L'Antre de la folie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Antre de la folie

Titre québécois Au cœur de la démence
Titre original In the Mouth of Madness
Réalisation John Carpenter
Scénario Michael De Luca
Acteurs principaux
Sociétés de production New Line Cinema
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Sortie 1995
Durée 95 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Antre de la folie (In the Mouth of Madness) est un film américain réalisé par John Carpenter, sorti aux États-Unis en 1994 et en France en 1995.

Le film s'inspire de l'univers des auteurs Stephen King et H. P. Lovecraft, sans pour autant être adapté de l'un de leurs ouvrages.

Synopsis[modifier | modifier le code]

John Trent est enquêteur pour les assurances. Il est chargé par Jackson Harglow, le directeur de la maison d'édition « Arcane », de retrouver Sutter Cane, un écrivain à succès qui a disparu. Durant ses investigations, John se rend compte que le monde d'épouvante apparemment fictif créé par Sutter Cane serait en fait bien réel.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteur délégué : Michael De Luca
Producteur associé : Artist W. Robinson
Drapeau des États-Unis États-Unis : New Line Cinema
Drapeau de la France France : Metropolitan Filmexport
Drapeau des États-Unis États-Unis : 3 février 1995
Drapeau de la France France : 8 février 1995
  • Film interdit aux moins de 12 ans lors de sa sortie en France

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été entièrement tourné en Ontario, au Canada, notamment dans les villes de King City, King Township, Markham, Toronto (Scarborough, Université de Toronto), Unionville[3].

Casting[modifier | modifier le code]

Il s'agit du dernier film de l'acteur allemand Wilhelm von Homburg, qui interprète ici le rôle de Simon, décédé en mars 2004.

Les tous jeunes Hayden Christensen et Kevin Zegers obtiennent ici l'un de leurs premiers rôles.

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a été un échec commercial, rapportant environ 8 924 000 $ au box-office en Amérique du Nord pour un budget de 8 000 000 $[2]. En France, il a réalisé 182 061 entrées[4].

Il a reçu un accueil critique mitigé, recueillant 47 % de critiques positives, avec une note moyenne de 5/10 et sur la base de 32 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[5]. Les Cahiers du cinéma classe le film 10e dans leur liste des meilleurs films de 1995[6].

Commentaires[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Très référencé, l'univers du film renvoie sur quelques points de vue à Stephen King, pour le côté écrivain de best-sellers horrifiques, mais surtout à Lovecraft pour le passage progressif vers un univers cauchemardesque, où des entités anciennes et oubliées, aussi mauvaises que puissantes, attendent leur heure pour détruire l'humanité. Ce mythe des "grands anciens" aux aguets, attendant le moment propice pour déferler à nouveau sur le monde est en effet la trame principale de l'œuvre de Lovecraft. De plus, le thème de la folie est essentiel dans l’œuvre « lovecraftienne » et le titre anglais du film (The Mouth of Madness) a une connotation proche d'une des grandes nouvelles du Maître de Providence, Beyond the Moutains of Madness).

Étrangement pourtant, cet écrivain majeur, considéré avec Edgar Allan Poe comme le meilleur écrivain fantastique américain, a été assez peu adapté au cinéma (surtout si l'on compare avec Stephen King par exemple). Stuart Gordon s'y est essayé plusieurs fois avec des degrés de réussite inégaux (Aux portes de l'au-delà (From beyond), Dagon), mais c'est John Carpenter, qui, bien que n'adaptant pas une histoire de l'écrivain, lui rend le plus hommage en s'inspirant de son univers pour L'Antre de la folie. En suggérant une indicible menace plus qu'en la montrant, il intègre le style de Lovecraft à son cinéma et le sert merveilleusement bien.

Générique de fin[modifier | modifier le code]

Lors du générique de fin, après le message habituel indiquant qu'aucun animal n'a été maltraité durant le tournage, on peut lire : L'interaction humaine a été contrôlée par l'Association Psychiatrique Inter-Planétaire. Le nombre de morts étant élevé, les pertes humaines sont lourdes.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Trilogie de l'Apocalypse[modifier | modifier le code]

L'Antre de la folie est le dernier volet de la « Trilogie de l'Apocalypse » de Carpenter, les deux précédents volets étant The Thing et Prince des ténèbres[8].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]