L'Encyclopédie des planètes extrasolaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Encyclopédie des planètes extrasolaires[1],[2],[3],[4],[5] (en anglais The Extrasolar Planets Encyclopaedia) est un site web dédié à l'astronomie, fondé en 1995 par Jean Schneider à l'observatoire de Paris. Il maintient une base de données sur les exoplanètes confirmées et hypothétiques.

Distinction entre planète et naine brune[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : planète, exoplanète et naine brune.

La séparation traditionnelle entre planète et naine brune à 13 masses joviennes n'a aucune signification physique précise. La fusion du deutérium peut se produire dans des objets de masse inférieure à cette limite. La quantité de deutérium fusionné dépend également de la composition de l'objet[6]. L'Encyclopédie des planètes extrasolaires inclut les objets jusqu'à 25 fois la masse de Jupiter, considérant que « le fait qu'il n'y ait aucune particularité (special feature) autour de 13 MJup dans le spectre de masse observé renforce le choix d'oublier cette limite de masse »[7], et l'Exoplanet Data Explorer inclut les objets allant jusqu'à 24 masses joviennes en précisant que « La distinction à 13 masses de Jupiter du Groupe de travail de l'UAI n'est pas physiquement motivée pour des planètes avec un cœur rocheux et observationnellement problématique à cause de l'ambiguïté du sin(i)[8]. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) M. Pätzold et H. Rauer, « Where Are the Massive Close-in Extrasolar Planets? », Astrophysical Journal Letters, vol. 568, no 2,‎ 2002, p. L117 (DOI 10.1086/339794, Bibcode 2002ApJ...568L.117P)
  2. (en) S. Ida et D. N. C. Lin, « Toward a Deterministic Model of Planetary Formation. I. A Desert in the Mass and Semimajor Axis Distributions of Extrasolar Planets », Astrophysical Journal, vol. 604,‎ 2004, p. 388 (DOI 10.1086/381724, Bibcode 2004ApJ...604..388I, arXiv astro-ph/0312144)
  3. (en) S. N. Raymond, A. M. Mandell et S. Sigurdsson, « Exotic Earths: Forming Habitable Worlds with Giant Planet Migration », Science, vol. 313, no 5792,‎ 2006, p. 1413–6 (PMID 16960000, DOI 10.1126/science.1130461, Bibcode 2006Sci...313.1413R, arXiv astro-ph/0609253)
  4. (en) J. C. Armstron et S. L. Larson, « Specific Angular Momenta of Extrasolar Planetary Systems », Bulletin of the American Astronomical Society, vol. 38,‎ 2007, p. 105 (Bibcode 2007AAS...210.0904A)
  5. (en) D. J. Stevenson, « A planetary perspective on the deep Earth », Nature, vol. 451, no 7176,‎ 2008, p. 261–5 (PMID 18202637, DOI 10.1038/nature06582, Bibcode 2008Natur.451..261S)
  6. Auteur inconnu, 2010, « The Deuterium-Burning Mass Limit for Brown Dwarfs and Giant Planets », .
  7. (en) Jean Schneider, Cyrill Dedieu, Pierre Le Sidaner, Renaud Savalle et Ivan Zolotukhin, « Defining and cataloging exoplanets: The exoplanet.eu database », Astron. & Astrophys., vol. 532, no 79,‎ 2011, A79 (DOI 10.1051/0004-6361/201116713, Bibcode 2011A&A...532A..79S, arXiv 1106.0586)
  8. Auteur inconnu, 2010, « The Exoplanet Orbit Database », .