L'Abbaye (Vaud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Abbaye.
L'Abbaye
Blason de L'Abbaye
Héraldique
La tour de l'église de L'Abbaye
La tour de l'église de L'Abbaye
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Jura-Nord vaudois
Localité(s) et communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Les Bioux, Le Pont, L'Abbaye
Communes limitrophes :
Vallorbe, Vaulion, Mont-la-Ville, L'Isle, Montricher, Le Chenit, Le Lieu
Syndic Gabriel Gay
Code postal 1342 Le Pont
1344 L'Abbaye
1346 Les Bioux
N° OFS 5871
Démographie
Gentilé Les Bayets
Population 1 311 hab. (31 décembre 2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 00″ N 6° 19′ 00″ E / 46.65, 6.31666666667 ()46° 39′ 00″ Nord 6° 19′ 00″ Est / 46.65, 6.31666666667 ()  
Altitude 1 004 m
Superficie 3 188 ha = 31,88 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
L'Abbaye

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
L'Abbaye

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
L'Abbaye
Liens
Site web www.labbaye.ch/fr/
Sources
Référence population suisse[1].
Référence superficie suisse[2]

L'Abbaye est une commune suisse et un village du canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Abbaye est située au cœur de la vallée de Joux dans le massif du Jura. Elle comprend les villages des Bioux, de L'Abbaye et du Pont.

La commune se situe au bord du lac de Joux et du lac Brenet.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la vallée de Joux.
Les armes des Grandson-La Sarraz

Le village de l'Abbaye doit son origine à l'abbaye de sainte Marie-Madeleine du Lac, de l'ordre des Prémontrés, fondée aux alentours de 1126 à l'instigation d'Ebal Ier de Grandson[3]. La bande aux trois coquilles figurant sur les armoiries de la commune provient des armes cette famille[4].

La conquête bernoise de 1536 sonne le glas de l'abbaye du Lac. Le dernier abbé, Claude Pollens dit Besson (Bessonis), jure fidélité aux nouveaux souverains. Il sera même un temps l'administrateur des biens de l'abbaye (1538)[5]. Par la suite, Bessonis se convertit au protestantisme, se marie et se retire à Cuarnens où il a obtenu en fief tout le domaine de la grange éponyme. Il ne renoncera à ses droits sur le couvent qu'en 1542[6]. Les bâtiments du monastère sont abergés « à perpétuité » à Claude de Glâne, seigneur de Villardin (15 août 1544), puis à Jean de Valeyres (31 octobre 1569) et enfin à Jaques Berney en 1600[7]. Les pierres taillées provenant des démolitions représentent un matériau de choix pour bâtir, en on ne se gêne pas pour l'utiliser. Berne d'ailleurs ne semble pas s'y opposer, car elle voit ainsi le moyen de faire disparaître les vestiges du culte catholique.

Le , la rive droite des lacs, autrefois nommée « Combe-de-L'Abbaye » obtient sa séparation d'avec la commune jusqu'alors unique du Lieu et se constitue en une communauté distincte : c'est l'apparition documentaire de la commune de L'Abbaye[8]. Comme on l'a vu, la commune a cette particularité d'être composée de trois villages (on disait autrefois des hameaux) : chacun d'eux possède son Conseil général et son Conseil administratif ayant des attributions bien définies dans le cadre communal. Le plus ancien livre des procès-verbaux des Bioux date de 1717, celui de L'Abbaye débute en 1772 seulement[9].

Le , les garçons des Bioux, réunis en assemblée, décident de fonder une abbaye (société de tir) aux Bioux : celle-ci sera nommée « Abbaye des Grenadiers »[10].

Le Pont[modifier | modifier le code]

Le lieu où se dressera le village du Pont se nommait, avant sa fondation, Le Champ-du-Port puis Bon-Port et était une terre cultivée par des colons de l'abbaye du Lac de Joux. L'abbé de ce monastère, Jacques Bonet, en donnait l'abergement, au XIVe siècle, à Conrard dit Belvas, de Fribourg : "frère Jacques Bonet adoncque abbé de la dite abbaye et le couvent donnèrent en 1333 à ung nommé Conrard dit Belvas, de Fribourg, à cense perpétuelle, leur champ-du-port d'ensemble le leu appelé saigne-Wagniard ainsi qu'ils se extendent en long et en large de la part du lac de l'abbaye et du lac Brugnet, avecque tous leurs droits que se peuvent convertir à proufit". Peu de temps après cette vente Conrard le cédait à Aymon de La Sarraz et se retirait au monastère. À cette époque les deux lacs communiquait librement, la concession des terres de 1524 parle d'une eau courante entre eux, et un moulin avait été construit.

Dans la première moitié du XXe siècle, deux bâtiments modernes (le Grand Hôtel et le manoir de Hautes-Roches enregistré comme bien culturel d'importance nationale) sont construits en surplomb du village, à l'orée de la forêt.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

L'Abbaye
Une vue aérienne de la station serait la bienvenue.
Administration
Pays Suisse
Site web www.labbaye.ch/fr/
Géographie
Coordonnées 46° 39′ 00″ Nord 6° 19′ 00″ Est / 46.65, 6.31666666667 ()  
Massif Massif du Jura
Altitude 1 010 m
Altitude maximum 1 437 m
Altitude minimum 1 010 m
Ski alpin
Domaine skiable Vallée de Joux
Remontées
Nombre de remontées 5
Téléskis 4
Fils neige 1
Débit (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 6
     Rouges 2
     Bleues 4

L'Abbaye fait partie du regroupement de quatre stations de ski de la vallée de Joux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric de Gingins-La Sarra, Mémoire sur le Rectorat de Bourgogne, Lausanne, M. Ducloux, coll. « Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire de la Suisse romande » (no 1, [1re] partie),‎ 1838
  • Jacques-David Nicole, Recueil historique sur l'origine de la vallée du Lac-de-Joux, l'établissement de ses premiers habitants, celui des trois communautés dont elle est composée, et particulièrement du Chenit, Lausanne, M. Ducloux, coll. « Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire de la Suisse romande » (no 1, 2e partie),‎ 1840 (lire en ligne)
  • Frédéric de Gingins-La Sarra, Annales de l'abbaye du Lac-de-Joux depuis sa fondation jusqu'à sa suppression en 1536, Lausanne, M. Ducloux, coll. « Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire de la Suisse romande » (no 1, 3e partie),‎ 1842
  • Marcel-Henri Chautems, L'abbaye du lac de Joux : [quelques notes tirées des travaux réalisés par Auguste Piguet], Le Pont, impr. P. Rochat,‎ 1952
  • Charles-Édouard Rochat, L'Abbaye : 1571-1971, édité à l'occasion du 400e anniversaire de la commune, Lausanne, Rencontre,‎ 1971
  • Auguste Piguet, Le territoire et la commune du Lieu de 1536 à 1646, Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin, coll. « Études et documents » (no 21-24),‎ 1978
  • Claire Martinet, L'abbaye prémontrée du Lac de Joux : des origines au XIVe siècle, Lausanne, Univ. de Lausanne, Faculté des lettres, coll. « Cahiers lausannois d'histoire médiévale » (no 12),‎ 1994 (ISBN 2-940110-03-4)
  • Auguste Piguet et Jean-Luc Aubert (dir.), Étapes d'une colonisation : les territoires à l'orient des lacs de Joux, Les Charbonnières, Éd. Le Pèlerin,‎ 2000

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2011 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 28 septembre 2012)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. (la) Charles-Hyacinthe Hugo, « L'empereur Frédéric I Barberousse confirme l'arbitrage rendu par Étienne, archevêque de Vienne à propos des privilèges et possessions de l'abbaye du lac de Joux (26 août 1186, Mulhouse) », Sacri et canonici ordinis praemonstratensis annales..., Nanceii, apud viduam J.-B. Cusson et A.-D. Cusson, t. 2,‎ 1736, (col. III et IV) — id. dans : Mémoire sur le Rectorat de Bourgogne, p. 190-192 (doc. 22) — id. dans : Claire Martinet, p. 122 (doc. 12)
  4. Annales, p. 120
  5. C.-E. Rochat, L'Abbaye, p. 38
  6. C.-E. Rochat, L'Abbaye, p. 40
  7. A. Piguet, la commune du Lieu de 1536 à 1646, p. 4-5, vol. 1
  8. C.-E. Rochat, L'Abbaye, p. 50-53
  9. C.-E. Rochat, L'Abbaye, p. 66
  10. C.-E. Rochat, L'Abbaye, p. 100-101 ; Confrérie des grenadiers des Bioux, Unis comme nos pères : 1750-2000, Abbaye 2000, fête de 250e : 28/30 juin-1er/2 juillet 2000, Le Brassus, impr. Dupuis,‎ 2000

Sur les autres projets Wikimedia :