L'Aquitaine (train)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La CC 6500 portant la plaque « Aquitaine » à la Cité du train de Mulhouse.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Aquitaine.

L'Aquitaine était un train rapide qui reliait Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean, de 1971 à 1990. Exploité par la SNCF, l'Aquitaine était un Trans-Europe-Express (donc uniquement en première classe) jusqu'en 1984, avant de devenir un rapide à deux classes jusqu'à sa disparition en 1990, lors de la mise en service du TGV entre Paris et Bordeaux.

Ce train porte le nom de l'Aquitaine, région française dont Bordeaux est la capitale.

Parcours[modifier | modifier le code]

La CC 6527 stationnée à Pau en 1986.

L'Aquitaine empruntait les 579 km de la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean de bout en bout. Le train était initialement sans arrêt de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean, trajet qu'il parcourait, à l'origine, en quatre heures pile, ramenées à 3h49, ce qui en fit alors le train le plus rapide d'Europe, mais des arrêts intermédiaires furent plus tard ajoutés à Saint-Pierre-des-Corps, Poitiers et Angoulême.

En semaine, le train circulait de Bordeaux à Paris chaque matin, et de Paris à Bordeaux chaque soir.

En 1984, le train fut prolongé jusqu'à Pau (puis Tarbes en 1986) les vendredis hors vacances scolaires dans le sens impair, et initié à Hendaye les lundis hors vacances scolaires dans le sens pair.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Aquitaine a été lancé le 23 mai 1971, en miroir à l'Étendard, un autre train nommé lancé en 1968 sur le même parcours mais dans la direction opposée (Paris - Bordeaux le matin, Bordeaux - Paris le soir). L'Aquitaine était dès son lancement un train Trans-Europ-Express (TEE). Quelques mois plus tard, l'Étendard devint à son tour un TEE, faisant de Paris - Bordeaux une des rares liaisons assurées par deux TEE.

L'Aquitaine, comme les autres TEE, était destiné à la clientèle d'affaires, ce qui explique qu'il ne comprenait que des voitures de première classe et ne circulait pas le samedi.

En 1981-1982, l'Aquitaine commença à desservir la gare d'Angoulême, puis celles de Poitiers et Saint-Pierre-des-Corps. Ces arrêts supplémentaires ne parvinrent pas à compenser la baisse de la fréquentation du train, liée notamment à la concurrence aérienne. Au service d'hiver 1983 / 1984, le service du matin ne circulait plus que du mardi au vendredi, tandis que le service du soir ne circulait plus que du lundi au jeudi.

Quelques mois plus tard, au service d'été 1984, l'Aquitaine fut rabaissé au statut de rapide à deux classes, et ne circula plus entre fin juin et début septembre[1]. Le dernier TEE Aquitaine roula le 30 mai 1984[1].

Le train continua de circuler jusqu'en 1990, quand il fut supprimé au profit de rames TGV profitant de la ligne à grande vitesse Atlantique tout juste mise en service.

Composition[modifier | modifier le code]

L'Aquitaine était généralement remorqué par une locomotive électrique CC 6500, au bout de laquelle était fixée une plaque portant l'inscription « Aquitaine ». Il était composé de neuf à onze voitures Grand Confort de la SNCF, arborant une livrée rouge, orange, gris clair et gris foncé. Il comptait en outre une voiture-restaurant de la Compagnie internationale des wagons-lits.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Thomas Cook Continental Timetable, Peterborough, Royaume-Uni, Thomas Cook Publishing,‎ mai-juin 1984, p. 64, 132–133 et 493–494.