L'Alpe d'Huez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Alpe d'Huez
Vue aérienne de la station.
Vue générale de L'Alpe d'Huez
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région française Rhône-Alpes
Département français Isère
Site web www.alpedhuez.com
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 37″ Nord 6° 04′ 17″ Est / 45.09361, 6.07139  
Massif Grandes Rousses
Altitude 1 850
Altitude maximum 3 330
Altitude minimum 1 109
Ski alpin
Domaine skiable Alpe d'Huez Grand Domaine Ski
Remontées
Nombre de remontées 81
Téléphériques 5
Télécabines 9
Télésièges 23
Téléskis 40
Fils neige 4
Débit 102 000 (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 133
     Noires 16
     Rouges 40
     Bleues 34
     Vertes 43
Total des pistes 250 km
Installations
Nouvelles glisses
Snowpark
Neige artificielle
Canons 900

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
L'Alpe d'Huez

L'Alpe d'Huez (prononcé [lal.pə dɥɛz ]) (alt. 1 860 m) est une station de sports d'hiver des Alpes située sur les anciens alpages du village d'Huez dans l'Isère à 59 km de Grenoble. Elle fait partie du massif des Grandes Rousses, au-dessus de l'Oisans. La station de L'Alpe d'Huez est accessible à partir de Grenoble par la RD 1091 qui longe la vallée de la Romanche en passant par les communes de Livet-et-Gavet et du Bourg-d'Oisans ainsi que par le Haut-Oisans en passant par le Col de Sarenne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Panorama sur les restes du village minier depuis le château.

Le site de L'Alpe a été occupé de manière permanente dès le Moyen Âge. À l'est de L'Alpe veti, une agglomération médiévale s'est en effet développée de la fin du XIe au XIVe siècle sous le nom de Brandes. Elle est composée d'un château, d'une église paroissiale avec cimetière, d'un village d'environ 80 habitations, de chantiers miniers de surface et souterrains ainsi que de plusieurs quartiers industriels. Ses occupants y exploitaient une mine d’argent pour le compte du Dauphin. C'est actuellement le seul coron médiéval[1] connu et conservé dans sa globalité, ce qui en fait un site unique en Europe, classé au titre des monuments historiques par arrêté du 6 août 1995[2].

Fouillé et étudié sans interruption depuis 1977 par une équipe du CNRS, ce site est inscrit au titre des monuments historiques[3]. L'exploitation médiévale s'étendait du Ga (vallée de la Sarenne) jusqu'au lac blanc (massif des Rousses). Ce massif faisait également l'objet d'exploitations, notamment du cuivre, depuis l'Âge du bronze[4].

C’est également à L’Alpe d’Huez que le botaniste Gaston Bonnier a commencé sa flore de France en 1871.

La station s'est développée à partir des années 1920. C'est là qu'a été ouvert en 1936 le premier téléski à perches de Jean Pomagalski, créateur de la société Poma.

Économie[modifier | modifier le code]

Chaque année au mois de janvier a lieu le Festival international du film de comédie de l'Alpe d'Huez.

Altiport de L'Alpe d'Huez Henri Giraud

L'Alpe d'Huez possède également un altiport construit à l'occasion des 10e Jeux olympiques d'hiver de Grenoble en 1968. Il a été baptisé Henri Giraud le 15 avril 2000 en mémoire du célèbre pilote de montagne. Il héberge notamment les hélicoptères de la Sécurité civile, du SAF et l'aéroclub du Dauphiné. Un restaurant gastronomique se trouve en bordure de la plateforme.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église

L'Alpe d'Huez possède une église moderne et originale, dont l'allure rappelle une silhouette de la Vierge Marie. Sous l'impulsion du Père Jaap Reuten, responsable de la paroisse de 1964 à 1992, elle fut conçue par l'architecte Jean Marol dans les années 1960 (achevée en 1970), et décorée de vitraux riches en couleurs de l'artiste Arcabas.

Cette église héberge un orgue unique au monde, en forme de main dressée vers le ciel, conçu par le grand compositeur Jean Guillou et le facteur d'orgue allemand Detlef Kleuker. Chaque année, des concerts sont organisés autour de cet instrument le jeudi soir, hiver comme été, ainsi que des stages d'orgue, de flûte de Pan et de chant choral l'été.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

L'Alpe d'Huez et le ski[modifier | modifier le code]

La station de L'Alpe d'Huez fait partie d'un des plus grands domaines skiables de France : Alpe d'Huez Grand Domaine Ski avec ses 250 km de pistes et ses 10 000 hectares dont 800 sont skiables, sur un dénivelé de 2 223 m (entre le pic du Lac Blanc à 3 333 m et l'Enversin d'Oz à 1 100 m), les 81 remontées mécaniques dont en particulier :

L'Alpe d'Huez

L'Alpe d'Huez comporte 133 pistes balisées dont 43 vertes, 34 bleues, 40 rouges et 16 noires (dont Sarenne), mais aussi 1 snowpark, 2 boardercross et un half-pipe. L'enneigement est garanti par 900 canons à neige couvrant 75 km de pistes.

Des hors pistes aux paysages merveilleux sont aussi présents sur cette station : la Combe du Loup, le Grand Sablat, Roche Melon, etc., accessibles pour les skieurs alpins de très bon niveau.

Alpe d'Huez Grand Domaine Ski s'étend sur les communes d'Auris-en-Oisans, d'Huez-en-Oisans, d'Oz-en-Oisans, de Vaujany et de Villard-Reculas.

Au titre des particularités de la station, on peut noter la présence d'une piste noire longue de 10,6 km qui descend de 3 300 m à 1 500 m : Sarenne. Contrairement à ce que la promotion touristique affirme un petit peu péremptoirement, elle n'est pas la plus longue piste du monde, que ce soit par sa longueur ou son dénivelé. Par exemple, il est possible à Zermatt de descendre plus de 2'000 mètres de dénivelés sans prendre de remontées mécaniques, du Petit Cervin à la station. Quant à la piste du Gronnergrat, elle fait 22 km, soit 11 de plus que la Sarenne, et elle est décrite comme la "plus longue piste de Suisse"[5]. Sarenne est un point fort pour la station de L'Alpe d'Huez et une piste emblématique. Elle n'est pas noire en raison de sa pente maximum, mais à cause de sa longueur et de son démarrage au delà de 3 000 m d'altitude : à part un mur de pente moyenne au début de la piste, le reste est d'un niveau plus facile. Le plus dur à gérer reste la fatigue qui s'accumule vite en l'absence de pause. Il faut prévoir une descente d'environ 30 minutes sans s’arrêter pour un skieur confirmé.

Après un dernier téléphérique, La piste propose d'abord une descente sur le glacier, puis une descente de plusieurs kilomètres sur un versant assez sauvage, puis longe la route du col de Sarenne, d'où elle tire son nom et finit par rejoindre en fin de course la piste du Gua (piste verte) qui permet aux skieurs de remonter vers L'Alpe d'Huez ou Auris par télésiège (par le Chalvet et l'Alpauris pour l'Alpe-d'Huez ou les Lombards pour Auris). La fin de la piste est plutôt une promenade agréable car elle entre dans les gorges de Sarenne. Il faut aussi noter que la piste n'est ouverte qu'environ 80 jours par an, la position plein sud d'une partie basse de la piste avant de rejoindre la rivière n'y favorisant pas l’enneigement. La station prévoit des enneigeurs artificiels pour 2015.

La Meije et le Rateau (Massif des écrins) vus du domaine skiable de L'Alpe d'Huez.

L'Alpe d'Huez en été[modifier | modifier le code]

L'Alpe d'Huez l'été.

Comme de nombreuses grandes stations, L'Alpe d'Huez propose en été de multiples activités, notamment autour de son palais des sports.

En général, la saison estivale commence fin juin et se termine fin aout. Durant cette période, le DMC des Grandes Rousses et le téléphérique du Pic Blanc sont en service pour accéder aux trois tronçons (2 100 m, 2 700 m et 3 330 m).

Ces derniers sont le point de départ de randonnées à pied, ou de descente à VTT (dont la célèbre course de descente appelée la Mégavalanche).

La Montée de l'Alpe d'Huez et le cyclisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Montée de l'Alpe d'Huez.
Panorama des 21 lacets

L’Alpe d’Huez est une célèbre ascension des Alpes françaises. Bien qu’elle ne soit pas la plus difficile (la Plagne, Courchevel ou Chamrousse, pour ne citer que des stations de ski visitées par le Tour, offrent des montées plus ardues[6]), les passages réguliers du Tour de France, ainsi que le caractère souvent décisif de cette étape, lui ont permis de se bâtir une notoriété internationale. Ainsi, L’Alpe d’Huez est très prisée par les cyclotouristes qui sont chaque jour en moyenne 300 à effectuer l’ascension[7]. Chaque mois de juillet, la station est également le cadre de l’arrivée de la cyclosportive La Marmotte qui rassemble de 6 000 à 7 000 participants.

Le dénivelé est de 1 090 mètres. L'ascension présente un profil de 13,8 km à 7,9 % de moyenne. La montée de L’Alpe d’Huez est constituée de 21 virages numérotés en ordre décroissant par des panneaux indicateurs (auparavant, il s’agissait de bornes pour servir de repères aux chasse-neige) et hormis un virage qui nécessite une relance, les virages constituent à chaque fois un replat. Chacun de ces panneaux rend hommage à un des grands vainqueurs de cette étape.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Christine Bailly-Maître, L’agglomération minière de Brandes (Huez-Isère), Laboratoire d'archéologie médiévale et moderne en Méditerranée. Consulté le 24 août 2013.
  2. « Notice no PA00125738 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Marie-Christine Bailly-Maître, Joëlle Dupraz, Brandes en Oisans, La mine d’argent des Dauphins (XIIe-XIVe s), Isère, DARA, Lyon, 1994, 164 p.
  4. BAILLY-MAITRE (M.-Ch), GONON (Th.), « L’exploitation de la chalcopyrite à l’Âge du Bronze dans le massif des Rousses en Oisans (Isère) », actes du 131e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tradition et innovation, Grenoble, avril 2006, CTHS, 2008, p. 207-223 (publication électronique)
  5. http://www.tourismesuisse.com/valais/activite/sportive/ski-snowboard/f_b_1_0_1150-Matterhorn-Paradise-ski-alt--m.html
  6. Les profils sont consultables sur le site Ultime salite registrate qui référence un grand nombre d'ascensions en Europe et leur attribue une « difficulté » selon une formule dérivé de la cotation au carré
  7. Montée de L'Alpe d'Huez

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]