L'Homme au bras d'or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Homme au bras d'or

alt=Description de l'image The Man with the Golden Arm poster.jpg.
Titre original The Man With the Golden Arm
Réalisation Otto Preminger
Scénario Walter Newman
Lewis Meltzer
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1955
Durée 119 minutes (h 59)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Homme au bras d'or (The Man With the Golden Arm) est un film américain tiré du roman éponyme de Nelson Algren et réalisé par Otto Preminger, sorti en 1955. Il est notamment connu pour son générique, réalisé par le graphiste Saul Bass et la partition très novatrice d'Elmer Bernstein qui marque le début d'une façon d'utiliser le jazz au cinéma[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Frankie Machine revient dans son quartier après un séjour dans un centre de désintoxication. Là-bas il y a appris la batterie où un ami lui annonça qu'il avait un don pour les percussions. Enthousiasmé, il va tenter de contacter un impresario pour devenir batteur, ce que sa femme Zosh, dans un fauteuil roulant depuis un accident de voiture, ne souhaite pas afin que Frankie reste auprès d'elle ; malheureusement, d'anciennes mauvaises fréquentations reviennent vers lui et le font rapidement replonger dans la drogue. Frankie est alors tiraillé entre les dealeurs envers qui il a des dettes et doit pour rembourser être donneur au poker pendant de longues veillées, entre sa femme qui sent que Frankie ne se soucie plus d'elle et qu'il va la quitter, et entre son amie Molly qui tente de le sortir de la drogue…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Premier film hollywoodien à parler ouvertement de la drogue et des effets qu'elle engendre. Les séquences de sevrage de Frankie sont un morceau d'anthologie.
  • C'est le batteur de jazz Shelly Manne qui double Sinatra dans les scènes où ce dernier joue de la batterie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jazz et cinéma, Gilles Mouëllic, Collection Essais, Cahiers du cinéma, 2000 (ISBN 2-86642-260-0)

Lien externe[modifier | modifier le code]