L'Encyclopédie des planètes extrasolaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Encyclopédie des planètes extrasolaires
Importez le logo de ce site Web
Importez le logo de ce site Web

URL exoplanet.eu
Description Catalogue d'exoplanètes
Commercial Non
Écrit en ?
Publicité Non
Type de site Catalogue d'exoplanètes
Langue(s) Anglais, français, espagnol, portugais, allemand, polonais, italien et persan
Inscription Non
Nombre d'inscrits N.A.
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Propriétaire Observatoire de Paris
Rédacteur en chef Jean Schneider
Lancement
Classement Alexa 654 906 (mondial, 01/05/2015)
État actuel En activité

L'Encyclopédie des planètes extrasolaires[N 1];[1],[2],[3],[4],[5] (en anglais The Extrasolar Planets Encyclopaedia ; abrégé en EPE dans entre autres ces deux langues) est un site web dédié à l'astronomie, fondé en 1995 par Jean Schneider à l'observatoire de Paris. Il maintient une base de données sur les exoplanètes confirmées et hypothétiques.

Distinction entre planète et naine brune[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : planète, exoplanète et naine brune.

La séparation traditionnelle entre planète et naine brune à 13 masses joviennes n'a aucune signification physique précise. La fusion du deutérium peut se produire dans des objets de masse inférieure à cette limite. La quantité de deutérium fusionné dépend également de la composition de l'objet[6]. L'Encyclopédie des planètes extrasolaires inclut les objets jusqu'à 25 fois la masse de Jupiter, considérant que « le fait qu'il n'y ait aucune particularité (special feature) autour de 13 MJup dans le spectre de masse observé renforce le choix d'oublier cette limite de masse »[7], et l'Exoplanet Data Explorer inclut les objets allant jusqu'à 24 masses joviennes en précisant que « La distinction à 13 masses de Jupiter du Groupe de travail de l'UAI n'est pas physiquement motivée pour des planètes avec un cœur rocheux et observationnellement problématique à cause de l'ambiguïté du sin(i)[8]. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Nom dans les différentes langues du site :
    • anglais : The Extrasolat Planet Encyclopaedia (EPE)
    • français : « L'Encyclopédie des planètes extrasolaires » (EPE)
    • espagnol : La Enciclopedia de los planetas extrasolares (EPE)
    • portugais : Enciclopédia dos planetas extra-solares (EPE)
    • allemand : Die Enzykopädie der extrasolaren Planeten (EEP)
    • polonais : Encyklopedia Pozasłonecznych Układów Planetarnych (EPUP)
    • italien : Enciclopedia dei pianeti extrasolari (EPE)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) M. Pätzold et H. Rauer, « Where Are the Massive Close-in Extrasolar Planets? », Astrophysical Journal Letters, vol. 568, no 2,‎ , p. L117 (DOI 10.1086/339794, Bibcode 2002ApJ...568L.117P)
  2. (en) S. Ida et D. N. C. Lin, « Toward a Deterministic Model of Planetary Formation. I. A Desert in the Mass and Semimajor Axis Distributions of Extrasolar Planets », Astrophysical Journal, vol. 604,‎ , p. 388 (DOI 10.1086/381724, Bibcode 2004ApJ...604..388I, arXiv astro-ph/0312144)
  3. (en) S. N. Raymond, A. M. Mandell et S. Sigurdsson, « Exotic Earths: Forming Habitable Worlds with Giant Planet Migration », Science, vol. 313, no 5792,‎ , p. 1413–6 (PMID 16960000, DOI 10.1126/science.1130461, Bibcode 2006Sci...313.1413R, arXiv astro-ph/0609253)
  4. (en) J. C. Armstron et S. L. Larson, « Specific Angular Momenta of Extrasolar Planetary Systems », Bulletin of the American Astronomical Society, vol. 38,‎ , p. 105 (Bibcode 2007AAS...210.0904A)
  5. (en) D. J. Stevenson, « A planetary perspective on the deep Earth », Nature, vol. 451, no 7176,‎ , p. 261–5 (PMID 18202637, DOI 10.1038/nature06582, Bibcode 2008Natur.451..261S)
  6. (en) Auteur inconnu, 2010, « The Deuterium-Burning Mass Limit for Brown Dwarfs and Giant Planets », .
  7. (en) Jean Schneider, Cyrill Dedieu, Pierre Le Sidaner, Renaud Savalle et Ivan Zolotukhin, « Defining and cataloging exoplanets: The exoplanet.eu database », Astron. & Astrophys., vol. 532, no 79,‎ , A79 (DOI 10.1051/0004-6361/201116713, Bibcode 2011A&A...532A..79S, arXiv 1106.0586)
  8. (en) Auteur inconnu, 2010, « The Exoplanet Orbit Database », .