L'Évangile selon saint Matthieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Évangile selon saint Matthieu

Titre original Il Vangelo secondo Matteo
Réalisation Pier Paolo Pasolini
Scénario Pier Paolo Pasolini
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Sortie 1964
Durée 133 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Évangile selon saint Matthieu (titre original : Il Vangelo secondo Matteo) est un film italien réalisé par Pier Paolo Pasolini, sorti en 1964.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une reconstitution fidèle de cet évangile qui reprend une sélection de scènes de l'histoire de la vie du Christ, de l'Annonciation à sa Passion.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Les acteurs ne sont pas des comédiens professionnels.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • L’Évangile selon saint Matthieu est le premier film où Pier Paolo Pasolini utilise la technique du zoom avant (21 dans tout le film)
  • L’Évangile selon saint Matthieu est dédié au « glorieux Pape Jean XXIII ».
  • Le scénario original comportait 131 scènes, tandis que le film réalisé n’en compte plus que 44.

Préparation du film[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné dans le Mezzogiorno (sud de l’Italie), encore pauvre et archaïque, notamment :

Cependant, Pasolini s’était rendu en juillet 1963 en Palestine avec le père Don Andrea Carraro, pour y effectuer des repérages. Le cinéaste est déçu par la modernité trop apparente des paysages et renonce à y tourner son film, mais les images filmées sur place deviennent, sous l’impulsion du producteur Alfredo Bini, un documentaire à mi-chemin entre le carnet de voyage et la réflexion intérieure : « Repérages en Palestine pour L'Évangile selon saint Matthieu ».

Le rôle du Christ était en premier lieu destiné à être joué par un poète. Pasolini proposa le rôle successivement à Evgueni Evtouchenko, Allen Ginsberg[1], Jack Kerouac puis Luis Goytisolo, mais ils refusèrent tous. Pasolini rencontra par la suite Enrique Irazoqui, un jeune étudiant espagnol[2], à qui il confia le rôle.

Elsa Morante fit une première sélection de musiques destinées à accompagner le film.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Critique DevilDead
  2. Enrique Irazoqui est devenu depuis un économiste et un professeur de littérature, considéré comme l’un des meilleurs spécialistes mondiaux des échecs informatiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]