L'Homme au sable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec L'Homme de sable
L'Homme au sable
Auteur E.T.A. Hoffmann
Genre Nouvelle fantastique
Version originale
Titre original Der Sandmann
Langue originale Allemand
Pays d'origine Allemagne
Date de parution originale 1817
Version française
Nombre de pages 38 ou 51 (en version intégrale)

L'Homme au sable (Der Sandmann, en allemand) est une nouvelle fantastique de E.T.A. Hoffmann parue en 1817 dans le recueil des Contes nocturnes (Nachtstücke).

Résumé[modifier | modifier le code]

L'étudiant Nathanaël, héros de ce conte, a été marqué dans son enfance par l'avocat Coppelius, un ami de son père qu'il croit responsable de la mort de ce dernier et qu'il identifie à l'Homme au Sable. Devenu adulte, Nathanaël voit cette angoisse resurgir à la venue d’un opticien ambulant italien du nom de Coppola, qu’il prend pour Coppelius. Il lui achète une longue-vue de poche grâce à laquelle il découvre puis épie Olympia, la fille de son professeur de physique Spalanzani qui habite de l'autre côté de la rue. Il tombe amoureux d'Olympia. En fait, c'est un automate, auquel Spalanzani, plus alchimiste que physicien, a « donné vie » à l'aide de Coppelius. Nathanaël va-t-il vers la folie ou sera-t-il capable, avec l'aide de son ami et de sa fiancée Clara, de reprendre pied dans la réalité ?

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Nathanaël, jeune étudiant traumatisé depuis la mort de son père, mort au court d'une expérience alchimique (en présence de l'avocat Coppelius).
  • L'Homme au sable, personnage, fictif associé à un alchimiste démoniaque du nom de Coppelius par le protagoniste.
  • Coppelius, vieil avocat très laid, il aime traumatiser les enfants, il les appelle « les petites bêtes »
  • Giuseppe Coppola, vendeur de baromètre associé à Coppelius.
  • Clara, fiancée de Nathanaël.
  • Lothaire, frère de Clara.
  • Spalanzani, professeur de physique à l'université de Nathanaël.
  • Olympia, fille de Spalanzani qui se révèle être un automate créé par le physicien.
  • Sigismond, ami de Nathanaël et narrateur de cette histoire.

Analyse[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle aborde (notamment) la fascination que peut exercer sur certains le monde familier et inquiétant des automates, supports de fantasmes souvent coupés du réel. Elle est à l'origine d'un important concept élaboré par Ernst Jentsch puis repris par Freud: l'« Unheimliche », traduit par « inquiétante étrangeté » en français par Marie Bonaparte.

Édition[modifier | modifier le code]

  • E.T.A. Hoffmann, Don Juan, suivi de Der Sandmann - Le marchand de sable. [sic], Paris : LGF Livre de poche, 1991 (version bilingue) (ISBN 2253055549) (Bilingue: Les langues modernes) p. 75 - 188. Trad. Michel-François Demet

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]