L'Arbre et la Forêt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Arbre et la Forêt

Description de cette image, également commentée ci-après

Un tilleul

Réalisation Olivier Ducastel
Jacques Martineau
Scénario Olivier Ducastel
Jacques Martineau
Acteurs principaux
Sociétés de production Maïa Cinéma
Les Films du Lendemain
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Sortie 2010
Durée 97 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Arbre et la Forêt est un film dramatique français réalisé par Olivier Ducastel et Jacques Martineau, sorti le 3 mars 2010. Ce film, qui a remporté le Prix Jean-Vigo 2009, s'inspire en grande partie de la déportation et de la vie de Pierre Seel, homosexuel alsacien interné dans le camp de Schirmeck qui apporta son témoignage dans un livre Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En octobre 1999, Frédérick Muller, un sylviculteur du Loiret d'origine alsacienne, taciturne et passionné de Wagner, n'assiste pas à l'enterrement de son fils aîné Charles, laissant ses proches dans l'incompréhension et la colère, notamment son plus jeune fils Guillaume. Quelques semaines plus tard il décide d'expliquer son geste au moment d'un repas familial. Charles, son fils décédé, savait le secret que son père gardait depuis la Seconde Guerre mondiale. Alors jeune homme, Frédérick avait été incarcéré en 1941 plus d'un an au camp de Schirmeck en Alsace non pas pour des opinions politiques comme la légende familiale l'affirme depuis 50 ans, mais en application par les autorités françaises des lois de discrimination et de déportation des homosexuels du paragraphe 175 du code pénal allemand. Charles connaissant la réalité, avait dès lors méprisé son père et l'avait enjoint à taire ce secret et à ne pas assister à ses funérailles. Marianne, sa femme qui a toujours connu la vérité, avait accepté cette situation et, malgré tout, avait construit sa famille avec cet homme qu'elle aimait, et qu'elle laissait libre de vivre une vie amoureuse parallèle. Le choc de cette révélation s'abat sur Guillaume et Delphine, la fille de Charles.

Enfin libéré de ce terrible secret, Frédérick livre, à Delphine et son compagnon Rémi à la veille de la tempête de décembre 1999, ses souvenirs sur la vie dans le camp de Schirmeck. Il explique qu'il n'a survécu à cette période — où quotidiennement il se demandait s'il allait être arbitrairement exécuté —, et à cette déportation qu'il considère comme une « absurdité absolue », qu'en raison de l'espoir qu'il maintenait vivant chaque jour dans son esprit de voir grandir un arbre, qu'il se promettait de planter au cas où il sortirait vivant du camp. Ce qu'il fit, dès sa libération intervenue un matin sans raison apparente.

Distribution[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Projet et réalisation[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

L'Arbre et la Forêt a reçu de nombreuses critiques favorables, souligèrent notamment la « retenue et la sensibilité »[1] ou l'« intelligence et le tact »[2] dans le traitement de ce sujet peu connu. La qualité d'interprétation de Guy Marchand dans le rôle principal de Frédérick a également été remarquée[3],[4],[5] ainsi que celle de Catherine Mouchet dans son rôle secondaire[6],[4]. Les Cahiers du cinéma furent plus réservés critiquant le fait que les réalisateurs soient bloqués dans les années 1990 tant sur le fond que sur la forme[7] et Le Nouvel Observateur fut le plus réticent sur ce film qualifié de « maladroit et épais » en raison des dialogues considérés comme « à la fois explicatifs, empesés et redondants »[8].

Sur l'ensemble de sa période d'exploitation en salles, le film a totalisé 79 791 entrées en France[9]. Il a par ailleurs remporté le prix Jean-Vigo 2009.

Édition DVD[modifier | modifier le code]

Le film est publié en DVD par la société Ad Vitam en 2010 accompagné du documentaire Paragraphe 175[10] (74 min) réalisé par Rob Epstein et Jeffrey Friedman et ajouté en bonus. Ce documentaire a reçu le prix du meilleurs documentaire au Festival de Sundance en 2000, le prix FIPRESCI du Festival du cinéma de Berlin en 2000 et le Teddy Award du meilleur documentaire/essai en 2000.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "L'Arbre et la Forêt" : le poids du secret s'empare du cinéma de Ducastel et Martineau par Jacques Mandelbaum dans Le Monde du 2 mars 2010
  2. L'Arbre et la forêt, subtil dans L'Express du 2 mars 2010
  3. L'arbre et la forêt, Guy Marchand au faîte de son art dans Le Figaro du 2 mars 2010
  4. a et b L'Arbre et la forêt dans Télérama du 6 mars 2010
  5. Guy Marchand dans Libération du 10 mars 2010
  6. "L'arbre et la forêt" : Un demi-siècle de secret dans La Croix du 2 mars 2010
  7. Les Cahiers du cinéma de mars 2010
  8. Critiques : L'arbre et la forêt dans Le Nouvel Observateur du 3 mars 2010
  9. L'Arbre et la Forêt sur le site www.jpbox-office.com
  10. Rob Epstein, Jeffrey Friedman, paragraphe 175, 2000
    Témoignages d'Albrecht Becker, Pierre Seel, Karl Gorath, Heinz F., Annette Eick, Gad Beck et Heinz Dörmer

Liens externes[modifier | modifier le code]