L'Homme Machine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Homme Machine est un ouvrage de Julien Offroy de La Mettrie publié en 1748.

Résumé[modifier | modifier le code]

La Mettrie considère que tous les philosophes passés se sont trompés par leur raisonnement sur l’Homme a priori. Seule la méthode empirique lui paraît légitime.

L’esprit doit être considéré comme une suite de l’organisation sophistiquée de la matière dans le cerveau humain : l’homme n’est donc qu’un animal supérieur (comme l’automate de Vaucanson). La Mettrie étend à l’homme le principe de l’animal-machine de Descartes et rejette par là toute forme de dualisme au profit du monisme. Son déterminisme mécaniste l’amène naturellement à rejeter toute idée de Dieu, même celui des panthéistes avec lequel il refuse de confondre la nature.

La Mettrie est notamment connu dans l’histoire de la philosophie grâce au titre évocateur de ce livre.

En tant que "Monsieur Machine", la classification mécaniste matérialiste devint pour La Mettrie courante, et fut introduite par Marx comme le progrès notable de son unique réflexion sur le matérialisme historique.

[modifier | modifier le code]

.

[modifier | modifier le code]