L'Écho républicain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L’Écho républicain
Image illustrative de l'article L'Écho républicain

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quotidien
Genre Presse régionale
Diffusion 32 200[1] ex.
Ville d’édition Chartres

Site web lechorepublicain.fr

L’Écho républicain est un quotidien français de presse quotidienne régionale publié dans le département d'Eure-et-Loir et le sud du département des Yvelines. Il appartient au groupe de presse Centre-France. Le siège est basé à Chartres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier numéro est paru le 5 novembre 1888, sous le nom de la Dépêche d'Eure-et-Loir sous la direction d'Adrien Bertholon, l'impression est entièrement manuelle.

L'Écho Républicain de la Beauce et du Perche est créé en 1922 par Paul Guillon toujours sous la direction d’Adrien Bertholon. Le premier numéro sort le samedi 30 mars 1929 des presses de l'imprimerie Rouille Gauquelin. En 1935, l'hebdomadaire est tiré à Chartres sur les rotatives de La Dépêche qui rayonne sur 22 cantons d'Eure-et-Loir, de l'Eure et de l'Orne.

Le 8 juin 1940, L’Echo Républicain cesse sa parution à cause de la seconde guerre mondiale. À la Libération, l'hebdomadaire revoit le jour et devient quotidien le 13 septembre 1944. En 1960, Jean Gilbert prend la direction du journal.

En 1979, l'hebdomadaire Le Point devient actionnaire majoritaire dans le capital du journal puis cède ses parts 3 ans plus tard au groupe Hachette.

Les deux sociétés La Dépêche d'Eure-et-Loir et l’Echo Républicain fusionnent en juin 1987 pour créer Echo Communication SA. L’Echo informatise sa rédaction et transfère ses locaux. Echo Communication SA achète en 1990, un groupe de presse gratuite Bip SA implanté en région Centre, puis Inter Hebdo en 1994.

En juin 1999, le groupe Amaury se porte acquéreur d'Echo Communication SA regroupant l’Echo Républicain, Cible 28, Inter Hebdo, Irco et Echo Voyages.

Le 26 mars 2003 est lancé le format tabloïd et la réactualisation de cinq éditions : Rambouillet, Chartres, Dreux, Nogent-le-Rotrou et Châteaudun.

En 2004, le PDG Jacques Camus, quitte la société et laisse sa place à Richard Metzger, directeur coordinateur du groupe Amaury.

En mars 2005, L’Echo Républicain devient le premier quotidien régional imprimé entièrement en couleurs. Le mois suivant, Gilles Bornais quitte L’Echo Républicain. Il est remplacé au poste de directeur général délégué et rédacteur en chef par Hugues de Lestapis. Fin 2006 est lancé le site Internet www.lechorepublicain.fr actualisé au bout de deux ans avec une place importante donnée à la vidéo. Et en avril 2009, l’écho lance une édition dominicale et des jours fériés. Ce journal du septième jour est doté d’un cahier central « magazine » de douze pages pour répondre au désir de lecture différent en week-end.

Le 15 décembre 2010, le groupe de presse Centre-France se porte acquéreur d'Echo Communication SA, regroupant L’Echo Républicain, Cible 28, Inter Hebdo et Echo Voyages. Michel Habouzit devient président délégué. Un an plus tard, L’Echo Républicain change de formule et de couleur en adoptant la maquette commune à tous les quotidiens du groupe Centre-France. Le bleu laisse sa place au rouge[2].

Distribution[modifier | modifier le code]

L’Écho républicain, premier quotidien d'informations en Eure-et-Loir, est tiré à environ 60 000 exemplaires. Le journal est composé de cinq agences : Chartres, Châteaudun, Dreux, Nogent-le-Rotrou, et Rambouillet (Yvelines). Il est publié en format tabloïd tout couleur.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Le logo est redessinée en 1946, 1976, 1985 et enfin 2011 sans parler des changements de couleurs[2].

Logotype de 1988 à 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ojd.com/adherent/2569
  2. a et b le journal, sur le site officiel.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :