L'Homme blessé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Homme blessé est un film français réalisé par Patrice Chéreau sorti en salle en 1983.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Henri, un adolescent ordinaire qui s'ennuie dans une famille bourgeoise croise par hasard dans une gare parisienne Jean, un homme plus âgé impliqué dans le milieu de la prostitution. Ressentant de la passion pour cet homme plus âgé, Henri tente de se prostituer pour gagner son amour.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

  • Patrice Chéreau et Hervé Guibert ont travaillé pendant six ans sur le scénario entre 1975 et 1982. Le film a eu pour titre provisoire L'homme qui pleure. Les auteurs le voyaient comme un film "sur l'amour, sur un amour envahissant". Ils parlent d'un "coup de foudre comme initiation aux malheurs". Ils ont lu Dostoievski, Jean Genet, Jorge Luis Borges, Cesare Pavese et Reinaldo Arenas pendant ce travail. Ils ont réalisé treize versions successives et ont conservé celle qui se rapprochait le plus d'un roman. Ils ont publié le scénario et leurs notes de travail sous la forme d'un livre. Le livre diffère du film[4].
  • Patrice Chéreau a déclaré que son film n'était pas un film sur l'homosexualité. Il a précisé, lors de la présentation à Cannes, qu'il ne s'agit pas de la description d'un milieu fermé, mais simplement de la passion d'un adolescent pour un autre homme, d'un amour entre deux hommes. C'est ce qui fait la particularité du film, qui n'est pas un documentaire[5].
  • Pour Frédéric Martel, L'Homme blessé est un film révélateur de l'homosexualité dans les années 1980 et prémonitoire des années sida. Il décrit un certain bonheur dans la marginalité. Chéreau a mis en scène comme Jean Genet, Kenneth Anger ou Stephen Frears des "situations de drague dans les tasses, où le prostitué, le clochard, le pédé, les gouapes se mêlent dans un étonnant cocktail de puanteur et de vaseline". Il s'agissait au départ d'adapter le Journal du voleur de Jean Genet[6].
  • Les thèmes de Chéreau sont "la complexité du passage de l'adolescence à l'âge adulte, le premier émoi adolescent, la difficulté d'aimer, le trafic des sentiments, l'amour discordant rude, violent mais l'amour malgré tout, l'amour fou au milieu de la prostitution"[7].
  • On a reproché à Patrice Chéreau de donner une vision malheureuse de l'homosexualité. Chéreau a répondu : "On ne fait pas en général de film sur les histoires heureuses. On n'a jamais reproché aux histoires hétérosexuelles malheureuses de jeter une triste lumière sur l'hétérosexualité"[8].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vittorio Mezzogiorno remplace in extremis Christophe Malavoy. Il est doublé par Gérard Depardieu. Estimant que ce personnage était déjà décalé de par sa marginalité sociale, Chéreau n'a pas désiré accentuer son étrangeté en laissant le comédien s'exprimer avec un fort accent étranger (dossier de presse du film). Voir l'article sur Vittorio Mezzogiorno.
  2. http://www.imdb.fr/name/nm0150061/
  3. Retransmission télévisée du 03.03.1984 dans les archives de l'INA
  4. Patrice Chéreau, Hervé Guibert, L'homme blessé, Editions de Minuit, 1983
  5. Patrice Chéreau, FR3, 18.05.1983 (archives de l'INA)
  6. Frédéric Martel, Le rose et le noir, Seuil, 2008, p. 127
  7. Martel, p. 314
  8. Cité par Martel, p. 315
  9. Bernard-Marie Koltès, Lettre à Patrice Chéreau, 9 Juin 1982, in Lettres, Editions de Minuit, 2009, p. 457.
  10. Pedro Almodovar sur le site de la Cinémathèque française [1]
  11. Samuel Dohaire, Souvenirs d'un "Homme blessé", Libération, 11.03.2005 [2]

Liens externes[modifier | modifier le code]