L'Homme au complet marron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Homme au complet marron
Auteur Agatha Christie
Genre Roman policier,
roman d'aventures,
roman d'espionnage
Version originale
Titre original The Man in the Brown Suit
Éditeur original John Lane
Langue originale Anglais
Pays d'origine Royaume-Uni
Date de parution originale 1924
Version française
Traducteur Juliette Pary (1930)
Sylvie Durastanti (1990)
Éditeur Librairie des Champs-Élysées
Collection Le Masque, no 69
Date de parution 1930
Nombre de pages 249 p. (1930)

L'Homme au complet marron (The Man in the Brown Suit dans les éditions originales anglophones) est le quatrième roman écrit par Agatha Christie, publié en 1924. Sa thématique le rattache à la fois au roman policier, au roman d'espionnage et au roman d'aventures.

Résumé[modifier | modifier le code]

Une jeune fille désargentée, Anne Beddingfeld, vient tenter sa chance à Londres après le décès de son père, professeur désargenté féru de paléontologie mais détaché des réalités « terrestres ».

Elle est le témoin de la chute suspecte d'un homme sur la voie ferrée, dans le métro de Londres. Anne Beddingfeld a pu constater à cette occasion que la victime avait été effrayée par la présence d'un homme mystérieux.

Par une suite de hasards et de petites investigations, Anne finit par retrouver la trace du mystérieux inconnu aperçu sur la scène de l'accident du métro, et achète sur une impulsion subite, avec le reste de ses économies, un billet sur un navire en partance pour l'Afrique du Sud. Elle parvient à se faire engager comme secrétaire de sir Eustace Pedler, propriétaire d'un moulin dans lequel a parallèlement été découvert le corps d'une femme inconnue, après que la police londonienne y fut attirée par la découverte, dans la poche de l'homme mort dans le métro, d'une carte d'agence immobilière chargée de la vente du moulin.

S'ensuivent divers rebondissements et aventures.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Ce roman, découpé en un prologue et 36 chapitres, utilise un procédé de narration à la première personne, alternant deux points de vue différents. Après un prologue narratif à la troisième personne, destiné à introduire un personnage mystérieux et non nommé, on entre dans la suite du récit narré par Anne Beddingfeld (chapitres 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 9, 10, 11, 14, 15, 16, 18, 19, 20, 21, 23, 24, 25, 26, 27, 30, 32, 33, 34, 35 et 36) entrecoupé d'« extraits du Journal intime de sir Eustace Pedler, membre du Parlement » (chapitres 8, 12, 13, 17, 22, 28, 29 et 31).

C'est aussi le premier roman dans lequel on croise le personnage du colonel Race, discret agent des services spéciaux britanniques, qui réapparaîtra à deux reprises dans les enquêtes d'Hercule Poirot, notamment dans Cartes sur table (1936) et Mort sur le Nil (1937), mais aussi dans Meurtre au champagne (1944), où il sera le principal enquêteur.

À noter que ce roman fut le dernier qu'elle publia chez John Lane, ne renouvelant pas son contrat car elle estimait avoir été désavantagée. Elle plaça alors ses intérêts entre les mains d'un agent littéraire qui lui trouva un contrat plus avantageux avec l'éditeur Collins.

À la différence de John Lane, qui avait été réticent pour publier ce roman, un quotidien londonien, l’Evening News, fut suffisamment enthousiaste, après la publication en librairie, pour acheter les droits de publication sous forme de feuilleton quotidien dans ses colonnes, sous un titre qui, s'il déplut à la romancière (titre qu'on pourrait traduire par « Anna l'aventurière » en français), lui permit toutefois de faire l'acquisition, en 1926, de l'automobile de marque Morris, modèle Cowley, qui devait jouer un rôle dans l'épisode de la disparition jusqu'ici inexpliquée de la romancière dans la campagne anglaise, entre le 3 et le 14 décembre 1926.

Remarques[modifier | modifier le code]

La traduction française de 1990 transforme le nom de famille de l'héroïne de « Beddingfield » en « Beddingfeld ». De même, le prénom du personnage de la danseuse espionne est-il adapté de « Nadina » en « Nadine », ainsi que celui du deuxième narrateur du roman, transformé de « Eustace » en « Eustache ».

Éditions[modifier | modifier le code]

Éditions anglo-saxonnes
  • The Man in the Brown Suit, John Lane, Londres, 1924, 310 p.
  • The Man in the Brown Suit, Dodd, Mead & Co., New York, 1924, 275 p., (LCCN 24025524).
  • The Man in the Brown Suit (édition électronique), HarperCollins Publishers, février 2010, (ISBN 0062006657) ou (ISBN 9780062006653).
Éditions françaises
  • L'Homme au complet marron (traduction de Juliette Mary), Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 69, Paris, 1930, 249 p., (notice BnF no FRBNF31945456t).
  • L'Homme au complet marron (nouvelle traduction de Sylvie Durastanti), pp. 625-843, contenu dans : Agatha Christie : 1 : Les années 1920-1925 (avec une présentation de Jacques Baudou, des postfaces et une bibliographie non signées, une filmographie de Jean-Jacques Schleret), Librairie des Champs-Élysées, coll. « Les Intégrales du Masque », Paris, 1990, XVIII-1306 p., (ISBN 2-7024-2086-9), (notice BnF no FRBNF353382100).

Livres-audio[modifier | modifier le code]

Éditions anglo-saxonnes
Édition française

Adaptation télévisée[modifier | modifier le code]

L'Homme au complet marron a fait l'objet, en 1989, d'une adaptation télévisée, sous la forme d'un téléfilm titré The Man in the Brown Suit, réalisé par Alan Grint et adapté par Carla Jean Wagner, avec notamment Stephanie Zimbalist (Anne Beddingfield), Edward Woodward (sir Eustace Pedler), Rue McClanahan (Suzie Blair), Ken Howard (le colonel Race), Simon Dutton (Harry Lucas) et Tony Randall (le révérend Chichester). À la différence du roman, dont une grande partie de l'action se déroule en Afrique du Sud et en Rhodésie du Sud, la partie aventureuse du téléfilm se déroule au Moyen-Orient, toujours sur fond de trafic de diamants. Ce téléfilm, produit par la compagnie Warner Bros., a été diffusée pour la première fois le 4 janvier 1989 sur une chaîne de télévision américaine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]