L'Ange gardien de Donald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Ange gardien de Donald

Titre original Donald's Better Self
Réalisation Jack King
Scénario Tom Armstrong
Harry Reeves
Carl Barks
Sociétés de production Walt Disney Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre dessin animé
Sortie 1938
Durée 8 min 23 s

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Ange gardien de Donald (Donald's Better Self) est un dessin animé de Donald Duck produit par Walt Disney pour RKO Radio Pictures et sorti le 11 mars 1938.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Donald est un jeune écolier partagé entre sa bonne et sa mauvaise conscience... Le matin, il ne veut pas se lever pour aller à l'école. Sa Bonne Conscience, un angelot semi-transparent avec le visage de Donald voletant près de lui, le presse de se préparer mais sa Mauvaise Conscience, un être similaire avec des cornes et un trident comparable à un diablotin, lui conseille de rester coucher. Sur le chemin de l'école, le diablotin propose à Donald d'aller pêcher ou d'aller fumer la pipe au lieu de suivre les cours. Donald suit ce mauvais conseil mais la pipe le rend malade et le fait s'évanouir. Les deux consciences se livrent alors une bataille qui se termine par la victoire du bien. Donald se réveille et tente de suivre ses conseils sur la route d'école.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Ce film montre les deux facettes de la personnalité de Donald et rejoint ainsi le personnage de Pluto, lui aussi affublé de deux consciences. Pour Steven Watts, L'Ange gardien de Donald mets en évidence le développement du caractère de Donald Duck[2].

Le scénario du film avait, en partie, été prévu en 1934 pour une Silly Symphony nommée Streubel Peter, jamais réalisée[1],[3]. Toutefois la scène avec la pipe est tout droit tirée de Streubel Peter ainsi que le fait que Donald soit ici un écolier, rôle qu'il n'a jamais repris et qui rentre difficilement en concurrence avec le court métrage Les Neveux de Donald sorti le mois suivant.

Titre en différentes langues[modifier | modifier le code]

Source : IMDb[4]

  • Allemagne : Donalds besseres Ich
  • Suède : Kalle Ankas bättre jag, Kalle Ankas lägre jag

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Russel Merritt & J.B. Kaufman, Walt Disney's Silly Symphonies p 220
  2. (en) Steven Watts, The Magic Kingdom, p. 66
  3. (en) Charles Salomon, The Disney That Never Was, pp. 64-65.
  4. (en) Donald's Better Self (1938) sur l’Internet Movie Database