L'Ascension-de-Notre-Seigneur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ascension.
L'Ascension-de-Notre-Seigneur
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Saguenay–Lac-Saint-Jean
Comté ou équivalent Lac-Saint-Jean-Est
Statut municipal Municipalité de paroisse
Maire
Mandat
Louis Ouellet[1]
2013 - 2017
Constitution 25 février 1919
Démographie
Population 2 011 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 00″ N 71° 41′ 00″ O / 48.700005, -71.68333848° 42′ 00″ Nord 71° 41′ 00″ Ouest / 48.700005, -71.683338  
Superficie 13 117 ha = 131,17 km2
Divers
Fuseau horaire [[]]
Code géographique 93065
Localisation
Localisation de L'Ascension-de-Notre-Seigneur dans la MRC de Lac-Saint-Jean-Est
Localisation de L'Ascension-de-Notre-Seigneur dans la MRC de Lac-Saint-Jean-Est

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
L'Ascension-de-Notre-Seigneur

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
L'Ascension-de-Notre-Seigneur

L'Ascension-de-Notre-Seigneur est une municipalité du Québec (Canada), située dans la municipalité régionale de comté de Lac-Saint-Jean-Est, dans la région administrative du Saguenay–Lac-Saint-Jean[2].

Le recensement de 2011 y dénombre 1 983 habitants[3].

Historique[modifier | modifier le code]

La municipalité de L'Ascension fut ainsi baptisée en l'honneur de l'Ascension de Jésus-Christ[4]. Monsieur Alphonse Maltais a été le premier colon à posséder un lot à L'Ascension en 1896. Ayant quitté le village Saint-Cœur-de-Marie, il s'est installé dans le rang 7 avec son épouse Marie-Louise Thibeault et ses trois enfants. En 1906, un incendie de forêt majeur a brûlé entièrement la forêt Garnier et a même pénétré dans les cantons de l'Île, Taché et Labrecque (ce feu aurait été déclenché par une famille indienne revenant d'une saison de chasse par la rivière Péribonka). Le nom « Garnier » provient du canton Garnier, érigé en 1916 en l'honneur du père Jésuite Charles Garnier, martyrisé par les iroquois en 1649. En 1907, F.X. Fafard termine le travail d'arpentage de P.H. Dumais ; il mentionne que les espaces dégagés par l'incendie de 1906 ont aidés à coloniser ce territoire.

Le territoire se limite au nord par la rivière Péribonka, le quartier Delisle de ville d'Alma au sud, la municipalité de Sainte-Monique à l'ouest et la municipalité de Labrecque à l'est. Il est parsemé de nombreux lacs (Garnier, Honfleur, Brun, Noir, Bleu ...) et rivières (aux Harts, aux Chicots et Mistouk). Les petits lacs Bleu englobent cinq petites nappes d'eau communiquant les unes avec les autres. Ces cinq lacs sont les plus oligothropes de tout le village grâce à l'interdiction des véhicules nautiques motorisés sur ceux-ci. L'Ascension est devenu une municipalité le 25 février 1919. En 1920, le territoire de l'Ascension recensait 537 habitants. Au premier janvier 1932, 88 familles étaient installées à l'Ascension.

Les événements 1892-1925[modifier | modifier le code]

En 1892, l'incendie a dévoré une partie de la forêt de l'Ascension, laquelle formait une sorte de parc entre Péribonka et le canton de l'Île dans le voisinage du petit Mistouk. Cependant, plus de la moitié du canton fut épargnée.

Jusqu'en 1916, les habitants de L'Ascension dépendaient de la municipalité de Saint-Cœur-de-Marie. Cette année-là, on a bâti une chapelle et en 1917, la collectivité a participé à la construction du presbytère. Ce même presbytère a été déménagé au Mont-Lac-Vert pour être transformé en auberge ; il porte aujourd'hui le nom d'« Auberge du Presbytère ». S'installa alors le premier curé du village : Léonard Lacombe.

Le 3 février 1920, la Société d'Aqueduc de l'Ascension a été fondée par un certain nombre de cultivateurs de la paroisse de l'Ascension. Ils ont constitué cette société afin d'accomplir la construction d'un aqueduc pour leurs besoins domestiques et personnels.

En 1925, la compagnie téléphonique Saguenay-Québec s'installe à l'Ascension. Le curé Léonard Lacombe à l'époque et M. Charles-Henri Lemay sont les premiers à s'abonner à ce service.

Particularités[modifier | modifier le code]

L'Ascension est l'hôte d'un site de réception et enfouissement des déchets pour toute la Municipalité Régionale de Comté de Lac-Saint-Jean-Est depuis 1982.

Après quelques années d'opération, des modifications qui ont coûté plus de huit millions de dollars canadiens ont été nécessaires pour maintenir le site conforme aux normes gouvernementales. Ces modifications ont nécessité un ceinturement d'étanchéité du site avec des murs d'argile (bentonite) en plus d'un système de pompage pour capter le lixiviat et le traiter avant de le rejeter dans la rivière Péribonka. Un troisième élément au système, des puits d'observation de l'eau souterraine ont été mis en place pour le suivi de la qualité de l'eau.

Avec les nouvelles normes du gouvernement du Québec en matière d'environnement, il est prévu d'effectuer d'autres transformations, une transformation en lieu d'enfouissement technique qui a pour but de préserver la nappe phréatique en utilisant des membranes d'étanchéité. Ces transformations et cette conformité devaient être effectives pour janvier 2009 mais à la suite d'un mouvement de protestation[5],[6],[7] de la population, les dirigeants en sont à reviser leur plan d'action en la matière. On craint une contamination de la nappe phréatique[8] et l'acceptabilité sociale[9],[10] de l'activité est en litige.

Attraits touristiques[modifier | modifier le code]

Le Jardin Scullion se trouve à deux kilomètres du village dans le rang 7 ouest. Le site a été récipiendaire du prix du tourisme à plusieurs reprises.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site officiel

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Passes-Dangereuses Lamarche Rose des vents
Sainte-Monique N Labrecque
O    L'Ascension-de-Notre-Seigneur    E
S
Saint-Henri-de-Taillon Alma