L'Ami retrouvé (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le film Jerry Schatzberg, voir L'Ami retrouvé.
L'Ami retrouvé
Auteur Fred Uhlman
Préface Arthur Koestler
Genre Roman à caractère autobiographique
Version originale
Titre original Reunion
Éditeur original Adam Books
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres, Royaume-Uni
Date de parution originale 1971
ISBN original 0-900754-02-8
Version française
Traducteur Léo Lack
Lieu de parution Paris, France
Éditeur Gallimard
Date de parution 1978
Nombre de pages 115
ISBN 2-07-029916-3
couverture par Henri Galeron et Jean-Marie Poissenot du roman publié en 2007 dans la collection « Folio junior ».

L'Ami retrouvé (titre anglais original : Reunion) est un récit de l'écrivain Fred Uhlman. Il paraît pour la première fois à Londres en 1971.

Le livre est précédé d'une préface d'Arthur Koestler qui, qualifiant le livre de « chef-d'œuvre mineur » et de « roman en miniature », le situe entre le roman et la nouvelle[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

Le roman raconte l'amitié entre le narrateur Hans Schwarz, fils d'un médecin juif, et Conrad von Hohenfels, jeune aristocrate, pendant la montée en puissance du régime nazi (en 1932) à Stuttgart. Hans invite son camarade plusieurs fois chez lui et s'étonne que Conrad ne fasse pas de même. Enfin, Conrad invite Hans mais à chaque fois sans la présence de ses parents. Hans, vexé, lui demande par la suite des explications. C'est alors que Conrad explique à Hans que sa mère déteste les Juifs.

Avec l'arrivée au pouvoir de Hitler, le vide se fait autour de Hans, même Conrad l'abandonne. Les parents de Hans, qui soupçonnent les vexations que subit le jeune homme au lycée, décident de l'envoyer en Amérique, chez ses grands-parents, où il poursuit des études de droit à l'université Harvard dans le Massachusetts et devient avocat. Ses parents se suicident à la suite des persécutions nazies. Il essaie d'oublier son passé qui se rappellera à lui de façon tragique.

Bien après ses études, Hans reçoit une lettre d'Allemagne ; celle-ci provient du Karl Alexander Gymnasium, son ancien lycée, accompagnée d'un fascicule contenant une liste de noms dans lequel il retrouve tous les noms des anciens élèves morts à la guerre. Il reconnaît les noms d'anciens élèves de sa classe mais il ne veut pas regarder à la lettre H par crainte de voir le nom de son ami Conrad. Juste avant de jeter le fascicule, il se décide à regarder à la lettre H et découvre le nom de son ami, exécuté par les nazis à la suite de sa participation à la tentative d'assassinat contre Hitler, le 20 juillet 1944.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Hans Schwarz : personnage principal, âgé de 16 ans au début du roman. Il est allemand, juif, fils unique d'un père médecin. Il vit avec sa famille à Stuttgart en Allemagne dans un riche quartier. Il est réservé et timide.
  • Conrad von Hohenfels : issu d'une famille avec un passé prestigieux et aussi timide que Hans.
  • Freiherr von Gall : fils d'un officier.
  • le baron von Waldeslust
  • le prince Hubertus Schleim-Gleim-Lichtenstein.
  • Eisemann : élève sportif voulant être officier.
  • Herr Pompetzki : professeur d'histoire qui promeut l'idéologie nazie.
  • Max Loehr : surnommé Max-les-Biceps, il est le professeur de gymnastique, un petit homme vigoureux.
  • Le père de Hans : un homme avec un front haut, des cheveux gris une moustache courte et sans véritable religion. C'est un médecin renommé, il aime son fils.
  • La mère de Hans : née à Nuremberg, d'un père avocat, elle aime tendrement son fils et fréquente les opéras avec ses amis, mais elle n'est pas très coquette.

Un roman à caractère autobiographique[modifier | modifier le code]

Hans et Conrad sont nés un 19 janvier, tout comme l'auteur. Dans son autobiographie, Fred Uhlman mentionne :

« Deux autres garçons qui allaient à la même école étaient les frères Stauffenberg. L'un d'eux a presque réussi à tuer Hitler. Pour cela, il a été exécuté [2]. »

On peut supposer que Fred Uhlman désigne là Claus von Stauffenberg. Des trois frères Stauffenberg, aucun n'était lié d'amitié avec lui, ils étaient d'ailleurs plus jeunes que lui.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fred Uhlman (trad. Léo Lack, préf. Arthur Koestler), L'Ami Retrouvé, Gallimard, coll. « Folio » (no 1463),‎ , 128 p., p. 9-10
  2. (en) Fred Uhlman, The Making of an Englishman, Zurich, Diogenes,‎ , p.40.