L'Attente des femmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Attente des femmes (Kvinnors väntan) est un film suédois réalisé par Ingmar Bergman, sorti en 1952. Ce film fut présenté dans la sélection officielle du Festival de Venise (1953).


Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans une villa de l'archipel de Stockholm, quatre femmes attendent leur quatre maris, les frères Lobelius, qui doivent les rejoindre pour les vacances d'été. Les hommes tardent et les femmes en arrivent aux confidences. Elles évoquent leurs amours et leurs vies de couple. Par une construction en flash-back, les histoires de chacune d'elle s'enchaînent jusqu'à l'arrivée des maris.

Annette raconte l'échec de son mariage... Rachel avoue qu'elle trompe son mari avec un ami d'enfance. Pour Karin, son mariage n'est plus qu'un mariage de façade. Un soir, légèrement éméchés, Karin et Frédérik, son mari, se retrouvent bloqués dans un ascenseur en panne. Au cours d'un long tête à tête forcé, ils parlent enfin d'eux-même avec humour, puis avec émotion. Ils décident de partir en voyage ensemble. Malheureusement Frédérik oublie leur rendez-vous. Pour Maj, la plus jeune, les compromissions de ses aînées sont insupportables...Persuadée qu'elle réussira là où elles ont échoué, elle s'enfuit avec Henrik, le fils de l'une de ses belles-sœurs.

Ce film est considéré comme la première comédie d'Ingmar Bergman.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • "« J’étais alors marié à Gun [Grut, sa troisième épouse, NdA] et c’est elle qui m’avait donné l’idée du film. Son précédent mariage l’avait introduite dans un clan qui possédait une grande maison d’été dans le Jutland. Gun m’avait raconté qu’un jour les femmes du clan étaient restées seules après le dîner et qu’elles avaient commencé à causer, parlant très ouvertement de leurs mariages et de leurs amours. Il m’a semblé que c’était une bonne idée de film : trois intrigues à l’intérieur d’un même cadre.» Ingmar Bergman, in Images.

Lien externe[modifier | modifier le code]