L'Étrange Incident

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Étrange Incident

Titre original The Ox-Bow Incident
Réalisation William Wellman
Scénario Lamar Trotti
d'après Walter Van Tilburg Clark
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Western

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Étrange Incident (Titre original : The Ox-Bow Incident), ou L'Aube fatale en Belgique, est un film américain réalisé par William Wellman sorti en 1943.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans les années 1880, dans un village du Nevada, se répand la nouvelle du meurtre de Kincaid, éleveur de bétail. En l'absence du Shérif, quelques personnalités influentes ainsi que l'Adjoint forment rapidement une milice afin de retrouver les coupables. La poursuite, menée par le major Tetley, aboutit à l'arrestation de trois hommes qui sont en possession de bétail portant la marque de l'éleveur. Arrêtés en pleine nuit à bonne distance du village, au lieu dit "Ox-Bow", ils seront pendus à l'aube.

Leur chef, Donald Martin, se défend et prétend avoir acheté les bêtes. Mais ne peut produire aucun reçu prouvant ses dires. Un des habitants de la ville, Arthur Davies, essaie de faire entendre la voix de la raison et demande à la foule d'attendre le retour du shérif pour leur donner un procès équitable. Soutenu par un employé de ferme Gil Carter, qui depuis le début de l'affaire a tenté de freiner les ardeurs et a participé à la poursuite en espérant éviter une erreur judiciaire, Davies parvient à provoquer un vote. Seule une minorité du groupe (7 personnes) étant d'avis d'attendre l'officier de justice pour organiser le procès, les accusés sont exécutés.

En rentrant au village, la troupe rencontre le shérif qui leur apprend que l'éleveur n'a pas été tué ni volé. Qu'il est encore en vie. Le film s'achève sur un marasme général. Gil Carter et son camarade, qui avaient voté contre l'exécution, quittent le village pour porter secours à la famille de Donald Martin.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Ce film dénonce des aspects liés à la fragilité initiale des jeunes institutions démocratiques américaines. Sont condamnées, ici, l'existence d'une justice expéditive et l'hystérie collective engendrée par la rumeur publique.
  • Le thème est proche de celui d'autres films américains : antérieurs, comme Furie (1936) de Fritz Lang, qui décrit une vindicte collective de nature hystérique, et La ville gronde de Mervyn LeRoy (1937), ou postérieurs comme Douze Hommes en colère (1957) de Sidney Lumet dans lequel le membre d'un jury, d'abord seul contre les onze autres, arrive à convaincre les autres jurés de ne pas condamner l'accusé, les preuves de sa culpabilité n'étant pas suffisamment étayées. Si les films diffèrent, le message demeure le même : toutes les réalisations citées militent en faveur de la présomption d'innocence. Par ailleurs, cherche-t-on à juger ou à condamner ?
  • Une autre problématique abordée est celle de la tyrannie de la majorité. Si la majorité est favorable à la pendaison, peut-on exécuter la sentence, au mépris des procédures judiciaires ? Derrière cette question se tient un débat sur la démocratie en général.
  • Lamar Trotti, scénariste du film, avait déjà abordé le thème du lynchage dans une des séquences de Judge Priest (1934) de John Ford. Or, celle-ci fut censurée par les studios de la Twentieth Century Fox, pourtant productrice de L'Étrange Incident. Quelques années plus tard, Lamar Trotti et John Ford réutilisèrent la scène dans Young Mr. Lincoln (1939). Dans ce film, Abraham Lincoln, encore jeune avocat, repousse courageusement la foule qui envahit la prison pour lyncher ses clients, deux frères innocents, Matt et Adam Clay[1].
  • Darryl F. Zanuck, vice-président chargé de la production à la Fox, insista, quant à lui, pour que Wellman ait carte blanche. : « Ça ne fera jamais d'argent. Ce peut être un grand film de prestige, et c'est pour cela que je vous le laisse faire », dit-il[2].
  • On remarquera la présence de l'acteur Henry Fonda, démocrate convaincu, en tant qu'interprète principal de certains des films cités : L'Étrange Incident, bien sûr, mais aussi Young Mr. Lincoln de Ford et Douze hommes en colère de Lumet.
  • Le film a été nommé aux Oscars de 1943 pour l'oscar du meilleur film, mais ne fut pas récompensé.
  • C'est le thème musical du film Les Raisins de la colère, de John Ford (1940) qui ressert pour l'Étrange Incident. Il s'agit de Red River Valley.
  • Un remake du film pour la télévision a été tourné en 1955 par Gerd Oswald.

Références[modifier | modifier le code]

  1. in : Joseph McBride, À la recherche de John Ford, Institut Lumière/Actes Sud, 2007.
  2. Propos recueillis par W. A. Wellman lors d'une interview par Curtis Lee Hanson en 1966.

Extraits[modifier | modifier le code]

  • La lettre d'un des condamnés à sa femme :
« My dear Wife,
Mr. Davies will tell you what's happening here tonight. He's a good man and has done everything he can for me. I suppose there are some other good men here, too, only they don't seem to realize what they're doing. They're the ones I feel sorry for. 'Cause it'll be over for me in a little while, but they'll have to go on remembering for the rest of their lives. A man just naturally can't take the law into his own hands and hang people without hurtin' everybody in the world, 'cause then he's just not breaking one law but all laws. Law is a lot more than words you put in a book, or judges or lawyers or sheriffs you hire to carry it out. It's everything people ever have found out about justice and what's right and wrong. It's the very conscience of humanity. There can't be any such thing as civilization unless people have a conscience, because if people touch God anywhere, where is it except through their conscience? And what is anybody's conscience except a little piece of the conscience of all men that ever lived? I guess that's all I've got to say except kiss the babies for me and God bless you.
Your husband, Donald. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]