L'Albenc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Albenc
Église de l'Albenc.
Église de l'Albenc.
Blason de L'Albenc
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Vinay
Intercommunalité Communauté de communes Chambaran Vinay Vercors
Maire
Mandat
Ghislaine Zamora
2014-2020
Code postal 38470
Code commune 38004
Démographie
Population
municipale
1 098 hab. (2011)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 33″ N 5° 26′ 28″ E / 45.2258333333, 5.4411111111145° 13′ 33″ Nord 5° 26′ 28″ Est / 45.2258333333, 5.44111111111  
Altitude Min. 170 m – Max. 437 m
Superficie 9,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
L'Albenc

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
L'Albenc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
L'Albenc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
L'Albenc
Liens
Site web albenc.sud-gresivaudan.org

L'Albenc est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Rhône-Alpes. Elle fait partie de la communauté de communes de Vinay.

Ses habitants sont appelés les "Albinois(es)".

Partie du patrimoine de la commune, le château de l'Albe est un monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques de France[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe à vol d'oiseau à 25 kilomètres à l'ouest de Grenoble, à 20 kilomètres au sud-ouest de Voiron et à 15 kilomètres au nord-est de Romans-sur-Isère dans la basse vallée du Grésivaudan.

D'un point de vue altimètrique le village possède une amplitude de 267 mètres, le point le plus haut sur la commune se situe à 437 mètres dominant les hameaux de Chapuisière et de la Pierre Brune. Le point le plus bas se situe sur les berges de l'Isère à 170 mètres d'altitude. Les principaux reliefs de ce village sont le Malan (373 mètres) juste au sud du Bourg, le mont Larron (384 mètres) et la Côte Belle culminant à 437 mètres[2].

Côté hydrographie, l'Isère traverse et coupe en deux parties le village. Plusieurs ruisseaux se jettent dans la rivière sur sa rive droite se trouvent la Lèze et le fossé des Mortes, sur sa rive gauche le Versoud.

Lieu-dit[modifier | modifier le code]

Sur la rive gauche de l'Isère :

  • Les Verts et L'île Frappat sont les deux lieux-dits de ce côté de la rivière. C'est sur cette zone que passe le Versoud avant de se jeter dans l'Isère. Ces deux lieux ne sont pas habités.

Sur la rive droite :

  • Se trouvent toutes les zones d'habitations du village, elles sont réparties sur plusieurs hameaux dont le centre du village le long de la RN92. Parmi les autres hameaux se trouvent l'Etournel, la Croix Rouge, la Bouchetière, la Caminière, la Riquetière...

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de L'Albenc
Notre-Dame-de-l'Osier Chantesse Poliénas
Vinay L'Albenc La Rivière
Rovon Saint-Gervais

Toponymie[modifier | modifier le code]

Plusieurs hypothèses essaient d'expliquer l'origine du nom de cette commune. Albenc pourrait être une altération du mot Alpenc, on retrouve dans ce dernier les Alpes dont le nom est apparu dès le Ier siècle av. J.-C. et qui est issu d'une racine celtique ou pré-celtique alp désignant une hauteur, une montagne. L'alternance entre le B et le P étant assez courante, l' Alpenc serait alors devenue l' Albenc. La terminaison du nom en -enc est d'origine ligure et désignerait la proximité ou l'appartenance. Ainsi l' Alb-enc voudrait littéralement dire à proximité de la montagne.

Une seconde hypothèse se réfère à l'occitan albenc, incandescent, éclatant de blancheur, du latin albus, blanc. Couleur de la neige qui pouvait à l'époque recouvrir les sommets environnants ou du sable qui constitue le sous-sol du village[3],[4] ? Plus vraisemblablement la teinte des peupliers blancs (alba en occitan) du bord de l'Isère.

Économie[modifier | modifier le code]

Champs de noyers à L'Albenc.

La commune est une productrice de noix de l'aire de l’appellation protégée noix de Grenoble. Elle a été très touchée par la tempête des 7 et 8 novembre 1982, qui a détruit plus de 11 000 noyers[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de L'Albenc

Les armes de L'Albenc se blasonnent ainsi : De sable sur fond de gueules, le tau au cœur, à trois châteaux donjonnés et crénelés[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
2001   M. Albert Buisson    Utiliser les logiciels libres / Pierre Fontaine

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 098 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 061 1 086 1 112 1 186 1 094 1 332 1 323 1 382 1 335
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 218 1 156 1 145 1 005 929 881 903 881 901
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
851 887 836 724 833 773 740 680 707
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
679 705 653 751 895 991 1 059 1 078 1 098
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de l'Albe (ou de l'Alba ou encore de Montravel) : le château dans son ensemble fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 28 décembre 1978[9]. Construit sur un éperon rocheux et exposé sur le versant sud, cette bâtisse du XVe siècle, rénovée et reconstruite au XVIIIe a été inscrite au titre des monuments historiques notamment grâce à ses façades et ses toitures, ses terrasses avec leurs murs de soutènement, sa salle à manger avec sa fontaine et sa cuisine en rez-de-cave ainsi que son grand salon au rez-de-chaussée et la chambre nord-ouest. Elle témoigne de l'architecture utilisée pour la construction de ces nobles demeures flanquées de tours d'angle, comme il en existe beaucoup en Isère. Le château de Montravel a été construite par la famille du Châtelet en 1578, propriétaire du château-fort de Poliénas, grâce aux 60 000 florins d'or que celle-ci reçut en dédommagement du démantèlement dudit château ordonné par de Gordes, présentant une menace pour la région car susceptible d'être pris par les protestants. Montravel appartient aujourd'hui encore aux descendants de cette famille, la famille d'Annoux.
  • Châteauneuf de l'Albenc : rasé en 1578 par les catholiques lors de la guerre de religions afin de soumettre cette région en majorité protestante, il n'en reste de nos jours plus que quelques traces observables.
  • Château de Peccatière, détruit dans les années 1970.
  • Ancien Tribunal
  • Maisons du Moyen Âge

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune de l'Albenc a une partie de son territoire classé et protégé au titre des ZNIEFF :

ZNIEFF de type 1 
« Pelouse sèche et rochers de Verdun » ; cette zone s'étend sur la commune de l'Albenc et de Poliénas. Cet espace est remarquable notamment par la présence de nombreuses espèces d'orchidées protégées et menacées. Celles-ci ont pu se développer sur un sol recouvert d'une pelouse sèche, issue d'une exploitation des sols traditionnelle par fauche unique annuelle ou par pâturage extensif[10].
ZNIEFF de type 2 
« Zone fonctionnelle de la rivière Isère à l'aval de Meylan » ; cette zone comprend tous les territoires de l'Albenc qui borde l'Isère. Malgré une qualité des eaux mise à mal par diverses pollutions issues des industries situées le long du cours inférieur de l'Isère, cette zone possède toutefois une faune et une flore très riche. Cela est du au différents écosystèmes qui peuvent être trouvés le long de la rivière, tantôt constitués de zones humides puis de balmes sèches. Pour ce qui est de la faune, les principaux mammifères pouvant être observés sont les campagnols amphibies et les castors d'Europe. Au niveau de l'avifaune, la famille des ardéidés est bien représentée, beaucoup d'autres oiseaux vivent dans cette zone, comme le guêpier d'Europe, la rémiz penduline... De plus la classification de cette zone en ZNIEFF de type 2 permet de mieux préserver ce milieu et s'inscrit dans un plan plus large de la restauration de la qualité de l'eau menée par le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux du bassin Rhône-Méditerranée-Corse[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est accessible par la RN 92 qui relie les communes de Romans-sur-Isère à Moirans. De plus l'autoroute A49 qui traverse la commune possède une sortie toute proche à Vinay.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Transport interurbain, via le réseau Transisère dépendant du Conseil général de l'Isère et rassemblant tous les transporteurs. L'Albenc est ainsi desservie par les lignes :

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

L'Albenc n'abrite pas de gare SNCF, les habitants souhaitant donc rejoindre le réseau ferré des transport express régionaux (TER) peuvent se rendre aux gares suivantes :
Les distances énoncées correspondent aux kilomètres séparant la mairie de L'Albenc aux gares des villes suivantes.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une école publique dispense l'enseignement primaire à l'Albenc. Lors de l'année scolaire 2009-2010, 148 élèves étaient scolarisés dont 52 en école maternelle et 96 en primaire. Les élèves étaient répartis en 6 classes. L'enseignement secondaire n'est pas assuré sur le territoire communale, le collège le plus proche est le collège Joseph Chassigneux à Vinay. La commune relève de l'académie de Grenoble.

L'école de la ville est gérée par l’inspection générale de l'inspection départementale de l’Éducation nationale 1, rue Joseph Chanrion à Grenoble[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des monuments historiques de la commune de L'Albenc », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Carte géographique : ’’Fonds IGN Scan 25 (C), échelle 1/25.000 ‘’
  3. PLANK André. L'origine du nom des communes du département de l'Isère. Bourg-d'Oisans : L'atelier, 2006. (ISBN 2-84424-043-7<[à vérifier : isbn invalide])
  4. Site officiel de la commune de l'Albenc
  5. F. Monteiller « La tempête des 7 et 8 novembre 1982 dans la Drôme et l'Isère », Études drômoises, (no)64, mars 1985, p. 40.
  6. Daniel Delattre, L'Isère - les 533 communes. Grandvilliers : Éditions Delattre, 2008. (ISBN 2-915907-40-4)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  9. « Notice no PA00117115 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. DIREN Rhône-Alpes, Inventaire ZNIEFF rénové en Rhône-Alpes : Notice no 38160015
  11. DIREN Rhône-Alpes, Inventaire ZNIEFF rénové en Rhône-Alpes, Notice no 3816
  12. Inspection Académique de l'Isère

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]