrangler après l’avoir assommé, et dont il arrache les vêtements pour venger Billie – et Claude, qu’il tue au revolver sous le porche de la banque abandonnée, alors qu’ils ont tous les deux roulé au sol.
  • Scènes osées pour le genre et la mentalité de l’époque (le western-spaghetti est encore loin) : le strip-tease forcé de Billie, dans la ferme, à la lueur des lampes à pétrole, sous la menace des mauvais garçons (et le matin suivant, quand Sam, le joueur efféminé, se plaint à Link de ce que les bandits lui ont fait pendant la nuit, Link lui lance : « Tais-toi ! ») - la dénudation de Coaley par Link, après leur pugilat – la découverte par Link de Billie, stuporeuse et demi-nue dans le wagon : Dock, resté seul avec elle, a assommé la chanteuse de saloon puis a abusé d’elle.
  • Réception : à sa sortie, le film fut largement ignoré par les critiques américains, mais Jean-Luc Godard déclara qu’il était le meilleur film de l’année[1]. Dans les décennies suivantes, "L'Homme de l'Ouest" est devenu un film culte : ainsi Derek Malcolm du Guardian pense qu’il est le meilleur film de Mann[2], qui a pourtant à son actif des westerns célèbres (avec James Stewart comme acteur principal).
  • Anthony Mann change ici de « héros » pour son nouveau western : Gary Cooper succède à son interprète fétiche, James Stewart, que Mann a fait tourner à 8 reprises pour notamment 5 westerns.
  • À l'époque du film, Julie London, qui fut une actrice en vue dans les années 1940 et 1950, voyait sa carrière de chanteuse décoller avec un répertoire de variété flirtant avec le jazz.
  • Jack Lord est devenu célèbre grâce à son rôle du commissaire Mc Garrett dans la série TV Hawaï police d'État.
  • Lee J. Cobb est le troisième juré dans Douze hommes en colère de Sydney Lumet en 1957, d'après la pièce créée par le scénariste de L'Homme de l'Ouest, Reginald Rose.
  • Deux des interprètes de L'homme de l'Ouest ont joué dans la série TV Les Mystères de l'Ouest : Arthur O'Connell et John Dehner.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour les films de 1958, voir Box-office France 1958 et en.wikipedia
  2. voir (en) Century of Films

Liens externes[modifier | modifier le code]


http://forum.westernmovies.fr/viewtopic.php?f=20&t=5553