L'Étoile du sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Étoile du Sud
Image illustrative de l'article L'Étoile du sud
Frontispice du roman par Léon Benett

Auteur Jules Verne
Genre roman d'aventures
Pays d'origine France
Éditeur Pierre-Jules Hetzel
Date de parution 1884
Dessinateur Léon Benett
Série Voyages extraordinaires
Chronologie
Précédent Kéraban-le-Têtu L'Archipel en feu Suivant

L'Étoile du Sud est un roman d'aventures de Paschal Grousset, vendu à l'éditeur Hetzel, puis remanié et signé par Jules Verne. L'œuvre est publiée en 1884.

Historique[modifier | modifier le code]

L'Étoile du Sud paraît d'abord sous forme de feuilleton dans le Magasin d'éducation et de récréation du 1er janvier au 15 octobre 1884, puis en édition grand format in octavo la même année chez Hetzel.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'action se déroule au Griqualand en Afrique du Sud où l'ingénieur minier Cyprien Méré mène des études de chimie organique sur les gisements diamantifères. Le héros veut épouser Miss Alice Watkins, mais John Watkins, son père, refuse car Méré n'est pas assez riche. Méré se lance alors dans l'exploitation minière, en s'associant avec un brave quaker des États-Unis. L'exploitation minière étant en décalage avec ses études et une perte de temps quant à ses recherches scientifiques, selon sa bien-aimée, Cyprien se lance dans la confection d'un diamant artificiel avec lequel il pourra obtenir la main d'Alice. À la suite d'une expérience hasardeuse, il obtient un énorme diamant noir, surnommé « l'étoile du Sud ». Il offre ce cristal en dot à Mr. Watkins, mais la pierre disparaît peu de temps après avoir été taillée, lors d'une fête que donne ce dernier en l'honneur du joyaux.

L'étoile du Sud est aussi le symbole de l'hémisphère sud.

Quelques-uns des chercheurs de diamants qui connaissent l'origine synthétique dudit diamant craignent que cette méthode de fabrication les ruine. Lors du vol du diamant, tous les soupçons se tournent vers son domestique noir, un Cafre pour lequel il s'est pris d'affection et qu'il a éduqué à la mode européenne, qui semble être l'auteur du crime. Cyprien dément les faits, malgré la tendance cleptomane de son camarade.

L'épopée épique du roman est constituée par la traque du Cafre à travers tout le Transvaal, Cyprien étant accompagné dans sa quête par trois rivaux qui veulent tous mettre la main sur le diamant hors de prix: le rapporter à Mr. Watkins serrait la promesse de passer la bague à la main d'Alice.

En réalité, seul Cyprien aime la jeune femme d'amour, alors que ses rivaux n'ambitionnent que de faire un beau mariage, son père le propriétaire exclusif des mines diamantifères du "Vandergaart-Kopje", volées à Jacobus Vandergaart par décision juridique.

Après bien des péripéties, où la nature humaine de chacun est mise en lumière à travers les épreuves, l'auteur du vol, une autruche, est finalement démasqué, La nature du diamant se révèle alors bien différente de celle que l'on croyait.

Sur les autres projets Wikimedia :

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Bardik
  • Pharamond Barthès
  • Dada
  • Friedel
  • James Hilton
  • Lopèpe
  • Matakit, le Cafre pour lequel Cyprien s'est pris d'affection et qu'il éduque comme un fils
  • Cyprien Méré
  • Jeanne Méré
  • Nathan
  • Annibal Pantalacci
  • Mathis Pretorius
  • Thomas Steel
  • Templar
  • Tonaïa
  • Jacobus Vandergaart
  • Alice Watkins
  • John Stapleton Watkins

Thèmes abordés[modifier | modifier le code]

Le thème de la spoliation, du "bien mal acquis qui ne profite jamais" et de la justice divine, récurrent au fil de tous les Voyages extraordinaires, est particulièrement présent dans ce récit, à l'endroit de l'orfèvre Jacobus Vandergaart, qui a été spolié de ses terres par le père d'Alice, John Watkins, qui semble avoir gagné depuis un trentaine d'année, mais qui verra sa situation renversée par un coup de théâtre final dont Cyprien Méré, par sa rigueur toute scientifique, est par accident à l'origine.

Le thème corollaire est que force doit rester au droit, et qu'il y a une justice, même si ce n'est que celle des hommes, toute perfectible et sujette à hésitation ; le bon droit finit toujours par triompher.

Un autre grand thème vernien qui irrigue le roman est que la cupidité des hommes, basée sur la richesse matérielle, pourrait être ruinée si la rareté des biens auquel on attache du prix venait à disparaître par une production en masse de richesse. Dans la chasse au météore, ce thème sera repris pour dénoncer l'absurdité de la course à l'or : la météorite observée par les deux astronomes amateurs héros du récit est principalement constituée d'or, si bien que sa chute sur Terre rendrait ce métal aussi banal que de la vulgaire ferraille et ferait chuter le cours du métal d'un coup, ce dernier perdant alors son épithète de « précieux ». Dans L'Étoile du Sud, le même thème est envisagé à travers l'exemple du diamant, qui poussait à l'époque de Jules Verne l'Angleterre à spolier au fur et à mesure les boers, ces colons hollandais huguenots réfugiés de la première heure, à reculer toujours plus loin dans les terres intérieures et la conquête du bush, pour céder le pas à la couronne britannique, qui après avoir annexé le Cap décidait alors de s'arroger des droits sur les provinces de l'intérieur.

Cette rivalité sera d'ailleurs à l'origine de la guerre des Boers au début du XXe siècle. Jules Verne faisait ainsi œuvre de visionnaire dans ce roman publié plus de quinze ans avant le déclenchement du conflit, en prédisant qu'une telle spoliation ne se ferait pas à terme sans lutte, tant l'injustice des méthodes utilisées par le fort au détriment du faible est flagrante.

Quoi qu'il en soit, la découverte d'un procédé chimique par Cyprien Méré pour créer des diamants de synthèse permet également à Jules Verne de décliner son thème favori de l'annihilation des richesses par une abondance de celles-ci, rendant leur valeur toute relative et tuant la passion et l'engouement des humains pour le matérialisme.

Lectorat[modifier | modifier le code]

Comme souvent chez Verne, le roman s'adresse tout autant au jeune lectorat, qui n'y verra qu'un récit d'aventures empreint d'exotisme, d'épopée et de dépaysement, qu'à un public adulte, qui pourra lire ce récit avec une vision plus sociale, tenant compte de l'arrière-plan politique et historique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Angelier, Dictionnaire Jules Verne, édition Pygmalion (2006)
  • Mellot & Embs, Guide Jules Verne, édition de l'amateur (2005)

Liens externes[modifier | modifier le code]