L'Étrangleur de la place Rillington

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Étrangleur de la place Rillington

Titre québécois L'Affaire Christie
Titre original 10 Rillington Place
Réalisation Richard Fleischer
Scénario Clive Exton
d'après Ludovic Kennedy
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Biographie
Drame
Thriller
Sortie 1971
Durée 111 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Étrangleur de la place Rillington (10 Rillington Place) est un film britannique réalisé par Richard Fleischer, sorti en 1971. Le film raconte l'histoire du tueur en série "John Christie" qui sévit à Londres durant les années 1940.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, John Christie est un agent de police qui profite de son poste pour mettre en confiance ses victimes et ensuite abuser d'elles. Il convainc ainsi une connaissance, Muriel Eady, de soigner son rhume grâce à un appareil à inhalation de son invention qu'il a branché à un tuyau à gaz. Aussitôt qu'il l'a endormi, il la viole puis l'étrangle. Il enterre ensuite son corps dans le jardin.

Quelques années après la guerre, Christie vit en retraité avec sa femme au 10 Rillington Place. Timothy Evans emménage bientôt avec sa femme Beryl et son bébé Geraldine à un étage supérieur. Le couple se chicane souvent et Christie doit parfois les rappeler à l'ordre. Beryl tombe bientôt enceinte et, comme Timothy n'a pas les moyens d'élever un autre enfant, elle songe sérieusement à se faire avorter. Le couple en parle à Christie qui leur déclare qu'il a déjà suivi des cours de médecine et qu'il pourrait pratiquer l'avortement à un prix minime. Il réussit à convaincre Beryl puis Timothy qui finit par donner son assentiment.

Le jour venu, Christie endort Beryl avec son appareil à inhalation, la viole puis la tue. Lorsque Timothy revient de son travail en soirée, il lui déclare qu'il y a eu des complications et que Beryl est morte. Comme Timothy est un naïf avec un quotient intellectuel très peu élevé, il parvient à le convaincre que la police pourrait l'accuser de meurtre, d'autant plus que l'avortement est interdit. Il lui conseille de s'enfuir et de le laisser disposer du corps.

Timothy va s'installer chez des parents à Cardiff mais le remords le ronge. Il se rend donc à la police et déclare avoir tué accidentellement sa femme et avoir caché son corps dans une bouche d'égout en face de son immeuble. La police n'y trouve pas de corps mais commence à fouiller le 10 Rillington Place. Dans le débarras de la cour, elle trouve le corps de Beryl Evans et de sa fille Geraldine. Les deux ont été assassinés.

Lorsqu'il apprend la mort de Geraldine, il accuse aussitôt John Christie de les avoir assassinés mais la police ne le croit pas. Lors du procès qui s'ensuit, Christie témoigne contre lui. L'avocat de la défense tente de démontrer que ce témoin n'est pas très recommandable en faisant ressortir son passé très chargé. Evans est malheureusement condamné à mort et pendu quelque temps plus tard.

Après la mort de Evans, la femme de Christie annonce à son mari qu'elle se sépare. Il la tue puis cache son corps sous le plancher de l'appartement. Par la suite, il s'attaque à quelques prostituées en leur refaisant le même coup qu'à Muriel Eady. En 1953, à court d'argent, il vend ses meubles et abandonne son domicile. Pendant qu'il entreprend une errance de sans-logis, les nouveaux locataires du 10 Rillington Place découvrent des cadavres dans les murs de l'appartement. Recherché par la police britannique, Christie finit par être intercepté par un bobbie près de Putney Bridge.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film a été tourné dans la vraie Rillington Place de Londres à qui on avait donné le nom de Rusten Mews après l'affaire Christie. Cependant, c'est au numéro 6 et non au numéro 10 qu'il a fallu faire le tournage. Un an après la sortie du film, la rue a été démolie pour faire place à la Westway, une autoroute urbaine.
  • Selon le commentaire de John Hurt sur le DVD du film, Fleischer a fait appel à Albert Pierrepoint, un bourreau retraité, pour recréer l'atmosphère de la pendaison.

Liens externes[modifier | modifier le code]