L'Étranger (film, 1967)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Étranger (homonymie).

L'Étranger

Titre original Lo straniero
Réalisation Luchino Visconti
Scénario Luchino Visconti
Suso Cecchi D'Amico
Georges Conchon
Emmanuel Roblès
Acteurs principaux
Sociétés de production Dino De Laurentiis Cinematografica
Pays d’origine France
Genre Drame
Sortie 1967
Durée 110 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Étranger (Lo straniero) est un film franco-italien de Luchino Visconti, adapté du roman éponyme d'Albert Camus et sorti en 1967.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'action se déroule à Alger, en 1935. Meursault, un homme apparemment insensible mène une vie monotone. Lorsque sa vieille mère s'éteint, il ne manifeste aucune émotion visible. Tout semble le laisser indifférent: l'amour de son amie Marie, la promotion proposée par son directeur... Ses relations avec Raymond Sintès, personnage louche aux activités de souteneur, le conduiront pourtant à commettre un meurtre non prémédité. Condamné à mort, il refuse l'absolution proposée par le prêtre... Une adaptation fidèle et méticuleuse du chef-d'œuvre d'Albert Camus.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Film négligé par Luchino Visconti lui-même, L'Étranger se pare néanmoins, grâce au regard du cinéaste italien, de correspondances très intimes avec le roman d'Albert Camus. La scénariste de Visconti, Suso Cecchi d'Amico remarque, pourtant : « Si on avait tourné le film dès l'écriture du scénario, je pense qu'il aurait été meilleur, mais on a dû attendre trois ans. Il y a des parties que j'aime, le meurtre par exemple, le dialogue avec le prêtre[1], mais dans l'ensemble je ne crois pas que ce soit un film très réussi. »

De son côté, Visconti avance d'autres raisons plus fondamentales : « Mon interprétation et mon scénario de L'Étranger existent bien ; je l'ai écrit avec la collaboration de Georges Conchon, et c'est quelque chose de complètement différent du film. Il y avait là les échos de L'Étranger, des échos qui, entendons nous, arrivaient jusqu'à aujourd'hui, jusqu'à l'O.A.S., jusqu'à la guerre d'Algérie ; c'était vraiment ce que signifie le roman de Camus, qui, dirais-je, prévoyait ce qui est arrivé et cette prévision qui se trouve dans le roman, je l'aurais concrétisée cinématographiquement[2]. » Mais Francine Camus, la veuve de l'auteur, considérant qu'il fallait respecter le vœu de son époux de ne pas adapter son roman à l'écran, ne voulut pas entendre parler de ce scénario. Visconti dut donc rester fidèle au livre, poursuivant en ces termes : « Je n'ai pris aucune liberté avec l'œuvre de Camus sauf quelques coupures nécessaires dans la transposition de l'écriture à l'image et du style indirect au style direct. [...] Pourquoi trahirais-je une œuvre que j'ai aimée et que j'aime ? La fidélité n'est pas manque de pouvoir créateur[2]. »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Incarné par Bruno Cremer
  2. a et b Laurence Schifano, Visconti : Une vie exposée, édition augmentée, Gallimard, 2009