L'Étoile mystérieuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Étoile mystérieuse
10e album de la série Les Aventures de Tintin
Image illustrative de l'article L'Étoile mystérieuse

Auteur Hergé
Genre(s) Franco-Belge
Aventure

Personnages principaux Tintin
Milou
Capitaine Haddock
Professeur Calys
Mr.Bohlwinkel
Lieu de l’action Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de l'Islande Islande
Arctique

Éditeur Casterman
Première publication 1942
Nb. de pages 62

Prépublication Le Soir
Albums de la série Les Aventures de Tintin
Précédent Le Crabe aux pinces d'or Le Secret de La Licorne Suivant

L'Étoile mystérieuse est le dixième album de bande dessinée des aventures de Tintin, prépublié en noir et blanc du 20 octobre 1941 au 21 mai 1942 dans les pages du Soir. L'album en couleur est paru en 1942.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Intrigué par l'apparition d'une nouvelle étoile, Tintin se rend à l'observatoire où il rencontre le professeur Calys[1]. Celui-ci lui révèle la nature de cet astre : c'est une gigantesque météorite qui semble se diriger droit vers la Terre et devrait entraîner la fin du monde. Finalement, la météorite ne touche heureusement pas la Terre, mais on apprend qu'un fragment est tombé dans l'océan Arctique. Ayant découvert grâce à une photographie spectroscopique de la météorite la présence d'un métal inconnu qu'il nomme calystène, le professeur Calys organise une expédition avec l'aide financière du Fonds Européen de Recherches Scientifiques (FERS). L'expédition, commandée par le capitaine Haddock sur le navire Aurore, part avec Tintin, le professeur Calys et cinq autres scientifiques : Erik Björgenskjöld, Porfirio Bolero y Calamares, Otto Schulze, Pedro Joãs Dos Santos et Paul Cantonneau (qui réapparaîtra dans Les Sept Boules de cristal).

Le professeur Calys n'est cependant pas le seul à s'intéresser à l'aérolithe : la banque Bohlwinkel aimerait aussi s'en arroger les droits. Pour ce faire, elle envoie un bateau, le Peary, et fomente plusieurs coups-bas contre l'équipage de l'Aurore :

Akureyri
  • ils manquent d'être éperonnés par le bateau SS Kentucky Star ;
  • ils sont immobilisés à Akureyri en Islande, à la suite d'une prétendue pénurie de mazout, mais ils parviennent à repartir grâce à l'aide du capitaine Chester, une vieille connaissance du capitaine Haddock ;
  • ils détournent leur route à la suite d'un faux appel de détresse du Vilnaranda, bateau qui n'existe pas.

Malgré toutes les difficultés, ils atteignent in extrémis l'aérolithe les premiers, et Tintin en prend possession.

Le nouvel élément présente des particularités étranges : tout être vivant sauf Tintin et Milou (araignée, pommier, champignons, papillon) grandit démesurément à son contact. Mais bientôt l'aérolithe s'enfonce dans l'océan : Tintin s'en échappe de justesse et réussit à sauver un échantillon du précieux minerai.

Autour de l'album[modifier | modifier le code]

L'intérieur de la coupole de l'observatoire Yerkes
  • L'Étoile mystérieuse fut le premier album publié directement en couleur, en 1942[2]
  • Hergé ne s'est inspiré d'aucun modèle de navire particulier pour dessiner l'Aurore. Il s'en est toujours voulu car, selon lui, « Ce bateau ne pouvait pas tenir la mer. »[2].
  • Dans les éditions récentes, Quick et Flupke font une apparition en compagnie des Dupondt (page 20 case 8).
  • Hergé s'est inspiré de la grande lunette astronomique de l'observatoire Yerkes pour dessiner celle décrite dans cette histoire[3].
  • L'observatoire d'Uccle dans la région Bruxelloise a également été une source d'inspiration d'Hergé pour cet album.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Autres versions de l'album[modifier | modifier le code]

La version de 1942 est réalisée tandis que la Belgique est sous occupation allemande. Hergé constitue une équipe européenne de savants dirigée par un Belge (le professeur Hippolyte Calys) accompagné d'un Suédois (Erik Björgenskjöld), un Portugais (Pedro Joãs Dos Santos), un Espagnol (Porfirio Bolero y Calamares), un Allemand (Otto Schulze) et un Suisse (Paul Cantonneau). Outre le Belge et l'Allemand, ces savants proviennent de pays neutres. Leurs concurrents sont une équipe américaine financée par un banquier new-yorkais juif.

Après la Libération, l'équipage américain sera remplacé par celui d'un pays imaginaire. Ces modifications auront lieu en 1954 :

Drapeau du Sao Rico
  • Les concurrents de l'expédition de Tintin ne battront plus pavillon américain mais celui, plus discret, de l'imaginaire État de Sao Rico . Cependant il subsiste, dans les nouvelles éditions, de petits détails qui dévoilent l'origine américaine des concurrents :
    • Les noms des navires saoricains (Peary et SS Kentucky Star) sont des noms américains.
    • L'homme de main de Bohlwinkel se nomme Johnson, celui du capitaine du Peary, Douglas, des noms anglophones.
    • On peut trouver des éléments inchangés ou oubliés comme le drapeau américain du Peary, page 35 cases 4 et 8, et page 45 case 13.
  • Dans la version originale, le méchant était un « puissant financier de New York » nommé « Blumenstein », dont les traits correspondent aux caricatures de Juif (grand nez crochu, lèvres épaisses, cigare, œillet à la boutonnière...) que l'on trouvait classiquement à l'époque. Dans la nouvelle version, il conserve le même visage mais se trouve à Sao Rico et se nomme « Bohlwinkel ». En bruxellois, « bollewinkel » — que Hergé orthographia « Bohlwinkel » pour changer un peu — signifie « une boutique de confiserie » (du néerlandais bol, ou boule en bruxellois, qui signifie bonbon, et winkel, magasin). Hergé apprit par la suite que Bohlwinkel existait réellement en tant que patronyme israélite[4].
Arado Ar 196
  • L'expédition se fait sous le drapeau du FERS (Fonds européen de recherches scientifique), tandis que le FNRS (Fonds national de la recherche scientifique) est un organisme belge fondé en 1928.
  • La version parue dans Le Soir de L'Étoile mystérieuse comporte un strip caricaturant deux juifs. Ce passage qui se voulait une histoire drôle disparaîtra dans l'album. Tu as entendu, Isaac ?... La fin du monde !... Si c'était vrai ?... Hé Hé !... Ce serait une bonne bedide avaire Salomon!... Che tois 50.000 frs. à mes vournizeurs... Gomme za che ne tefrais bas bayer.
  • L'hydravion de reconnaissance dans lequel Tintin prend place est un appareil allemand Arado 196[5].

Version animée[modifier | modifier le code]

Cet album fut adapté dans la série animée de 1962 et dans la série animée de 1992. Toutefois, la version de 1962 se caractérise par l'absence du professeur Calys et par la présence du professeur Tournesol et des Dupondt contrairement à la BD et à la version de 1992.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans la première adaptation en dessin animé, le professeur Calys est remplacé par le professeur Tournesol, son rôle restant identique.
  2. a et b Benoît Peeters, Le monde d'Hergé, Tournai, Casterman,‎ décembre 1984, 2e éd., 320 p. (ISBN 2-203-23124-6), p. 110-111
  3. http://www.savoirs.essonne.fr/thematiques/lunivers/astronomie/tintin-et-la-science/
  4. Numa Sadoul, Tintin et moi. Entretiens avec Hergé, Flammarion, 1983, page 251
  5. Charles de Granrut, « Hergé, un mordu des avions », Sciences & Vie, Paris « Édition spéciale », no 14H « Tintin chez les savants, Hergé entre science et fiction »,‎ mars 2002, p. 76-77

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]