L'Aigle à deux têtes (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir L'Aigle à deux têtes

L'Aigle à deux têtes

Description de cette image, également commentée ci-après

Le château de Pierrefonds qui servit de décor pour le tournage extérieur

Titre original L'Aigle à deux têtes
Réalisation Jean Cocteau
Scénario Jean Cocteau
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Ariane
Sirius Films
Les Films Vog
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Évocation historique
Drame
Sortie 1948
Durée 97 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Aigle à deux têtes est un film français de Jean Cocteau, adapté de sa pièce éponyme et sorti en 1948.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un pays indéterminé (mais qui évoque l'Autriche à l'époque décadente), la reine veuve s'est réfugiée dans les appartements de son château de Krantz. Une lutte de pouvoir s'est engagée avec la grande-duchesse et elle résiste, cernée par des espions. De plus, sa vie est menacée. Précisément, le poète anarchiste Stanislas, pourchassé par les forces de police, car voulant attenter à la vie de la souveraine, fait irruption chez elle au hasard de sa fuite. Passé les premiers émois, Stanislas trouble la reine, car il ressemble étrangement à son défunt époux. Lui est surpris par cette jeune et belle souveraine qui ne ressemble pas à celle qu'on décrit. Un amour fulgurant, intense et insensé va leur faire vivre trois jours passionnés (Stanislas, au péril de sa vie, ira cueillir un edelweiss pour la reine) dans un univers étouffant dont ils s'échapperont de la façon la plus tragiquement poétique (ou l'inverse).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

  • Edwige Feuillère[2] : « Pour consoler Yvonne de Bray de s'être sentie un peu exclue de notre cercle enchanté, et pour faire plaisir à Jean Marais, Jean Cocteau incorpora dans le scénario du film le personnage de la grande-duchesse : on en parlait dans la pièce, de cette redoutable ennemie de la reine, alliée au comte de Foehn, chef de la police. On la verrait, dans le film, recevant par un soir d'orage les invités de la reine au château de Krantz, assistée d'un très digne majordome respectueux de l'étiquette. »

Tournage[modifier | modifier le code]

Un site de tournage extérieur : Chateau de Vizille (Isère)

Thèmes et contexte[modifier | modifier le code]

L'Aigle à deux têtes est avant tout une pièce de théâtre.

L'idée première de Cocteau est de confronter « une reine d'esprit anarchiste et un anarchiste d'esprit royal ». Son inspiration, il la doit à un sombre épisode historique, reflet du réel : le souverain Louis II de Bavière (famille Wittelsbach), déclaré fou, étrangle son médecin près d'un lac avant de trouver la mort, mystérieusement noyé. Accident, évasion, suicide ? La disparition de l'Aigle reste encore une énigme ouverte. « J'ai pensé, en relisant quelques-uns de ces textes, qu'il serait intéressant et propice, au grand jeu du théâtre, d'inventer un fait divers historique de cet ordre et d'écrire ensuite une pièce pour en dévoiler le secret. »[6]

Pour donner un style à la reine, Cocteau puisa sa force dans les vestiges de cette même famille Wittelsbach, et prit pour modèle sa cousine Élisabeth d'Autriche, assassinée par un anarchiste en 1898. Dans les Portraits littéraires de Rémy de Gourmont, il y découvre une reine qui possède « l'orgueil naïf, la grâce, le feu, le courage, l'élégance, le sens du destin » qu'il recherche pour transmettre le souffle de vie à sa propre héroïne.

Vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Durée annoncée par le CNC.
  2. a et b Extraits des souvenirs d'Edwige Feuillère, Les Feux de la mémoire, Paris, Éditions Albin Michel,‎ 1977, 286 p. (ISBN 2226004114), p. 175 à 177.
  3. a, b et c Source : BiFi.
  4. La BiFi mentionne également un tournage dans ces studios non répertoriés, sans doute situés à Paris, mais disparus depuis, à confirmer.
  5. Site extérieur de tournage précisé par Claude Pinoteau dans le bonus Accessoires et aventures équestres du DVD TF1 Vidéo.
  6. Jean Cocteau, préface à L'Aigle à deux têtes.

Lien externe[modifier | modifier le code]