L'Annonciation (Piero della Francesca)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Annonciation
Image illustrative de l'article L'Annonciation (Piero della Francesca)
Fronton du retable polyptyque de Saint-Antoine
Artiste Piero della Francesca
Date 1469
Type tempera sur peuplier
Technique Peinture
Dimensions (H × L) 191,5 cm × 170 cm
Localisation Galerie nationale de l'Ombrie, Pérouse (Italie)

L'Annonciation remarquable[1] de Piero della Francesca, conservée à la Galerie nationale de l'Ombrie à Pérouse (Italie.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est une œuvre de 1469, la partie tympan du polyptyque de Saint-Antoine commandé par le couvent Sant'Antonio de Pérouse.

Thème[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une des scènes les plus représentées de l'iconographie chrétienne, celle de l'annonce faite à Marie de Nazareth (par l'Archange Gabriel), scène dite de l'Annonciation.

Elle se doit de comporter, les protagonistes (Gabriel et Marie, de part et d'autre), Dieu le père ou l'Esprit-Saint représenté par une colombe dans le ciel, assistant à la scène se passant dans un jardin clos (l'hortus conclusus) symbolisant la virginité de Marie, des colonnes interposées (Christus es columna).

Description[modifier | modifier le code]

L'Archange Gabriel à gauche, Marie à droite portant de la main un livre, sous un portique de cloître ; entre eux, une perspective composée d'un massif de colonnes se cachant les unes les autres, entraîne le regard vers un point de fuite masqué par une plaque de marbre (mais peinte comme si elle était au premier plan du tableau).

Toutes les auréoles portées par les personnages dans le retable semblent posées sur le haut de leurs têtes, en perspective aplatie très elliptique et non circulaire (annonce de l'avènement de la perspective, abandon également des canons stricts de la peinture byzantine).

Analyse[modifier | modifier le code]

L'annonciation, peinte tardivement, est remarquablement décrite et analysée par Daniel Arasse qui démontre que le faisceau de colonnes construit sur le carrelage par respect des règles de la perspective du cloître empêche manifestement l'Ange de voir Marie mais à sa place une colonne qui s'interpose et invoque le Columna est Christus pour valider son hypothèse d'une intention formelle chez Piero de dire « le présent invisible dans le lieu de l'Annonciation, l'infini vient dans le fini, le Créateur dans la créature, l'infigurable dans la figure, l'inénarrable dans le discours », rappelant ainsi les oxymores de saint Bernard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On lui en connaît deux autres : un des tableaux du cycle de fresques de la Légende de la Vraie Croix d'Arezzo et un des tableaux de la prédelle de la Vierge de Miséricorde de Sansepolcro

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Arasse, L'Annonciation italienne : une histoire de perspective, Hazan, 1999-2010 (ISBN 10: 2754104534)
  • Daniel Arasse, « Perspective et Annonciation » in Histoires de Peintures, Denoël, 2004 (émission et chapitre 4).