L'Empereur d'Atlantis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Empereur (homonymie) et Atlantis.
Der Kaiser von Atlantis, oder die Tod-Verweigerung
L'Empereur d'Atlantis, ou le Refus de mourir
Genre opéra
Nbre d'actes 1
Musique Viktor Ullmann
Livret Peter Kien
Langue
originale
allemand
Durée
approximative
h
Dates de
composition
1943
Création 16 décembre 1975
Bellevue-Theater, Amsterdam
Création
française
1995
Centre Georges-Pompidou, Paris

L'Empereur d'Atlantis ou le Refus de la mort[1] (allemand : Der Kaiser von Atlantis, oder die Tod-Verweigerung) est un opéra en un acte et quatre tableaux de Viktor Ullmann. L'œuvre, opus 49, est écrite en 1943, alors que l'auteur est détenu au camp de concentration de Theresienstadt. Le livret est de Peter Kien, poète et peintre également détenu à Theresienstadt.

Vie de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Écrite pendant la détention d'Ullmann, la partition est confiée par son auteur à Emil Utitz. Suite à la disparition d'Ullmann, Utitz la confie à Hans Günther Adler.

L'œuvre fut répétée à Terezín par un groupe de détenus, jusqu'à la générale, mais l'administration du camp la censura et l'opéra ne fut donc pas présenté au public.

Il faut attendre 1975 pour assister à sa création. Elle a lieu au Bellevue-Theater d'Amsterdam.

L'œuvre est créée en France en 1995 au Centre Georges Pompidou, à Paris par l’Ensemble 2e2m, dirigé par Paul Mefano, et dans une mise en scène de Serge Noyelle.

Der Kaiser von Atlantis, Triest 2012

Distribution[modifier | modifier le code]

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Prologue 

Présentation des personnages et cadre de l'histoire.

Premier tableau 

Arlequin et La Mort discutent de l'ennui du monde actuel. Mais Le Tambour vient annoncer un édit de L'Empereur Overall : la guerre de tous contre tous est déclarée. Rejetant cette décision unilatérale, La Mort décide de cesser son travail.

Deuxième tableau 

L'Empereur, depuis sa salle de commandement, écoute avec attention Le Haut-Parleur qui expose l'évolution du conflit. Chose étrange, personne ne meurt. L'Empereur, d'abord déstabilisé, décide de contrattaquer : il offre l'immortalité à tout le monde, afin que tous puissent combattre.

Troisième tableau 

La Fille et Arlequin, tous deux soldats, s'affrontent, puis s'aiment. Le Tambour vient rompre leur idylle, rappelant la guerre de tous contre tous et la promesse d'immortalité.

Quatrième tableau 

La Mort propose à l'Empereur de reprendre du service, à la condition expresse que l'Empereur soit le premier à mourir. L'empereur accepte.

Instrumentation[modifier | modifier le code]

L'instrumentation a été réalisée en fonction de ce qui était disponible au camp de concentration :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Viktor Ullmann, L'Empereur d'Atlandide, Lyon, Opéra national de Lyon,‎ 2013, 120 p. (ISBN 978-2-84956-076-1).

Frans C. Lemaire, Le Destin juif et la musique: Trois mille ans d'histoire, Paris, Fayard, 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parfois également L'Empereur d'Atlantide.