L'Étoile (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Étoile (homonymie).
L'Étoile
La Somme à l'Étoile.
La Somme à l'Étoile.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Picquigny
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Nièvre et environs
Maire
Mandat
Michel Delohen
2014-2020
Code postal 80830
Code commune 80296
Démographie
Population
municipale
1 251 hab. (2011)
Densité 158 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 01′ 28″ N 2° 01′ 58″ E / 50.0244, 2.032850° 01′ 28″ Nord 2° 01′ 58″ Est / 50.0244, 2.0328  
Altitude Min. 7 m – Max. 113 m
Superficie 7,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
L'Étoile

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
L'Étoile

L'Étoile est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Un cimetière mérovingien est découvert en 1817.

Au début du XIIe siècle, il existe peut-être un village dit Arguvium, mais à un autre emplacement que celui de l’Étoile actuel[1].

Un établissement monastique de l’ordre de Fontevrault est fondé en 1165 à Moreaucourt par Aléaume d'Amiens, pour expier ses fautes. Cette communauté mixte de moniales et moines, souffrant régulièrement des maux de guerre, déménage à Amiens en 1635[2].

Les seigneurs possédant le fief de l’Étoile appartiennent successivement aux familles des châtelains d’Amiens (XIIe-XVIe), Leblond (1516), Gouffier (XVIIe), Langlois de Septenville, Calonne de Cocquerel, et Jourdain de l’Éloge (1765).

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le village est évacué entre le 20 mai et le 4 juin 1940, notamment par des bus de la compagnie Saint-Frères, par le Mans, puis train jusqu'à Montauban où il est prévu d’héberger les réfugiés. Certains vont travailler à l’usine Saint-Frères de Puyoo dans le 64[3].

La commune a été récompensée par la Croix de guerre 1939-1945.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur aux trois molettes d'or dans les trois premiers cantons et au besant du même dans le quatrième canton.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1945 mars 1965 Eugène Richard   de retour de déportation, aveugle, il reprend ses activités
23 mars 1965 1995 Roger Minard    
juin 1995 mars 2001 Jacky Hérouart    
mars 2001 2014 Alain Castello[6]    
2014[7] en cours
(au 6 mai 2014)
Michel Delohen    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 251 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
697 615 725 733 822 894 869 899 797
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
815 864 1 048 1 092 956 884 1 032 1 363 1 649
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 650 1 752 1 676 1 527 1 504 1 476 1 515 1 535 1 689
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 638 1 650 1 554 1 446 1 334 1 305 1 249 1 241 1 251
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Camp néolithique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Groupe de Cerny.

.

Abbaye de Moreaucourt[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye de Moreaucourt.

Prieuré de religieuses bénédictines de l'ordre de Fontevraud. Le site est protégé au titre des Monuments historiques depuis 1926, propriété de la Communauté de communes du Val de Nièvre et environs (CCVNE)[2].

  • Chapelle Sainte-Anne.
  • Ancienne église Saint-Jacques-le-Majeur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Célestine Galli-Marié (1840-1905), créatrice du rôle de Carmen de Georges Bizet et Paola Marié de L'Isle (1851-1920), chanteuses d'opéra.

Paul Hutteau (1887-1953), dit Polmann, "Le Fakir Blanc".

Le docteur Eugène RICHARD, mort en 1986, ancien maire de la commune de L'Etoile, ancien résistant, ancien déporté.

Max Lejeune (1909-1995), homme politique (Maire d'Abbeville, député, sénateur, ministre sous la 4ème République).

Film tourné à L'Etoile[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://g.lancel.free.fr/seigneurs/liste_seigneurs.php
  2. a et b Thierry Griois, Le Courrier picard, édit. d'Abbeville, 7 mars 2013, p. 20
  3. http://g.lancel.free.fr/guerres/evacuation.php
  4. Ghislain Lancel, L’Étoile et son histoire, mis à jour 11 mars 2008, consulté le 24 août 2010
  5. http://g.lancel.free.fr/guerres/richard.php
  6. Réélu pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 13 août 2008)
  7. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :