L'Associé du diable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Avocat du diable.

L'Associé du diable

Titre original The Devil's Advocate
Réalisation Taylor Hackford
Scénario Jonathan Lemkin
Tony Gilroy
d'après le roman d'Andrew Neiderman
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Regency Enterprises
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Fantastique
Sortie 1997
Durée 143 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Associé du diable ou L'Avocat du diable au Québec et au Nouveau-Brunswick (The Devil's Advocate) est un film américain réalisé par Taylor Hackford en 1997 d'après le roman The Devil's Advocate d'Andrew Neiderman.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Kevin Lomax, un jeune et brillant avocat de Floride, doit faire un choix, défendre son client, un professeur, Getty, qu'il sait coupable d'abus sexuel sur une mineure, ou abandonner le procès. Cependant, il n'a jamais perdu un seul procès de sa vie, c'est pourquoi il décide de passer outre ses convictions et gagne le procès en discréditant totalement la jeune accusatrice de son client. Il reçoit alors une proposition très lucrative de la part de John Milton : rejoindre le grand cabinet d'avocats new-yorkais que Milton dirige. Sa femme, Mary Ann, le persuade alors d'accepter, alors que sa mère, une femme très religieuse, le met en garde contre les dangers que représente New York, ville de tous les vices.

Kevin et Mary Ann partent donc pour New York et le jeune avocat délaisse vite de plus en plus sa femme au profit de son travail. Mary Ann a des visions lui montrant deux épouses de collègues de son mari sous une forme démoniaque. Après quelques succès, l'excentrique John Milton le met sur sa première grosse affaire : Alexander Cullen, très bon client de la firme, est accusé d'avoir tué sa femme, son beau-fils et sa domestique. Alors que Mary Ann souffre d'hallucinations et présente de plus en plus de signes de désordres mentaux, surtout lorsqu'elle découvre qu'elle ne peut pas avoir d'enfants, Kevin se plonge corps et âme dans la défense de son client. Milton lui suggère alors d'abandonner le procès à un autre avocat mais Kevin, obsédé par l'idée de gagner, refuse. Eddie Barzoon, le bras droit de Milton, accuse Lomax de vouloir prendre sa place et laisse entendre qu'il va informer un procureur des États-Unis de certains dossiers compromettants pour Milton. Barzoon est tué par des vagabonds (eux aussi démons) alors même que Lomax vient d'informer Milton de l'incident.

Lomax gagne le procès, Cullen étant innocenté sur le faux témoignage de sa secrétaire. L'avocat retrouve ensuite Mary Ann dans une église, couverte de blessures et dans un état mental très confus. La jeune femme accuse Milton de l'avoir violée et mutilée. Lomax sait cependant que Milton était alors au tribunal et laisse sa femme se faire interner. Alors qu'une employée de Milton vient de prendre une apparence démoniaque devant elle, Mary Ann se tranche la gorge sous les yeux de son mari. Après un aveu fait avec peine par sa mère, Lomax part trouver Milton qui lui avoue avoir violé sa femme et être son propre père. Lomax tire sur Milton mais les balles n'ont aucun effet et Lomax réalise que Milton est Satan en personne. Milton tente longuement de convaincre Lomax de concevoir un enfant, l'Antéchrist, avec sa demi-sœur Christabella. Lomax est sur le point d'accepter avant de se reprendre et de se tirer une balle dans la tête ; Christabella et Milton sont brûlés.

Lomax est alors comme tiré d'un rêve alors qu'il est dans les toilettes du tribunal de Floride, pendant une interruption du procès de Getty. Lorsque l'audience reprend, Lomax annonce qu'il ne souhaite plus représenter son client. Un journaliste local demande ensuite à Lomax une interview qui fera de lui une vedette. Lomax, encouragé par Mary Ann, accepte. Après leur départ, le journaliste prend l'apparence de Milton et déclare que la vanité est son péché préféré.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources voxographie : VoxoFilm (VF)[2] et doublage.qc.ca (VQ)[3]

Production[modifier | modifier le code]

Le tournage du film s'est déroulé d'octobre 1996 à février 1997 à New York et Gainesville. La scène sur le toit entre Al Pacino et Keanu Reeves a été filmée sur le toit du building Continental Plaza alors que la scène se déroulant dans l'appartement d'Alexander Cullen a été tournée dans celui de Donald Trump au sommet de la Trump Tower[4]. La scène se déroulant dans une 57e rue entièrement vide a été filmée un dimanche matin très tôt et la circulation a été coupée sur six îlots urbains. Les statues mouvantes du bas-relief de John Milton ont été obtenues en filmant des danseurs de ballet sous l'eau puis en les incrustant digitalement à la scène[5].

Le personnage joué par Al Pacino, John Milton, est une référence à John Milton, poète du xviie siècle ayant écrit Le Paradis perdu. L'une des répliques de Kevin Lomax à John Milton est un vers de ce poème : « Mieux vaut régner en Enfer que servir au Paradis » (John Milton, Paradise Lost, Livre I, vers 263-264 dans la traduction de Chateaubriand : « Better to reign in Hell than serve in Heaven! »).

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a rapporté 152 944 660 $ au box-office mondial dont 60 944 660 $ aux États-Unis et au Canada[6]. Il a réalisé 1 301 099 entrées en France, 289 000 en Belgique et 202 175 en Suisse. Il a également dépassé le million d'entrées en Italie (1 592 058), en Espagne (1 394 741) et en au Royaume-Uni (1 362 756)[7].

Il a reçu des critiques plutôt positives dans l'ensemble, obtenant 66 % de critiques favorables sur le site Rotten Tomatoes sur un ensemble de 47 critiques collectées et avec une note moyenne de 6,4/10[8], et un score de 60/100 sur Metacritic sur la base de 19 critiques collectées[9].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[10].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Devil's Advocate », The Numbers (consulté le 23 avril 2011)
  2. « Doublage français de L'Associé du diable », VoxoFilm (consulté le 19 mars 2014)
  3. « Doublage québécois de L'Avocat du diable », sur doublage.qc.ca (consulté le 19 mars 2014)
  4. (en) « The Devil’s Advocate film locations », sur movie-locations.com (consulté le 19 mars 2014)
  5. « L'Associé du diable - Commentaire audio de Taylor Hackford », Warner Bros., 1999, DVD
  6. (en) « The Devil's Advocate (1997) », Box Office Mojo
  7. « L'Associé du diable », Base de données Lumière (consulté le 23 avril 2011)
  8. (en) « The Devil's Advocate », Rotten Tomatoes
  9. (en) « The Devil's Advocate », Metacritic
  10. Liste des distinctions sur IMDb

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :