L'Échange (film, 2008)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Échange.

L'Échange

Description de cette image, également commentée ci-après

Angelina Jolie sur le tournage du film (2007).

Titre original Changeling
Réalisation Clint Eastwood
Scénario Joseph Michael Straczynski
Acteurs principaux
Sociétés de production Imagine Entertainment
Malpaso Productions
Relativity Media
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 2008
Durée 140 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Échange (titre original : Changeling) est un film dramatique américain réalisé par Clint Eastwood et écrit par Joseph Michael Straczynski, sorti en 2008. Inspiré de faits réels qui se sont déroulés en 1928 à Los Angeles, il raconte l'histoire d'une mère, interprétée par Angelina Jolie, dont le fils est enlevé et qui est confrontée à la corruption des autorités de la ville. L'Échange traite aussi de l'impuissance de la femme et de la violence faite aux enfants.

Après avoir pris connaissance de cette affaire au Los Angeles City Hall, Straczynski passe une année de recherche sur les faits historiques ; il a d'ailleurs déclaré que 95 % du script proviennent de près de 6 000 pages de documentation. La plupart des rôles sont d'ailleurs inspirés de personnes réelles. C'est la première version de son script qui est choisie pour le tournage. Pour Straczynski, il s'agit de son premier scénario adapté au cinéma, après des créations pour la télévision.

Lors de la préproduction du film, Ron Howard est d'abord pressenti pour la réalisation du film mais d'autres projets l'empêchent de travailler sur ce tournage et Clint Eastwood le remplace. Howard et Imagine Entertainment collaborent avec Brian Grazer pour produire le film aux côtés de la Malpaso Productions, alors qu'Universal Pictures finance et distribue le film. Plusieurs acteurs se présentent pour le film, mais Clint Eastwood choisit Angelina Jolie pour son visage car il lui semble correspondre à la période du film. La distribution comprend également John Malkovich, Jeffrey Donovan, Jason Butler Harner, Michael Kelly et Amy Ryan. Le tournage débute le à Los Angeles et se termine en décembre de la même année.

L'Échange est projeté pour la première fois au cours du 61e Festival de Cannes, le , où il connaît un certain succès critique. À la suite de cette première projection, une sortie limitée est organisée aux États-Unis le . Le film sort finalement le dans ce même pays et le 12 novembre en France. La réaction des critiques est plus mitigée qu'à Cannes. Finalement, le film réalise une recette mondiale de 113 000 000 de dollars. Pour Eastwood, ce film occupait, en 2010, la 9e place parmi les performances de ses réalisations au box-office. L'Échange se retrouve nommé à de nombreux prix dans plusieurs festivals ou cérémonies de récompenses, mais il ne remporte pas de récompense majeure.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Los Angeles, 1928. Christine Collins (Angelina Jolie), mère célibataire et opératrice téléphonique, laisse à la maison son fils de neuf ans, Walter (Gattlin Griffith) pour aller travailler. Alors que son supérieur lui propose une promotion, Christine manque le tramway qui devait la ramener chez elle. Le soir, quand elle rentre, elle retrouve la maison vide. Quelques mois plus tard, la LAPD informe Christine que Walter a été retrouvé vivant et en bonne santé. Désireuse de redorer son blason après de récentes critiques, la police décide de convier la presse aux retrouvailles de la mère et de l'enfant. Mais, contre toute attente, et malgré le fait que « Walter » (Devon Conti) assure être le fils de Christine, cette dernière ne le reconnaît pas. Le capitaine J. J. Jones (Jeffrey Donovan), chef de la brigade des mineurs de Los Angeles insiste et fait pression sur Christine qui accepte de recueillir le garçon chez elle.

Christine met rapidement en évidence des différences physiques entre le jeune garçon et Walter, et en informe le capitaine Jones qui décide d'envoyer un médecin (Peter Gerety) sur place pour étudier cela. Ce dernier explique à Christine que son « fils » a rapetissé à la suite d'un tassement de sa colonne vertébrale provoqué par les mauvaises conditions de détention qu'il a subies. Il explique également la circoncision du garçon par la volonté hygiéniste de son ravisseur. Après le rapport du médecin à la presse, les journalistes se déchaînent contre Madame Collins, l'accusant de rejeter ses responsabilités de mère. Néanmoins, plusieurs personnes acceptent d'aider Christine. Ainsi, le révérend Gustav Briegleb (John Malkovich), animateur très influent et célèbre d'une radio protestante, l'aide à garder espoir et à témoigner contre la police en lui conseillant de faire une intervention dans les médias. Le dentiste et l'institutrice de Walter se joignent également à elle et signent tous deux des documents attestant que le jeune garçon est un imposteur.

Le capitaine Jones réagit très violemment à cette attaque directe contre son département. Pour la faire taire, il hospitalise de force Christine au département psychiatrique du Los Angeles County Hospital prétextant un comportement qu'il juge dangereux envers elle-même. Là-bas, elle se lie d'amitié avec Carol Dexter (Amy Ryan) qui lui dit qu'elle est également victime, comme bien d'autres femmes, des forces de l'ordre. Son médecin (Denis O'Hare) lui demande de signer un papier qui atteste qu'elle a menti, que la police n'est pas en faute, sans quoi, elle ne sortira pas de l'hôpital, mais Christine refuse.
Le révérend Briegleb se rend rapidement compte de la disparition de Christine et se plaint auprès de la LAPD de son incompétence, sa corruption et ses erreurs judiciaires ; menée par son chef, James E. Davis (Colm Feore).

En parallèle, le détective Ybarra (Michael Kelly) voyage dans un ranch de Wineville, dans le comté de Riverside, pour arrêter Sanford Clark (Eddie Alderson), un immigré de quinze ans. L'oncle du garçon, Gordon Northcott (Jason Butler Harner), s'enfuit, alerté par la visite du détective. Sanford, avant de rentrer au Canada, avoue au détective que son oncle l'a forcé à l'aider pour enlever des enfants, et les tuer ensuite. Il déclare à l'inspecteur avoir commis environ vingt meurtres et identifie Walter comme une victime possible.

Le Los Angeles City Hall (1930), où a lieu le rassemblement des manifestants contre le régime corrompu.

Le capitaine Jones ordonne au détective de renvoyer Clark au Canada, mais Ybarra ne l'écoute pas, perturbé par ce qu'il vient d'entendre. Celui-ci demande alors à Sanford Clark de lui révéler les lieux du crime et y découvre des ossements humains. Grâce à cette découverte, le révérend Briegleb fait libérer Christine Collins. Alors, le faux Walter avoue les raisons de son mensonge : venir à Los Angeles pour voir son acteur favori, Tom Mix ; il déclare de plus que la police lui avait demandé de mentir au sujet de son identité. Gordon Northcott est arrêté à Vancouver à la suite d'un avis de recherche. Aidée de S. S. Hahn (Geoff Pierson), un célèbre avocat, Christine Collins libère les autres femmes de l'hôpital psychiatrique, où elles avaient été enfermées à tort, et porte plainte contre la LAPD.

Le jour de l'instruction, Christine et Briegleb découvrent en arrivant à l'audience des centaines de manifestants, protestant contre le régime corrompu et demandant des réponses à la ville. L'audience est entrecoupée par des scènes du procès de Gordon Northcott. La cour ordonne que Jones et Davis démissionnent de leur poste respectif et qu'une réforme des lois sur l'internement se mette rapidement en place. Pour le procès de Gordon Northcott, les jurés le condamnent à deux ans d'emprisonnement en cellule d'isolement puis à une condamnation à mort par pendaison le .

Deux ans plus tard, Christine continue toujours ses recherches lorsqu'un télégramme de Gordon Northcott lui parvient. Ce dernier lui dit qu'il accepte d'avouer le meurtre de Walter si elle accepte de lui rendre visite avant son exécution. Cette dernière se rend au rendez-vous mais Gordon Northcott refuse de lui dire s'il a tué ou non son fils. Il est exécuté le lendemain.

En 1935, David Clay (Asher Axe), un des enfants supposés avoir été tués, réapparaît. Il explique aux policiers qu'il est parvenu, en fait, à s'échapper avec deux autres garçons, dont Walter. Malheureusement, ils furent séparés et il n'a jamais su si ce dernier avait survécu ou non.

Le film se termine sur Christine retournant chez elle, remplie d'espoir[N 1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

John Malkovich, interprète du révérend Briegleb.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Désert du Comté de Riverside où sont retrouvés les restes des enfants disparus.

En 1926, Gordon Stewart Northcott amène dans son ranch son neveu de treize ans, Sanford Clark, qui vivait jusqu'alors chez ses parents en Saskatchewan, au Canada[5]. Dans ce ranch de Wineville (en Californie), Northcott frappe Clark et abuse de lui sexuellement pendant presque deux ans, jusqu'à ce que la police se rende sur place en , à la suite d'une dénonciation émise par un membre de la famille[6]. Sanford Clark révèle alors à la police qu'il a été forcé d'aider Northcott et sa mère, Sarah Louise Northcott, à tuer plusieurs jeunes garçons enlevés et violés par son oncle[6],[7]. Lors de la fouille de la ferme, la police ne trouve sur place aucun corps — Sanford leur ayant dit que son oncle les enterrait dans le désert — mais découvre des restes humains, des haches maculées de sang, ainsi que des effets personnels ayant appartenu aux enfants disparus. Les Northcott tentent de fuir au Canada, à Vancouver, mais ils sont rapidement arrêtés et extradés vers les États-Unis. Sarah Louise avoue rapidement avoir commis ces meurtres[6], notamment celui de Walter Collins. Elle se rétracte toutefois peu après, tout comme son fils Gordon, qui avait confessé le meurtre de cinq garçons[7].

Après sa libération du Los Angeles County Hospital où elle avait été enfermée pour avoir dérangé les forces de l'ordre, en affirmant que l'enfant qu'on lui a rendu n'est pas le sien, Christine Collins poursuit la police en justice à deux reprises, gagnant le second procès. Le Capitaine Jones est alors condamné à lui verser la somme de 10 800 $, dette dont il ne s'acquittera jamais[8]. Le juge ordonne de plus que Jones et Davis démissionnent de leurs postes respectifs. Démis de leurs fonctions, ils sont néanmoins réhabilités quelques années plus tard. La législature de l'État de Californie déclare également qu'il est désormais illégal pour la police de pratiquer l'internement en psychiatrie sans l'obtention préalable d'un mandat[9]. Northcott est reconnu coupable des meurtres de Lewis Winslow (12 ans) et Nelson Winslow (10 ans), ainsi que de celui d'un enfant mexicain non identifié[6]. Bien qu'il avoue avoir tué une vingtaine de jeunes garçons (avant de se rétracter), les condamnations ne portent que sur ces trois meurtres[6],[9]. Northcott est exécuté par pendaison en . Sarah Louise, accusée du meurtre de Walter Collins, purge une peine d'une douzaine d'années d'emprisonnement[6]. En 1930, les habitants de Wineville changent le nom de leur ville et la rebaptisent Mira Loma pour faire oublier la notoriété de l'affaire rattachée à leur ville[7].

Chronologie des faits[modifier | modifier le code]

  • 1919 :
    • Walter Collins naît.
  • 1926 :
    • James E. Davis devient directeur de la LAPD
  • 1928 :
    • 9 mars : Walter Collins se bat à l'école.
    • 10 mars : Christine Collins revient de son travail, son fils n'est pas à la maison. Il a disparu.
    • 25 mars : le révérend Gustav Briegleb prêche contre la police corrompue.
    • 3 avril : Christine Collins appelle plusieurs associations pour demander de l'aide dans la recherche de son fils.
    • 18 août : un enfant, dont la description ressemble à celle de Walter Collins, est retrouvé dans l'Illinois.
    • 20 août : Christine Collins apprend que son fils a été retrouvé.
    • 15 septembre : Christine Collins est incarcérée dans un asile psychiatrique pour avoir nié que son fils avait été retrouvé. Sanford Clark, le neveu de Gordon Northcott, déclare à la police qu'il l'a aidé à tuer plus d'une vingtaine d'enfants.
    • 20 septembre : Gordon Northcott retourne chez sa sœur, au Canada.
    • 24 octobre : à la suite de l'emprisonnement de Christine Collins, Briegleb soulève une manifestation contre la corruption des forces de l'ordre.
  • 1930 :
    • 30 septembre : Christine Collins reçoit un télégramme déclarant que Gordon Northcott souhaiterait lui dire la vérité au sujet de son fils si elle accepte de lui rendre visite avant son exécution.
    • 1er octobre : Christine Collins rend visite à Gordon Northcott. Mais ce dernier refuse finalement de lui dire la vérité.
    • 2 octobre : Gordon Northcott est exécuté par pendaison pour le meurtre de vingt enfants.
  • 1935 :
    • David Clay est retrouvé. Il s'agit d'un enfant qui a réussi à s'enfuir de chez Gordon Northcott, avant que ce dernier ne le tue. David déclare à la police s'être enfui à l'aide de plusieurs enfants, dont Walter Collins, enfant dont il n'a désormais plus de nouvelles. David affirme que Gordon oblige un enfant à tuer ceux qui sont enlevés.

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

J. Michael Straczynski, scénariste du film.

Quelques années avant d'écrire L'Échange, J. Michael Straczynski, scénariste de télévision et ancien journaliste, est contacté par une source au Los Angeles City Hall qui l'informe qu'un certain nombre de documents d'archives s'apprêtent à être brûlés[10], et parmi eux, « quelque chose qu'[il] devait voir »[N 8]. L'informateur avait découvert une transcription d'audiences de l'époque concernant l'affaire Collins[11]. Straczynski est rapidement fasciné par cette affaire[12], fait des recherches[13], et écrit un premier scénario intitulé The Strange Case of Christine Collins (littéralement L'étrange affaire de Christine Collins). Plusieurs studios et producteurs indépendants se disent intéressés par le projet mais celui-ci ne trouve jamais d'acheteur concret[14]. Straczynski, n'ayant pas énormément de temps à accorder au projet, le met de côté jusqu'à ce que sa série télévisée Jeremiah soit définitivement arrêtée en 2004[13]. Après avoir travaillé vingt ans en tant que scénariste et producteur de télévision, Straczynski décide alors de faire une pause[12]. Il passe donc un an à travailler sur l'affaire Collins, à travers des archives criminelles, des rapports d'autopsies ou encore des comptes-rendus de procès[15]. Il dit avoir collecté environ 6 000 pages de documentation sur les meurtres du poulailler de Wineville et l'affaire Collins[10], avant d'en connaître assez pour « savoir comment l'expliquer »[12],[N 9]. Il écrit le premier jet du nouveau scénario en seulement onze jours[13]. L'agent de Straczynski fait parvenir ce dernier au producteur Jim Whitaker qui le transmet à Ron Howard[15]. Ce dernier décide immédiatement d'acheter le scénario[12].

En , Universal Studios et Imagine Entertainment (la société de production d'Howard) achètent le scénario et décident de le faire réaliser par Ron Howard lui-même. Le film se trouve donc sur la petite liste de projets d'Howard, peu de temps après la sortie du Da Vinci Code[16]. En , Universal décide d'accélérer la production, mais, lorsque Ron Howard choisit de réaliser Frost/Nixon et Anges et Démons, il devient clair qu'il ne pourra pas commencer le tournage de L'Échange avant 2009[17]. Howard abandonne alors l'idée de réaliser ce film, dont l'existence est ainsi compromise bien que le scénario suscite l'admiration dans l'industrie cinématographique[18]. Ron Howard et son associé Brian Grazer commencent donc à chercher un nouveau réalisateur afin de reprendre en main ce projet[19] et présentent le scénario à Clint Eastwood en [10], lequel accepte immédiatement de le réaliser[20]. Eastwood explique que ses souvenirs de jeunesse lors de la Grande Dépression lui suscitent un intérêt particulier pour les projets traitant de cette période[21]. Sa décision est aussi influencée par le fait que le scénario soit principalement basé sur l'affaire Collins plutôt que l'histoire de Northcott[10].

Écriture[modifier | modifier le code]

« L'histoire est tellement étrange que vous avez besoin en permanence de quelque chose qui vous rappelle que ce n'est pas fictif. Il m'a donc paru important de récolter un maximum de coupures de presse, parce que, parfois, vous arrivez à un moment de l'histoire où vous vous dites "Attends, il se fout de nous, c'est trop gros là !". Puis vous tournez la page et vous remarquez qu'il y a effectivement un article confirmant cette hypothèse. C'est pourquoi, en termes d'écriture du scénario, je suis resté très proche des faits. L'histoire est déjà assez extraordinaire comme ça ! »

— J. Michael Straczynski[11],[N 10]

Le ranch de Gordon Northcott.

Straczynski se sert de son passé journalistique pour « prendre en main et mettre en forme le projet »[N 11]. Il se base également sur son expérience d'écriture de séries policières pour les éléments juridiques de l'histoire[13]. Straczynski explique qu'il a réuni tellement d'informations au sujet de l'affaire Collins qu'il est finalement très difficile d'expliquer clairement le dossier. Pour se faciliter la tâche, il laisse de côté le scénario quelque temps, afin que les points les moins importants disparaissent de sa mémoire et qu'il puisse se concentrer sur les aspects essentiels qu'il souhaite traiter. Il imagine deux triangles inversés : « le premier triangle, dont le sommet est en haut, est l'histoire des Collins. Plus le temps passe, et plus elle s'élargit, ayant de plus en plus d'impacts autour d'elle. Le second triangle, quant à lui, représente la situation de Los Angeles en 1928, et, au contraire, plus l'histoire de Christine Collins évolue, plus le triangle devient étroit et se resserre sur elle »[N 12]. Une fois que Straczynski a cette image en tête, il sent qu'il est prêt à écrire l'histoire[22]. Il décide de ne pas se focaliser sur les meurtres du poulailler de Wineville pour se concentrer sur l'histoire de Christine Collins[23]. Straczynski dit même qu'elle est la seule personne de l'histoire dont la ténacité le fascine, tout comme les conséquences de son action sur le système pénal et légal californien : « mon intention était simple : honorer le combat de Christine Collins »[24],[N 13].

En décidant de mettre Christine Collins en avant, Straczynski se donne la mission de « retranscrire au mieux son histoire »[N 14]. Il pense son projet comme un « article de cinéma » plutôt que comme un scénario normal[13],[22]. Il reste toutefois très proche des faits historiques, l'histoire lui semblant déjà assez bizarre en l'état sans avoir besoin d'y incorporer des éléments fictifs[22]. Straczynski prétend que 95 % du scénario provient de sources historiques[15]. Il n'y a en effet que deux moments dans le script où il a dû « imaginer ce qu'il s'était passé »[N 15]. Un de ces moments est le passage se déroulant dans l'unité psychiatrique, pour lequel il n'existe que très peu de témoignages[11]. À la base, Straczynski écrit une version plus courte de l'incarcération de Christine Collins mais son agent lui suggère de développer cette partie, donc il extrapole des évènements basés sur des pratiques et des témoignages d'institutions de ce genre à l'époque. C'est à ce moment qu'il introduit le personnage de Carol Dexter (joué par Amy Ryan), qui doit symboliser l'injustice que subissent les femmes de l'époque[22]. Straczynski explique que ses études en psychologie et en sociologie lui ont énormément servi pour écrire cette séquence, mais aussi pour une autre séquence créée pour les besoins de l'intrigue, quand le Docteur Jonathan Steele (joué par Denis O'Hare) déforme les mots de Christine afin de la rendre confuse[13]. Straczynski essaye également de rendre le dialogue authentique, en évitant les faux clichés de l'époque. Son expérience sur l'écriture de la série Babylon 5 l'aide à s'immerger dans un état d'esprit éloigné du sien[22] : celui des extraterrestres pour la série, celui propre aux années 1920 pour L'Échange.

Riverside dans les années 1900, où ont eu lieu les faits historiques[25].

Straczynski décrit ses propres repères visuels qu'il dissémine dans le scénario, comme la scène où Sanford Clark se confie. Il choisit de juxtaposer le flashback de Clark, où l'on peut voir une hache qui tombe, à l'effritement de la cendre de cigarette du détective Ybarra. L'image est utilisée dans deux buts : elle constitue d'abord une corrélation esthétique entre la hache qu'il n'a pas brandie et la cigarette, mais elle symbolise également le fait qu'Ybarra est tellement bouleversé par la confession de Clark qu'il n'a pas bougé, ni même fumé, pendant les 10 minutes où Clark raconte toute son histoire. Comme avec la plupart des repères, Eastwood filme la scène telle qu'elle a été écrite[22]. Pour garantir la véracité de l'histoire, Straczynski incorpore des enregistrements de citations historiques dans les dialogues, dont des témoignages devant la Cour. Il intègre également des copies de coupures de presse toutes les 15 ou 20 pages dans le script-même pour que les gens se souviennent qu'il s'agit bien d'une histoire vraie[24]. Ainsi le générique peut indiquer que le film est une « histoire vraie » au lieu d'être seulement « basé sur une histoire vraie ». Straczynski a fait passer le script par le département juridique d'Universal, fournissant des preuves d'authenticité pour chaque scène[26]. Straczynski se rend alors compte qu'il a commis une erreur en faisant référence au Scrabble, pré-datant de deux ans son apparition sur le marché, et le remplace donc par des mots croisés[13]. Il n'a pas altéré pour autant le scénario par rapport à son script initial[27] ; alors que deux nouvelles réécritures du script avaient été présentées à Ron Howard, Eastwood insiste pour se servir de la première version pour son film, car il trouve que celle-ci est la plus claire des trois[22]. Aux dires de Straczynski, « Clint est marrant : s'il aime quelque chose, il le fait, point final. Quand je l'ai rencontré pour lui demander s'il désirait quelque changement, couper certaines parties, ou en ajouter, ou quoi que ce soit, il me répondait "non, le premier jet est bon, tournons-le" »[N 16],[11].

Malgré le souci d'authenticité, Straczynski a procédé à quelques arrangements avec les faits historiques. Il a par exemple décidé d'omettre la mère de Northcott, Sarah Louise Northcott, qui a participé aux meurtres. Il représente également les faits à Los Angeles, alors qu'ils ont eu lieu à Riverside, en Californie[25]. Le titre est par ailleurs dérivé du folklore des westerns européens et se réfère à une créature — un « changeling » — laissée par des fées à la place d'un nouveau né humain[28],[N 2],[N 3]. À cause de l'association du mot avec des faits surnaturels, Straczynski souhaitait d'ailleurs que ce titre ne soit que temporaire, croyant qu'il pourrait le modifier par la suite[26].

Choix des rôles[modifier | modifier le code]

Amy Ryan interprète le rôle d'une femme détenue à l'hôpital psychiatrique, rôle créé par le scénariste pour l'intrigue.

L'équipe de production du film reprend les noms de personnages qui ont réellement existé. Plusieurs seconds rôles sont néanmoins créés et ajoutés à l'intrigue, tout en étant basés sur des personnes de l'époque[24]. Cinq actrices sont auditionnées pour le rôle de Christine Collins[9], dont Reese Witherspoon et Hilary Swank[29]. C'est Ron Howard et Brian Grazer qui suggèrent Angelina Jolie[30], choix qu'Eastwood approuve, trouvant que le visage de l'actrice colle parfaitement à l'époque de l'histoire[30]. Angelina Jolie rejoint donc la production en [31]. Elle est pourtant réticente au premier abord car, en tant que mère elle-même, l'actrice trouvait le sujet douloureux[32]. Elle dit avoir finalement été convaincue par l'implication d'Eastwood[10], et par la description que le scénario donne de Collins, une femme battante qui se relève d'une lutte acharnée et qui fait face à l'adversité[24]. Jolie trouve ainsi le rôle de Collins très émouvant. Elle ajoute que la partie la plus difficile de son jeu est liée au fait que le personnage soit passif. Jolie fonde finalement sa performance sur sa propre mère, qui est morte en 2007[33]. Pour les scènes jouées au central téléphonique, Jolie doit apprendre à faire du patin à roulettes en talons hauts, une pratique de l'époque[24].

Jeffrey Donovan incarne le Capitaine J. J. Jones, un personnage qui le fascine à cause du pouvoir qu'il exerce sur la ville. Dans le film, le personnage cite de véritables déclarations publiques de Jones, notamment dans la scène où il fait interner Collins[24]. En revanche, le léger accent irlandais donné au personnage de Jones est de la propre initiative de Donovan[10]. John Malkovich rejoint la production en pour incarner le rôle du révérend Gustav Briegleb[34]. Même s'il ne correspond pas exactement au personnage décrit dans le scénario, Eastwood choisit Malkovich car il sent que l'acteur pourrait donner un « aspect différent » au personnage[35]. C'est la première fois que Malkovich tourne sous la direction d'Eastwood mais les deux hommes avaient déjà travaillé ensemble en jouant les rôles principaux du film Dans la ligne de mire (1993) de Wolfgang Petersen.

Jason Butler Harner joue le rôle de Gordon Northcott, qu'il décrit lui-même comme « une horrible, horrible, personne merveilleuse »[N 17],[36]. Il dit que Northcott croit partager un lien avec Collins à cause de leur présence commune dans les titres : « à ses yeux, ils sont de la même famille »[N 18],[24]. Harner obtient le rôle après une audition enregistrée. La directrice de casting, Ellen Chenoweth, explique qu'Eastwood préfère Harner à des acteurs plus connus, candidats pour ce rôle, parce qu'Harner montre « plus de profondeur et de caractère »[N 19] et qu'il est capable de projeter « une légère démence »[N 20] sans pour autant évoquer Charles Manson[37]. Eastwood est par ailleurs surpris par la ressemblance entre Northcott et Harner, le réalisateur ne voyant pas la différence entre les deux hommes après le travail de maquillage réalisé sur l'acteur[24].

Amy Ryan est également choisie lors d'une audition enregistrée pour le rôle de Carol Dexter[38]. Elle mentionne une scène de combat dans laquelle Eastwood lui montre « comment donner un coup de poing pour le cinéma »[N 21] comme étant son moment préféré de la production[39]. Michael Kelly incarne quant à lui le détective Lester Ybarra, rôle créé pour les besoins du film mais qui combine des caractéristiques de plusieurs personnes de l'histoire originale[24]. Il est également choisi par audition enregistrée, au moment où il travaillait en Afrique sur le tournage d'une série télévisée, Generation Kill[40]. Geoff Pierson joue pour sa part Sammy Hahn, l'avocat de Collins, connu pour traiter des cas très médiatisés. Il réussit à annuler les internements du « code 12 » utilisé par la police, et le décrédibilise lors de l'audience contre Collins. Le « code 12 » était souvent utilisé pour interner les femmes sans sécurité juridique, lorsqu'elles devenaient gênantes. Colm Feore joue le chef de la police James E. Davis. Le personnage est légèrement modifié par rapport à l'homme qui a réellement existé. Reed Birney incarne le maire George E. Cryer. Denis O'Hare joue le docteur Jonathan Steele, un personnage créé pour l'intrigue. Gattlin Griffith joue Walter Collins et Devon Conti joue le garçon qui prend sa place, Arthur Hutchens. Eddie Alderson joue le neveu et complice de Northcott, Sanford Clark[24].

Réalisation[modifier | modifier le code]

Décors et costumes[modifier | modifier le code]

Réplique fonctionnelle d'un tramway Pacific Electric Railway[41].

James J. Murakami supervise la création des décors. Le repérage de préproduction révèle que beaucoup des bâtiments les plus anciens de Los Angeles ont été détruits, notamment tout le quartier où Collins a vécu. Ce sont donc les banlieues de San Dimas, San Bernardino et Pasadena qui servent à reproduire le Los Angeles des années 1920. Le vieux quartier de San Dimas remplace le quartier de Collins et certains lieux proches, choix justifié par Murakami, qui explique que très peu de choses y ont changé depuis les années 1920. Ce quartier est utilisé pour les intérieurs comme pour les extérieurs ; l'équipe du film décore le quartier avec une palette de couleurs tamisées pour évoquer l'impression de confort[24]. Ils rénovent certaines propriétés délabrées de quartiers de Los Angeles qui possèdent toujours une architecture des années 1920[42]. L'équipe transforme également le troisième étage de l'hôtel Park Plaza à Los Angeles pour en faire une réplique des salles du Conseil municipal de Los Angeles de l'époque[43].

La gare de Santa Fe à San Bernardino sert de copie pour le lieu de rendez-vous entre Collins et le faux Walter[44]. Certaines scènes sont tournées dans la zone non incorporée de San Quentin en Californie[10]. Une petite ferme dans la périphérie de Lancaster joue le rôle du poulailler de Wineville. L'équipe recrée le ranch en entier, utilisant des photographies de journaux archivées ainsi que des visites au poulailler original pour se faire une idée de la topographie et de l'agencement des lieux[24]. Steve Lech, président de la « Riverside Historical Society », est recruté en tant que consultant et accompagne l'équipe lors de ses visites[6].

L'équipe de production se procure environ cent cinquante automobiles d'époque (datant de 1918 à 1928) grâce à des collectionneurs dans toute la Californie du Sud. Certaines voitures sont en trop bon état, ce qui oblige l'équipe à les modifier pour donner l'impression qu'elles sont utilisées quotidiennement : ils répandent de la poussière et de l'eau sur la carrosserie, ainsi qu'un enduit qui reproduit la rouille et les égratignures pour leur donner un air plus âgé[45]. L'équipe des effets visuels retouche ultérieurement certains plans du « Los Angeles City Hall » — dont la construction est achevée en 1928 — pour enlever l'écaillement des murs ainsi que les bâtiments environnants d'architectures plus récentes[24]. Le créateur des costumes, Deborah Hopper, fait des recherches dans les anciens catalogues de Sears, Roebuck and Company, des vieux numéros du magazine Life et des albums de promotion de lycée pour s'assurer que les costumes sont historiquement corrects[46]. Hopper se procure des vêtements des années 1920 pour un millier de personnes, travail rendu difficile par le fait que les tissus de l'époque n'étaient pas résistants. Elle trouve des costumes de laine pour les officiers de police. À cette époque, le style des femmes de toutes les classes sociales est d'avoir une silhouette pudique en portant des robes à taille basse, des cloches, complétées par des coupes au carré, des manteaux de fourrure coupés courts et des gants tricotés[24]. Deborah Hopper consulte aussi des historiens et fait des recherches sur des images de Collins pour reproduire son apparence. Elle habille Angelina Jolie avec des marron et des gris sobres avec des gants tricotés, des jupes de laine tissée accompagnant des chemisiers de coton, des chaussures Mary Jane, des corselets crochetés et des bijoux Art déco[46]. Pendant la séquence se passant dans les années 1930 à la fin du film, le costume de Jolie épouse bien plus les formes et est plus féminin, avec une couture décorative autour de la taille, à la mode pendant la période[47]. Angelina Jolie explique que le costume porté par Collins constitue à lui seul une approche de son personnage.

Tournage et montage[modifier | modifier le code]

Les studios Warner à Burbank qui ont servi pour le tournage de plusieurs scènes[48].

Après plus de trente réalisations, il s'agit seulement de la septième dans laquelle Eastwood n'apparaît pas[49]. Le tournage du film commence le [50], et se termine avec deux jours d'avance sur son emploi du temps (soixante jours de tournage étaient prévus) le [10]. Universal Pictures apporte un budget de cinquante-cinq millions de dollars[51]. Il s'agit du premier film de Clint Eastwood produit par un autre studio que Warner Bros. depuis Les Pleins Pouvoirs en 1997[52]. Le tournage se déroule principalement dans les zones extérieures des studios d'Universal à Los Angeles[53]. Les zones « New York Street » et « Tenement Street » représentent le centre-ville de Los Angeles. Tenement Street sert également pour les extérieurs de l'appartement de la sœur de Northcott, situé à Vancouver dans l'histoire ; des effets visuels sont utilisés par la suite pour ajouter la ville en arrière-plan[10]. La production utilise également les studios de la Warner à Burbank[48]. Clint Eastwood a des souvenirs clairs du Los Angeles de son enfance dans les années 1930 et essaie d'en recréer plusieurs détails dans le film : la mairie, à l'époque l'un des plus grands bâtiments de la ville, le centre-ville, l'un des plus actifs au monde, et les deux tramways rouge vif de la Pacific Electric Railway, bien visibles dans deux scènes[21]. Deux répliques fonctionnelles des tramways sont utilisées pour ces scènes[41], avec des effets visuels pour les tramways en arrière-plan[24].

« Un jour nous tournions une scène pendant laquelle [Collins et Briegleb] parlaient de l'affaire. […] Nous avions commencé le tournage à neuf heures trente du matin et il y avait sept ou huit pages, ce qui fait généralement des journées de 18 heures. Aux environs de deux heures trente, [Clint Eastwood] a lancé : « On mange, c'est dans la boîte. » […] J'ai fait près de cent films maintenant et c'est une phrase que je n'avais jamais entendu de toute ma vie. »

— John Malkovich, parlant de la façon économe de tourner de Clint Eastwood, qui s'est étendu au tournage de L'Échange[54].

Les studios Universal.

Eastwood est connu pour ses tournages peu dépensiers : il limite les entraînements et ne fait généralement pas plus d'une prise[55], afin d'obtenir des performances plus authentiques[24]. Le réalisateur déclare à ce sujet que « [tout] ce qu'il fait se base sur ce qu'il préfère en tant qu'acteur »[55],[54]. Son fidèle cadreur Steve Campanelli explique que le rythme rapide auquel Eastwood tourne, ainsi que sa façon de diriger, intimiste et presque muette, caractérisent aussi le tournage de L'Échange[56]. Angelina Jolie témoigne : « tu dois rassembler tes affaires et te préparer car il ne s'attarde pas […] Il veut que les gens viennent préparés et poursuivent leur travail »[57],[N 22]. Campanelli doit parfois expliquer à Jolie ce que Clint Eastwood veut obtenir d'une scène car celui-ci parle trop doucement[56]. Pour ajouter de la vraisemblance à certaines scènes, Eastwood demande parfois à Jolie de les jouer paisiblement, comme si ce n'était destiné qu'à lui. En même temps, il demande à son cadreur de commencer à filmer discrètement, sans que Jolie ne s'en aperçoive[21]. John Malkovich décrit la direction de Clint Eastwood comme « redéfinissant la faculté d'être économe »[N 23], expliquant qu'il est silencieux et n'utilise pas les expressions « action » et « coupez ». Il déclare : « certains [réalisateurs], comme Clint Eastwood ou Woody Allen, n'aiment pas vraiment être assaillis de millions de questions. Ils vous engagent, supposent que vous savez quoi faire, et vous devez le faire. […] Et ça me va bien »[58],[N 24]. Amy Ryan remarque aussi le calme du plateau de tournage[59], faisant observer que ses expériences avec le réalisateur Sidney Lumet sur Tribunal central et 7 h 58 ce samedi-là lui ont été utiles car celui-ci partage le goût d'Eastwood pour ne tourner qu'un petit nombre de prises[38],[60]. Jeffrey Donovan note qu'Eastwood lui donne rarement des instructions autres que « Vas-y » et qu'il ne commente même pas sa décision de jouer Jones avec un léger accent irlandais : « les acteurs manquent d'assurance et veulent des félicitations, mais il n'est pas là pour vous féliciter ou vous faire vous sentir mieux. […] Il est là uniquement pour raconter l'histoire et il engage des acteurs pour raconter leur histoire »[10],[N 25]. Le chef électricien Ross Dunkerley avoue qu'il a souvent dû travailler sur une scène sans avoir vu une seule répétition : « il y a de fortes chances que l'on en parle une minute ou deux puis qu'on la fasse »[43],[N 26].

Le premier montage durait presque trois heures ; pour le raccourcir à 141 minutes, Eastwood opère des coupes dans la première partie du film pour arriver à l'histoire de Collins plus rapidement. Pour améliorer le rythme, il supprime également des scènes se concentrant sur le révérend Briegleb[22]. Il choisit délibérément de garder une fin ambigüe afin de refléter l'incertitude du destin de plusieurs personnages. Il explique qu'alors que certaines histoires sont faites pour se terminer à la fin du film, mais qu'il préfère garder une fin ouverte pour celle-ci[21].

Photographie[modifier | modifier le code]

L'Échange est la sixième collaboration entre Clint Eastwood et le directeur de la photographie Tom Stern[43]. Malgré une palette de couleur plutôt douce, le film est plus coloré que certaines des précédentes collaborations entre les deux hommes. Stern fait référence à un grand nombre d'images d'époques. Il essaie d'évoquer le travail de Conrad L. Hall sur Le Jour du fléau qui se déroule pendant la Grande Dépression et de retrouver ce qu'il appelle le « minimalisme »[N 27] esthétique de Mystic River[61]. Stern déclare que le défi dans L'Échange est de rendre le tournage le plus simple possible. Pour se concentrer sur la performance d'Angelina Jolie, il essaie d'éviter le recours à une lumière d'appoint[43],[61]. Eastwood ne souhaite pas que les flash-backs au ranch de Northcott ressemblent trop à un film d'horreur (il explique que le point important de la scène est l'effet des crimes sur Sanford Clark), c'est pourquoi il évite les images crues au profit d'une projection des meurtres sous forme d'ombres[62]. Ces flash-backs sont imprégnés de l'idée qu'ils sont lus depuis le présent : ils ne sont pas là seulement pour révéler quelque chose du passé, mais pour transmettre une émotion[63]. Ainsi, le premier flash-back du film, celui où le révérend explique à Collins la corruption de la police, ne peut-être compris par cette dernière, alors encore naïve. Les souvenirs de Sanford Clark des meurtres sont la cause d'un traumatisme. Le flash-back remémorant les faits est donné sous forme de confession, permettant au jeune enfant de se libérer de cette oppression mentale. Le dernier flash-back, celui où l'on découvre Walter aidant David Clay à s'enfuir, est vu depuis le point de vue de sa mère, Christine Collins, plus que depuis le point de vue de Clay lui-même, ou de sa mère.

Le film, de par sa mise en scène expressionniste, donne à voir des personnages jamais totalement bons ou méchants ; ils sont liés au monde qui les entoure. Ainsi, leur visage est souvent éclairé violemment d'un côté, laissant l'autre dans l'ombre[63]. La scène où Christine Collins s'introduit dans la chambre de Walter, où dort le « faux » Walter, illustre cet exemple : une part d'elle-même est confrontée au mystère. Le titre original, Changeling[28],[N 2],[N 3], évoque un côté fantastique, de la même manière que Minuit dans le jardin du bien et du mal[63]. Il évoque cette part de mystère qui est présente tout au long du film. Ceci est d'ailleurs mis en scène avec la porte noire et les hâches, dans le ranch de Gordon Northcott, qui renvoient à la dimension du conte horrifique, comme l'asile où est enfermée Christine Collins[63].

Tom Stern tourne L'Échange en format large anamorphosé 35 mm, avec des pellicules Kodak Vision 500T 5279. Le film utilise des caméras Panavision ainsi que des lentilles « C-Series ». À cause du nombre élevé de décors, l'équipement d'éclairage coûte plus cher que sur d'autres productions de Clint Eastwood. L'équipe fabrique plusieurs plafonds de carreaux de mousseline blanchie. Tom Stern les éclaire du dessus pour produire une lumière douce et chaude afin d'évoquer la période grâce à des tons proches du sépia[61]. L'équipe isole les carreaux avec des tissus anti-incendie Duvatyn pour empêcher la lumière de se répandre. L'éclairage principal est généralement doux pour aller avec les tons chauds créés par l'éclairage par le haut. Les skypans[64] utilisé par Stern ont une puissance plus grande que ceux généralement utilisés pour l'éclairage principal, dans le but de réduire les contrastes quand des effets de pluie sont ajoutés, car une source d'éclairage unique avait tendance à accentuer les ombres[43].

Il éclaire les scènes filmées à l'hôtel Park Plaza avec des lampes aux halogénures métalliques (ou « lampes HMI ») et des éclairages au tungstène montés dans des ballons éclairants. Cette installation lui permet de choisir les couleurs qu'il veut, car le mélange de teintes entre les éclairages au tungstène, les murs de bois et la lumière du jour rend difficile l'éclairage des scènes aux lampes HMI ou à la lumière du jour exclusivement. Stern explique que le cadre historique a globalement eu peu d'influence sur ses choix d'éclairage, car l'esthétique a surtout été décidée lors de la phase de création des décors puis de la modification numérique des couleurs et de la lumière en postproduction. C'est l'entreprise Technicolor qui s'est occupée de cette phase de postproduction. Tom Stern supervise l'avancée du travail principalement via des images de références envoyées par courriel car il est en Russie pour le tournage d'un autre film au même moment[61]. Il est présent au laboratoire pour l'application des dernières modifications[43].

Effets visuels[modifier | modifier le code]

Approche générale[modifier | modifier le code]

Les scènes situées à l'extérieur du Los Angeles City Hall sont retouchées par l'équipe des effets visuels pour que le bâtiment ait l'air nouveau[24].

Les effets visuels sont principalement créés par CIS Vancouver et Pacific Title sous la supervision de Michael Owens. L'équipe de CIS Vancouver est dirigée par Geoff Hancock et celle de Pacific Title par Mark Freund. Chacun des studios crée environ quatre-vingt-dix séquences. Pacific Title s'est surtout occupé de l'infographie en deux dimensions[53] ; la capture de mouvement se fait aux studios House of Moves[65]. Les principaux effets visuels présents sont des ajouts secondaires : architecture, véhicules, foules et accessoires[53],[66]. CIS utilise le logiciel de modélisation 3D Maya pour animer les scènes urbaines avant de calculer le rendu avec Mental Ray ; ils créent les décors en matte painting avec Softimage et Maya, et utilisent Digital Fusion pour certaines séquences en deux dimensions. Le travail de l'équipe commence par des recherches sur le Los Angeles de 1928 ; celle-ci prend comme référence des images historiques et des données sur la densité de population de la ville[53]. Les membres de CIS doivent recréer beaucoup de nouveaux modèles, textures et animations car les effets déjà existants sur leur catalogue comprennent surtout des éléments plus modernes[66]. Ils complètent les extérieurs par des panoramas urbains et des fonds détaillés[24] et créent des extensions du décor par des procédés numériques et de matte painting[66]. CIS reproduit des quartiers en utilisant des éléments communs de l'architecture de l'époque qu'ils combinent et réarrangent pour faire des bâtiments de largeurs et de hauteurs variées ; ainsi, la ville a une apparence variée grâce à peu de textures différentes. Ils utilisent d'anciennes photographies aériennes du centre-ville de Los Angeles pour que les séquences montrent bien la géographie de la ville ; Hancock trouve en effet important qu'il y ait une cohérence pour permettre au public de comprendre et d'être immergé dans l'environnement[53].

Pour maintenir le rythme de tournage rapide voulu par Eastwood, Owens choisit de ne pas trop utiliser de techniques d'incrustation car le procédé prend beaucoup de temps et l'éclairage en est compliqué. Il préfère ainsi la rotoscopie, un procédé par lequel les effets sont directement ajoutés sur les prises de vue réelles[66]. La rotoscopie coûte plus cher que l'incrustation, mais c'est une technique qui s'est révélée fiable pour Clint Eastwood, notamment lors du tournage de Mémoires de nos pères : il s'en est beaucoup servi pour éviter de filmer sur un écran bleu au sommet d'une montagne. Selon Owens, l'éclairage est meilleur et il considère la rotoscopie comme « plus rapide, plus simple et plus naturelle »[53]. Il utilise un écran bleu seulement dans quelques lieux, par exemple au fond de rues construites en studio, où il n'y aurait pas d'influence sur l'éclairage[66]. Selon Owens, les Studios Universal sont utilisés dans tellement de films qu'il est important de cacher les architectures familières autant que possible ; c'est pourquoi certains bâtiments médians et en arrière-plan sont échangés. Un de ses effets favoris se trouve dans une scène pendant laquelle Collins sort d'un taxi devant le poste de police. La scène est presque entièrement filmée devant un écran bleu : seuls Angelina Jolie, le trottoir, le taxi et un figurant sont réels. La séquence complète montre l'ensemble des techniques utilisées dans le film : figurants numériques au premier plan, extensions du décor et véhicules créés par ordinateur[53].

Figurants numériques[modifier | modifier le code]

Centre de Los Angeles vers 1928.

Pour les scènes de foule, CIS a rajouté aux figurants réels des piétons créés numériquement en utilisant la technique de la capture de mouvement[53]. La société VICON House of Moves a capturé les mouvements de cinq hommes et quatre femmes durant un tournage de deux jours supervisé par Geoffrey Hancock[65]. Les acteurs capturés étaient coachés afin de créer des mouvements « légers, formels et affinés »[N 28] dont Owens a dit qu'ils reflétaient la conduite générale du public à cette période[53],[66]. CIS a combiné les données avec le logiciel MASSIVE pour produire les interactions des piétons numériques. L'utilisation de MASSIVE représentait un défi lorsqu'il a fallu mélanger ces piétons numériques aux vrais figurants qui devaient passer du premier plan à la foule numérique du second plan[66]. MASSIVE a bien fonctionné jusqu'à cette étape, lorsque l'équipe des effets spéciaux a dû déplacer les piétons numériques pour éviter d'enlever les vrais figurants du plan tourné[53]. Pour autoriser les gros plans individuels des figurants créés sous MASSIVE, l'équipe des effets s'est focalisée sur les visages et les caractéristiques de marche. Hancock précise : « dans quelques plans, les personnages étaient à quarante pieds [environ douze mètres] de la caméra et à environ un cinquième de la hauteur de l'écran. Plus l'écran est grand, plus le personnage l'est aussi. Il pouvait mesurer dix pieds de haut [environ trois mètres] donc tout, y compris ses cheveux, avait intérêt d'avoir un bon aspect ! »[66],[N 29].

De façon habituelle, un nombre limité de performances sont capturées et MASSIVE est utilisé pour créer plus de variété, par exemple pour la taille des personnages ou pour leur vitesse de marche. Parce que les figurants virtuels doivent être proches du premier plan[65] et s'intégrer proprement avec les figurants réels, House of Moves a capturé deux fois plus de données de mouvement que ce que CIS avait l'habitude de faire sur ses autres projets[53]. CIS a ainsi créé neuf personnages numériques distincts. Comme des imprécisions se développent lorsqu'un personnage numérique est créé dans des proportions différentes du modèle capturé, CIS a corrigé ce problème en envoyant la structure des neuf squelettes à House of Moves avant que le travail ne commence. Ceci a donné du temps à House of Moves pour adapter correctement les structures à ses acteurs, afin que les données de capture requièrent le moins de corrections possibles sous MASSIVE[65]. CIS a écrit des shaders pour l'habillement ; un procédé de displacement mapping a été lié à la capture de mouvement pour animer des plis sur les pantalons et les vestes[53].

Séquence finale[modifier | modifier le code]

Le Pacific Electric Depot où travaillait Christine Collins, vu de la même manière dont est filmée la séquence finale.

Ignorant la notion de closure qui caractérise son public contemporain, L'Échange reflète, à travers sa séquence finale, l'espoir renouvelé de Collins de retrouver son fils vivant[66],[67]. Il s'agit d'un plan de deux minutes et demie qui montre Collins s'en allant et se perdant dans la foule[66]. La séquence est représentative de l'étendue des effets qui sont utilisés tout au long du film ; Los Angeles est représenté tel un personnage principal[53], amené à la vie par un plan périphérique discret qui permet au spectateur de se focaliser sur l'histoire et sur les indications émotionnelles. Le remue-ménage de la séquence permet de transmettre l'image du Los Angeles de 1928 dont le centre était alors congestionné. Dans ce plan final, la caméra s'incline vers le haut pour révéler l'étendue des blocs de la ville[66], avec les nombreux piétons, voitures et tramways dans les rues[53].

Lorsque le film est projeté au Festival de Cannes, la version présentée n'inclut pas cette séquence ; la scène se termine alors par un fondu au noir lorsque Collins s'en va. Le nouveau plan de 4 000 images est une idée de Michael Owens ; il trouve alors que le fondu abrupt fait sortir le spectateur du film trop rapidement, et cela ne laisse aucune place à la réflexion émotionnelle. Owens témoigne : « il y a une légende à la fin, avant le générique. La légende parle de ce qui s'est passé après les faits, et je pense qu'on a besoin d'avaler cela pendant quelques instants avec un visuel encore avec nous[N 30] ». Owens conseille alors à Eastwood de terminer le film un peu comme Chinatown (1974) : « la caméra se lève et elle part loin de nous dans une scène de fin très émouvante, poignante, elle s'en va vers la masse des gens et le trafic. C'est plein d'espoir et triste à la fois »[66],[N 31].

Owens n'a toutefois pas le temps de terminer le plan avant la projection à Cannes, mais par la suite, il utilise cineSync pour piloter le travail depuis chez lui. Le plan alors créé inclut deux blocs d'immeubles créés numériquement, qui étendent au loin le décor du centre-ville. Alors que Collins disparaît dans la foule après environ une minute, le plan tourné est graduellement complété par plus de travail numérique[66]. Les tramways, les rails et les lignes électriques sont entièrement créés numériquement. Les figurants réels apparaissent durant la première minute du plan avant d'être remplacés par leurs équivalents numériques. La création de ce plan a été rendue plus compliquée par cet ajout nécessaire des figurants créés sous MASSIVE[53]. Owens a construit la scène en construisant d'abord les bâtiments du premier plan autour du plan tourné. Il a ensuite ajouté l'arrière-plan avant de compléter la séquence avec des véhicules et des personnages[66].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bande originale de L'Échange.

Changeling
Original Motion Picture Soundtrack

Description de cette image, également commentée ci-après

Kyle Eastwood a contribué à la musique du film.

Album par Clint Eastwood
Sortie
Enregistré Bel Air Studios
Eastwood Scoring Stage
Genre Musique de film
Format CD
Producteur Robert Townson
Label Varèse Sarabande

Albums par Clint Eastwood

Comme pour chacun de ses films depuis Mystic River en 2003, Clint Eastwood a composé lui-même la bande originale, celle-ci étant influencée par le jazz et le bebop[68]. Utilisant des guitares et des cordes frottées pour le rythme, cette musique reste en tonalité relativement faible tout au long du film. L'introduction de cuivres évoque les films noirs, appuyant le fait que l'histoire se déroule dans une ville contrôlée par une police corrompue. Le thème varie du piano à l'orchestre complet et, alors que l'histoire se développe, les cordes frottées deviennent plus imposantes, avec un nombre croissant de maintiens et de crescendo. Lors des flashbacks sur les meurtres d'enfants, Eastwood introduit des voix qui rappellent celles des musiques de film d'horreur[69],[70].

La musique a été orchestrée et conduite par Lennie Niehaus[71]. Les orchestrations ont été enregistrées par l'Hollywood Studio Symphony[71],[72]. Le fils de Clint Eastwood, Kyle, musicien de jazz, a travaillé sur cette bande originale aux côtés de Michael Stevens[73],[71],[N 32], les deux s'occupant respectivement de la basse et de la guitare[71].

La bande originale a été éditée en disque compact par le label Varèse Sarabande et a été distribuée le aux États-Unis[74].
L'album propose les seize titres suivants :

  1. Main Title
  2. Ride to School
  3. Mom's on Call / Late to Trolley
  4. Looking for Walter / Waiting for Police
  5. Where Do You Live / Who Are You
  6. I Want My Son Back
  7. Arrive at Ranch / Looking for Sanford
  8. People Can't Change
  9. We Killed Some Kids
  10. I Won't Sign It
  11. Sanford Digs
  12. Room 18
  13. What Is Happening / Trial Montage
  14. Davey Tells Story
  15. I Want to Go Home
  16. End Title

Autour du film[modifier | modifier le code]

Thèmes[modifier | modifier le code]

L'impuissance de la femme[modifier | modifier le code]

Ingrid Bergman dans Hantise, dans un rôle comparable à celui d'Angelina Jolie dans L'Échange.

L'histoire de L'Échange débute par un enlèvement, mais évite largement de se focaliser sur un drame familial pour se concentrer plutôt sur le portrait d'une femme dont les désirs d'indépendance sont vus comme une menace pour une société dominée par les hommes[21],[75]. Le film dépeint le Los Angeles des années 1920 comme une ville dans laquelle le jugement des hommes prime et où les femmes sont qualifiées d'« hystériques et instables » si elles osent remettre cela en question[76]. La critique Prairie Miller considère que le film, à travers le portrait du courage féminin, était « à peu près aussi féministe que ce que Hollywood était capable de produire »[N 33] et qu'il avait ainsi été victime d'un certain dédain sexiste. Elle compare le sexisme dont les femmes sont victimes dans le film à celui qui visait celles qui prétendaient à une haute charge politique en 2008 (telles que Sarah Palin ou Hillary Clinton). Miller soupçonne que les attitudes envers les femmes indépendantes et ambitieuses n'ont pas changé de façon significative entre la période évoquée par L'Échange et celle contemporaine de sa création : Collins défie les attentes culturelles créées par les hommes qui pensent que les femmes ne sont pas aptes à des carrières professionnelles et sont punies pour ce genre d'ambition[28]. D'autres films d'Eastwood avaient déjà un aspect féministe : Sur la route de Madison, Million Dollar Baby.

Le portrait d'une femme vulnérable dont l'état mental est manipulé par les autorités rappelle le traitement du personnage qu'interprète Ingrid Bergman dans Hantise (1944), qui se demandait aussi si elle était folle[21],[77]. Eastwood montre des photographies qui illustrent le personnage de Collins souriant en compagnie de l'enfant dont elle sait que ce n'est pas le sien[21]. Comme beaucoup d'autres femmes jugées dérangeantes à cette époque, Collins est forcée à être détenue secrètement dans une institution psychiatrique. Le film montre que la psychiatrie est devenue à cette époque un outil des politiques relatives à la condition féminine, seulement quelques années après que le droit de vote des femmes a été accordé aux États-Unis par le XIXe amendement de la Constitution (1920). Alors que les femmes cessaient légalement d'être des citoyens de seconde zone et commençaient à revendiquer leur indépendance, les institutions, gérées par la gent masculine, ont utilisé les maisons psychiatriques pour rendre les femmes impuissantes. Comme d'autres femmes indociles, Collins est sujette à un traitement médical créé dans le but de détruire son esprit et la contraindre à l'obéissance[28]. Le film cite le témoignage du psychiatre qui a traité Collins. Eastwood a déclaré que ce témoignage prouvait à quel point les femmes étaient victimes de préjugés, et que le comportement de la police reflétait la manière dont les femmes étaient vues à cette époque. Il cite les mots de l'officier qui a envoyé Collins en maison psychiatrique : « il y a quelque chose de mauvais en vous. Vous êtes une femme indépendante. Cette époque ne pouvait accepter [cela] »[N 34],[21].

Le film d'Easwtood est porté sur l'absence de la paternité[N 35]. Le film dénonce le patriarche pour mettre en avant la femme comme vraie valeur de l'Amérique[78].

La corruption de la hiérarchie politique et policière[modifier | modifier le code]

Fichage des employées du Département de police de Los Angeles en 1928.

Les visions romantiques des années 1920 qui les assimilent à une période d'innocence sont laissées de côté au profit d'une peinture d'un Los Angeles gouverné par des infrastructures politiques despotiques, trempées dans la corruption sadique et systématique, de la part du pouvoir local, des forces de police et même des structures médicales[24],[76],[79]. En plus d'être un drame kafkaïen sur la recherche d'un enfant perdu[80],[67], le film se focalise aussi sur des sujets relevant d'une époque plus récente[81]. Eastwood a fait remarquer la corrélation entre la corruption des années 1920 et celle de l'époque contemporaine, qui se manifeste dans les égos d'une police qui croit ne pas pouvoir avoir tort et dans la façon dont certaines organisations puissantes justifient l'utilisation de la corruption[82]. Selon les propos du réalisateur : « [le] département de police de Los Angeles semble de temps en temps se diriger vers une période de corruption. Cela est aussi arrivé dans les années récentes… donc c'était bon de commenter [cela] en revenant sur des évènements réels de 1928 »[N 36],[81]. Eastwood a fait remarquer que Los Angeles avait toujours été vu comme une ville « glamour »[62] mais qu'il pensait qu'il n'y avait jamais eu d'« âge d'or » pour la ville[21]. Dans L'Échange, cette dissonance se manifeste par les actions d'Arthur Hutchins, qui voyage vers la ville dans l'espoir de rencontrer son acteur préféré. Selon Eastwood, étant donnée la corruption que l'histoire montre, la naïveté de Hutchins semble « bizarre »[62]. Comme une leçon d'activisme démocratique, le film montre ce que cela permet de provoquer les gens pour parler contre une autorité qui ne connaît pas la moindre opposition, sans se préoccuper des conséquences. Richard Brody, du New Yorker, a fait remarquer que ceci était aussi vrai pour le Los Angeles de 1928 qu'il l'a été en Pologne dans les années 1980 ou au Pakistan en 2008[83]. Le film cite directement le chef de police James E. Davis : « nous tiendrons un procès contre les bandits de Los Angeles. Je les veux morts, pas vivants, et je réprimanderai tout officier qui montrera la plus petite preuve de pitié envers un criminel »[24],[N 37]. Le film compare les excès de la police au vigilantisme du Ku Klux Klan des années 1920, quand la « Gun Squad » (littéralement la brigade des fusils) s'occupait des exécutions illégales de criminels, non pas pour éliminer le crime mais la concurrence. La pression exercée par la hiérarchie policière motivait suffisamment les officiers pour qu'ils règlent rapidement le cas de la disparition de Walter Collins, et s'avérait être une raison possible pour qu'ils aient ignoré le fait qu'ils n'avaient pas rendu le bon enfant[28].

« Ne commence jamais une bagarre mais finis-la toujours ! »

— Christine Collins, L'Échange

Le LAPD représente le pouvoir corrompu, via le capitaine J. J. Jones.

Dans un certain sens, L'Échange dépasse la simple vision du Los Angeles des années 1920 dans sa retranscription de la corruption des forces de l'ordre et du pouvoir qui ne cède rien à personne, dénonçant la façon dont ce pouvoir survit grâce à l'élimination de l'opposition. Certains critiques, tels que Jacques Coulardeau, voient à travers ce film un résumé des dix dernières années que le monde a vécu : « Clint Eastwood nous livre sa vision des dix ans que nous venons de vivre et nous annonce comment peut-être on peut en sortir »[84]. De ce point de vue, il semble que la solution soit simple à entrevoir : mener à terme une bataille qu'on n'a pas commencée, mais que l'on nous l'impose, comme le fait Christine Collins ; c'est d'ailleurs ce discours qu'elle tient tout au long du film à Walter, son fils. L'Échange met en effet en scène une rébellion contre le pouvoir en place grâce à un rassemblement de manifestants devant le Los Angeles City Hall, lors du procès contre la police et Gordon Northcott. Dans cette scène, le réalisateur utilise les stratifications de l'image : les personnages montent des marches lorsqu'on leur impose un changement et les descendent lorsqu'ils sont libérés, en guise d'impuissance face à la corruption. De plus, à la fin du film, alors que la conclusion semble permettre la résolution de tout problème, Collins prouve à quel point l'aide de quelques personnes lui a permis d'abattre ce pouvoir corrompu. Ses dernières paroles se rapportent à l'espoir, celui de retrouver son fils. Ce terme, « espoir », peut prendre toute sa valeur si on l'assimile à la réalité actuelle, et les diverses crises et guerres des années 2000[84],[63],[85],[86]. Par ailleurs, les citoyens sont représentés à travers un avocat qui se propose gratuitement d'aider Christine Collins pour faire valoir ses droits fondamentaux, ceux que lui garantit la constitution américaine.

Christine Collins incarne donc une « héroïne classique qui affronte un monstre moderne »[87], monstre incarné par le capitaine Jones, de la LAPD. Ce dernier représente au plus haut point la corruption, il devient le méchant lisse, sans affect, indestructible. Ainsi, la société américaine demande à ses citoyens d'échanger leur liberté pour de la tranquillité. Si Mémoires de nos pères (2006), d'Eastwood également, était une réflexion sceptique et désenchantée sur l'imperfection de la démocratie américaine, L'Échange est à la fois un thriller et un appel pressant à la résistance[87].

Réflexion sur le cinéma[modifier | modifier le code]

New York-Miami, dont la victoire aux Oscars est certaine, selon Christine Collins.

L'action de L'Échange se déroule à Los Angeles, la « cité hollywoodienne ». Eastwood y met en liaison une réflexion politique, mais également une réflexion sur le cinéma. La première d'entre elles est réparée par la seconde[63]. Pour cela, le film s'ouvre et se termine par deux plans parallèles. Le premier est un panoramique qui descend sur le Los Angeles de 1928, d'abord en noir et blanc pour se fondre vers la couleur. Le deuxième[N 38] est à l'inverse, colorée, puis noir et blanc, sur le Los Angeles de 1935, avec, en arrière plan, un cinéma qui diffuse New York-Miami (le vainqueur aux Oscars). Le film fait d'ailleurs de multiples références au cinéma, avec l'évocation du serial Le Mystérieux chevalier volant, de Charlie Chaplin, de Tom Mix, de New York-Miami (et de deux autres films en compétition avec ce dernier : Cléopâtre et L'Introuvable). À travers les deux plans évoqués, le cinéma et la vie se confondent, le cinéma prend le relais de la vérité pour la réécrire à sa manière, le spectateur en sort plus fort. Dès le début du film, le générique annonce « une histoire vraie », alors que l'histoire réelle, les meurtres du poulailler de Wineville, n'est qu'une trame narratrice. Dans le film, Christine Collins ne sait pas ce qui est arrivé à son fils, après l'exécution de Gordon Northcott, mais elle garde espoir : son fils aurait réussi à s'échapper. Les faits réels montrent que l'affaire de Collins est entièrement huppée[Quoi ?] par la Grande Dépression[63]. La conclusion originale a été modifiée. Le spectateur qui sort de la salle comme Collins qui sort du commissariat, peut se dire — de la même manière que les dernières paroles de Walter Collins — « je n'ai pas peur du noir, et je n'ai peur de rien ». Les traumatismes de l'histoire et de la peur sont raccommodés par Eastwood à travers son film[63]. Dans Mémoires de nos pères, Eastwood explicite les plis secrets de l'histoire ; avec L'Échange, il creuse derrière un lumineux portrait de femme, avec toute la désespérance humaine et sociale qui l'accable, à la différence de Mystic River qui interroge sur les fondements de la naissance des États-Unis.

La violence et l'enfance[modifier | modifier le code]

La prison d'État de San Quentin, où Gordon Northcott est exécuté[88],[89].

L'Échange s'insère dans un ensemble de films récents de Clint Eastwood qui abordent le thème de la parentalité, et plus largement de la recherche de la famille. Le film rend concret la difficulté qu'ont les parents à communiquer avec leurs enfants. Il peut aussi être vu comme une variation de l'éthique des « films de vengeance » d'Eastwood ; dans ce cas, le cri de vengeance est incarné par une femme courtoise qui fait preuve d'une seule éruption de grossièreté[80]. Eastwood avait déjà abordé les thèmes de l'enfance en danger dès 1993 dans Un monde parfait puis dans Mystic River en 2003, également présenté au Festival de Cannes[90]. L'Échange est un compagnon thématique de Mystic River[21],[91], qui décrivait aussi une communauté contaminée par un acte violent et isolé envers un enfant, une comparaison que valida Eastwood[21]. Le réalisateur a remarqué que montrer un enfant en danger était « à peu près la forme la plus forte du drame qu'on peut avoir »[N 39] puisque les crimes perpétrés envers eux lui semblaient la chose la plus horrible qui soit[90]. Eastwood a expliqué que de tels crimes étaient un vol de vies et d'innocence[62]. Selon lui, « lorsqu'[un crime] atteint une telle importance, vous vous posez des questions sur l'humanité. Je me surprends toujours de voir à quel point l'humanité peut être cruelle »[N 40],[90].

Eastwood aborde aussi les thèmes de la violence et de l'enfance à travers celui de la peine de mort, que le réalisateur avait déjà développé dans Jugé coupable (1999). Samuel Blumenfeld, dans Le Monde, a affirmé que la scène d'exécution de Northcott par pendaison était « insupportable » à cause de l'attention portée aux détails ; selon lui, il s'agit d'une des formes les plus convaincantes que l'on puisse imaginer pour plaider contre la peine de mort[21]. Eastwood a noté que, pour un partisan de la peine capitale, Northcott était le candidat idéal, et que dans un monde parfait, la peine de mort devrait être une punition appropriée pour un tel crime[21]. Selon lui, les crimes envers les enfants devraient être en tête de liste des justifications de l'existence de la peine de mort[9] mais que si l'on est pour ou contre la peine capitale, la barbarie des exécutions publiques doit être reconnue. Eastwood a soutenu qu'en mettant le coupable devant les familles de victimes, la justice devrait être rendue, mais après un tel spectacle, une famille devrait avoir du mal à trouver la paix. Le réalisme de la scène d'exécution est délibéré : le public entend le craquement du cou de Northcott, les balancements de son corps et les tremblements de ses pieds. C'était dans l'intention d'Eastwood de rendre cette scène insupportable à voir[21]. La mise en scène de cette séquence ressemble par ailleurs beaucoup à celle de la pendaison du personnage de Selma interprété par Björk dans Dancer in the Dark (2000) de Lars von Trier[92].

Erreurs[modifier | modifier le code]

Un téléphone sans « sonneur » (fin des années 1910).

L'Échange contient plusieurs erreurs. Parmi elles, on retrouve des erreurs d'anachronisme. L'histoire se déroule dans les années 1920. Or, une femme est montrée en train de recevoir un traitement sismothérapique (traitement aux électrochocs) dans la scène de l'hôpital. Pourtant, ce procédé ne devient pas un traitement psychiatrique avant 1937[93],[94] et il n'est introduit aux États-Unis qu'en 1940[95]. De la même manière, lorsque l'on découvre la prison de San Quentin, où est détenu Gordon Northcott, on peut apercevoir une antenne parabolique sur le toit de cette dernière, or ce type d'antenne n'existait pas à cette époque. Un troisième anachronisme est présent dans le film : Angelina Jolie est montrée à deux reprises en train de téléphoner dans sa maison, avec deux modèles différents à chaque fois. Or, avant qu'elle ne réponde, le téléphone sonnait. Toutefois, dans les années 1920, les téléphones ne pouvaient pas sonner s'ils n'étaient pas liés à un « sonneur », généralement placé dans une grosse boîte qui était accrochée au mur[96],[97]. Les sonneurs intégrés sont apparus un peu plus tard. Dans le film, aucun sonneur n'apparaît. De plus, le soir de sa disparition, Walter Collins souhaitait voir une émission de Amos 'n' Andy, alors que le premier épisode de la série a été diffusé le , soit dix jours après que le jeune enfant a disparu[98]. Pour finir, en 1935, Christine Collins et ses amis parlent de la diffusion de la cérémonie des Oscar à la radio alors qu'à cette époque, elle n'était pas diffusée[99].

Le film contient également des erreurs de continuité. L'une d'entre elles a lieu lorsque le détective Ybarra montre à Sanford Clark les images d'enfants disparus : celle de Walter Collins apparaît d'abord froissée, puis, dans les plans suivants, la photographie est à nouveau comme neuve. D'autre part, alors qu'elle est enfermée dans l'hôpital psychiatrique, Christine Collins est assise à une table, à côté d'une femme qui est en train de boire un verre. Lorsque l'angle de vue change, le verre est posé sur la table[100]. Une autre erreur de continuité apparaît alors que le faux Walter est photographié avec Christine et une femme en arrière-plan. Plus tard dans le film, un journal est montré à l'hôpital psychiatrique, pour libérer Christine ; il contient la photographie du faux Walter, mais la femme a disparu[100]. Une autre erreur de continuité apparaît dans la scène où Sanford Clark déterre les ossements des enfants tués par Gordon Northcott. Sanford a un côté de sa salopette déboutonné, initialement, puis, ce côté est boutonné, puis déboutonné et enfin reboutonné selon l'angle de vue de la scène[100].

Le film contient aussi une erreur sur le personnage du faux Walter. Au début, alors que Christine Collins le mesure, il est de trois pouces plus petit que son fils. Plus tard, durant l'audience au tribunal, nous entendons un témoignage qui annonce que ce garçon serait de quatre pouces plus petit que le vrai Walter. Lorsque Christine Collins se réveille, le matin, il est possible d'apercevoir sur son bras gauche le tatouage d'Angelina Jolie. Enfin, le capitaine Jones se présente comme originaire de la Lincoln Park Juvenile Division — qui n'existe pas — alors qu'il vient en fait de Lincoln Heights, une banlieue de Los Angeles[101].

Distribution dans les médias[modifier | modifier le code]

Dates de sortie[modifier | modifier le code]

Voici la liste des dates de sortie du film référencées par IMDb classée par ordre chronologique selon le pays (ou le lieu de distribution)[102] :

Stratégies commerciales[modifier | modifier le code]

L'Échange fait partie des films en compétition officielle lors du 61e Festival de Cannes qui s'est déroulé du 14 au [103]. Le film de Clint Eastwood est le onzième à être projeté[104]. Universal Pictures a espoir que L'Échange connaisse un vrai succès au festival après plusieurs problèmes dus à la sélection du film[105] ; le réalisateur prend des dispositions pour valoriser son film lors de la projection, pour qu'il soit plus apprécié par le jury et le public[106]. Celui-ci est finalement heureux du succès que le film connaîtra, de la critique et de l'afflux commercial, de la même manière que Mystic River, autre film de Clint Eastwood qui était en compétition au Festival de Cannes de 2003. Ce dernier veut que L'Échange produise le même « buzz »[29]. Le film est donc encore en postproduction, une semaine avant le début du festival[106]. Par ailleurs, ll est projeté durant le 34e Festival du cinéma américain de Deauville, qui s'est tenu du 5 au [107] et a même été la pièce maîtresse de la 46e édition du New York Film Festival qui s'est déroulé le , pour ensuite être projeté au Ziegfeld Theatre[108]

Les producteurs et Universal envisagent de distribuer L'Échange pendant le week-end, pour tester les critiques et leur réaction face au rôle d'Angelina Jolie mais également pour obtenir de plus grandes recettes au box-office. Le film sort finalement comme il était initialement prévu, le 31 octobre ; comme de nombreux films de Clint Eastwood, en particulier Mystic River qui devait également sortir avant sa date officielle. Alors que la stratégie habituelle est de présenter les films des réalisateurs notables dans toutes les grandes villes des États-Unis pour assurer un succès immédiat (ce que l'industrie du cinéma appelle une « version plate-forme »), les films d'Eastwood sont généralement présentés dans un petit nombre de salles avant leur sortie sur grand écran une semaine plus tard[106]. L'Échange est sorti dans quinze salles de cinéma[N 41] et dans neuf marchés des États-Unis le [109]. La stratégie du marketing est aussi grandement utilisée pour ce film, favorisée par la participation de Clint Eastwood, il a été l'un des thrillers les plus vendus en 2008. Universal espère que la version limitée du film se vendra bien et que les fans de cinéma dramatique seront les premiers acheteurs[106]. Le film est sorti en Amérique du Nord le , présenté dans 1 850 salles[110], puis dans quarante-six salles de plus pendant sa quatrième semaine[111]. L'Échange est sorti au Royaume-Uni le [112], le en Irlande[113] et le en Australie[114].

Distribution vidéo[modifier | modifier le code]

L'Échange est sorti en Blu-ray, DVD et vidéo à la demande le aux États-Unis[115],[116], le au Royaume-Uni[117] et le en France[118]. Une semaine après sa sortie, L'Échange est classé quatrième des ventes vidéos avec 281 000 disques vendus et 4 600 000 $ de recette dans le monde[119]. Après un mois en distribution, le film quitte le top 10 international des ventes avec une recette de 10 100 000 $ au total[116]. Comme l'indiquent les derniers chiffres, 762 000 disques ont été vendus, soit 12 638 223 $ de recette[116]. La sortie en DVD inclut deux bonus intitulés « Clint Eastwood et Angelina Jolie : une association parfaite » — qui montre les coulisses du tournage, raconte l'écriture du scénario et traite de la préparation et des techniques de tournage — et « Quand Angelina Jolie devient Christine Collins » — un portrait d'Angelina Jolie et de son immersion dans le personnage de la véritable Christine Collins. Le Blu-ray, quant à lui, inclut deux éléments supplémentaires : « Archives » — qui traite des faits historiques relevés dans le Los Angeles Times[120] — et « Los Angeles : Avant et Après » — qui nous montre comment les techniciens ont réalisé les décors alors que le Los Angeles actuel a beaucoup évolué depuis les années 1920[121].

Réception[modifier | modifier le code]

Accueil général[modifier | modifier le code]

Angelina Jolie et Clint Eastwood à Cannes, où le film était en compétition pour la Palme d'or[122].

La projection du film à Cannes est grandement saluée par la critique, allant même jusqu'à être considéré favori pour la Palme d'or[123],[124], toutefois le prix sera finalement remis à Entre les murs de Laurent Cantet[122]. Lors d'interviews, le scénariste J. Michael Straczynski affirme que son film a perdu à deux voix contre une à cause de jurés qui n'ont pas cru au fait que l'histoire ait pu être tirée de faits réels. Ces derniers ont déclaré ne pas adhérer à la manière dont la police traite les personnes, comme ils l'ont fait pour Collins. Le fait que le film reparte de Cannes sans prix a donc amené son scénariste à annoter le script des sources dont il s'est servi[123]. Grâce aux avis positifs émis par les critiques à Cannes, le film semble aborder dans de bonnes conditions la cérémonie des Oscars pour laquelle il est nommé à plusieurs reprises[N 42],[125]. Toutefois, lors de sa sortie en salles aux États-Unis, le film reçoit une réaction des critiques américaines plus mitigée[126],[127]. Les critiques voient en L'Échange un beau film, magnifiquement mis en scène, mais estiment l'histoire trop conventionnelle[128]. Metacritic qui, contrairement aux autres magazines, note les films sur un barème de 100, tout en prenant en compte les commentaires des internautes, a attribué à L'Échange une note moyenne de « 63/100 » pour un total de trente-huit commentaires[129].

En septembre 2013, 62 % des 194 critiques énumérés par les examinateurs de Rotten Tomatoes ont donné au film une critique positive, avec une note de 6,3/10[128]. Le site a rapporté que 44 % des critiques notables ont donné un point de vue positif au film, fondé sur un échantillon de trente six critiques mondiales[130]. La réception du film en Europe a été en général meilleure qu'aux États-Unis[131],[132], au Royaume-Uni, par exemple, 83 % des critiques énumérées par Rotten Tomatoes attribuent à L'Échange une critique positive[133]. Une étude réalisée par CinemaScore montre que les spectateurs, durant la semaine d'ouverture, notent L'Échange d'une note symbolisée par un A-, sur une échelle de A+ à F[134]. Le champ de l'étude concerne majoritairement des personnes âgées de plus de trente ans (68 %) et des femmes (61 %)[135]. Une évaluation a notamment démontré que les audiences enregistrées sont excellentes. Le film est souvent recommandé par d'autres personnes à leurs amis, les chiffres étant supérieurs à la moyenne. Les principales raisons données pour encourager les gens à assister à une projection du film sont : son histoire à 65 %, Angelina Jolie à 53 %, Clint Eastwood à 43 % et le fait qu'il soit fondé sur des faits réels à 42 %[136].

Box-office[modifier | modifier le code]

L'Échange a modestement marché au box-office[137], engendrant de meilleures recettes à l'étranger qu'aux États-Unis[138],[139]. Le box-office mondial atteint, en fin de distribution, 113 000 000 $[51]. La sortie limitée américaine n'a pas réuni beaucoup de recettes durant ces deux jours : seulement 33 441 $ par salle, soit un total de 502 000 $[109]. Le questionnement de plusieurs spectateurs a démontré un fort potentiel commercial à travers une certaine gamme de spectateur[136]. Aussi, le film réalise une recette de 2 300 000 $ en quelques jours lors de sa sortie mondiale[140], prenant la quatrième place du top 10 hebdomadaire au box-office avec 9 400 000 $, soit une moyenne de 5 085 $ par salle[135]. Ce retour surpasse les meilleures espérances d'Universal pour le week-end[136]. Le lien entre L'Échange et l'Inland Empire — la région où se trouve Wineville — crée un intérêt local supplémentaire, améliorant le box-office national américain de 45 % lors de son weekend d'ouverture[141],[N 43]. Le film dépasse également toutes les attentes lors de sa deuxième semaine mondiale[142], perdant toutefois 22 % par rapport à la semaine précédente, avec 7 300 000 $[143]. Durant sa quatrième semaine d'exploitation, L'Échange perd à nouveau une place pour se retrouver cinquième du top 10 hebdomadaire avec une recette totale de 27 600 000 $[144]. Enfin, durant sa sixième semaine, le nombre de copies baisse à 1 010[145] ; par ailleurs, le film quitte le top 10 national américain, bien qu'il demeure à la neuvième place du top 10 de l'Inland Empire[146],[N 44]. La distribution aux États-Unis de L'Échange prend fin le , avec 35 700 000 $ environ[51].

Une salle projetant Changeling, titre original de L'Échange, au Royaume-Uni.

La distribution internationale de L'Échange débute dans quatre pays européens entre le 12 et le [147], répartie dans 727 salles[148]. Grâce à une critique positive, le film réalise une recette de 1 600 000 $ dans 299 salles en Italie (soit une moyenne de 5 402 $ par copie)[149], et 209 000 $ en Belgique, avec 33 copies[150]. L'Échange débute plus lentement en France où il réalise une recette de 2 800 000 $ durant sa première semaine (avec 417 copies)[149], se positionnant deuxième au top 10 hebdomadaire du box-office[150]. La deuxième semaine française augmente de 27 % pour atteindre 5 400 000 $[151]. Le , le film a réuni près de 8 600 000 $ en dehors des États-Unis[152]. Le week-end du 28 au 30 novembre marque une recette internationale de 4 400 000 $ répartis sur 1 040 copies[153] ; ce chiffre incluant le Royaume-Uni, où l'exploitation du film débute en troisième position au box-office, avec 1 900 000 $ sur 349 salles[154]. Le film a engrangé 1 500 000 $ lors du week-end de trois jours, mais le total est augmenté par la distribution du film deux jours plus tôt avant celle de Madagascar 2[155]. Ce film marque la meilleure première semaine d'exploitation britannique de la filmographie de Clint Eastwood[154]. Durant la deuxième semaine d'exploitation au Royaume-Uni marque une baisse de 27 % à 1 100 000 $[156]. L'Échange remporte finalement 7 600 000 $ au Royaume-Uni et en Irlande[147].

L'exploitation de L'Échange sur d'autres marchés européens se poursuit en [157],[158]. Le 8 décembre, le film est projeté dans 1 167 salles sur neuf pays différents, il réalise une recette de 19 100 000 $[158],[159]. Par la suite, le film est distribué en Espagne le 19 décembre[159], où il prend la cinquième place du box-office hebdomadaire avec 2 000 000 $ répartis sur 326 salles. De ce fait, le film devient également celui qui a fait la meilleure première semaine parmi tous les films réalisés par Eastwood, en Espagne[160] ; et, après une distribution de six semaines, le film engrange près de 11 000 000 $. En , le film est distribué dans de nouveaux pays, dont l'Allemagne, la Corée du Sud et la Russie. En Allemagne, le film prend la neuvième place du box-office hebdomadaire avec 875 000 $ dans 194 salles. Le film fait par ailleurs un très bon démarrage en Corée du Sud puisqu'il réalise une recette de 450 000 $ dans 155 salles[161]. Et, en Russie, il prend la seconde place du box-office avec 292 000 $, répartis dans 95 salles[162]. Le , le film engrange une recette mondiale de 47 200 000 $ dans 1 352 salles[161]. En Australie, où le film est largement aidé par le bouche à oreille, L'Échange rapporte 3 800 000 $ via 74 salles, après huit semaines d'exploitation[163]. Le film est ensuite distribué au Japon le [147], où il prend la tête du top 10 hebdomadaire durant sa première semaine d'exploitation avec 2 400 000 $ répartis sur 301 salles[164]. Après six semaines, le film a engrangé dans ce pays 12 800 000 $[165]. La dernière exploitation importante du film est sa sortie à Mexico le [164], où il remporte finalement 1 400 000 $. La recette finale internationale est de 77 300 000 $[147].

Critiques[modifier | modifier le code]

« Angelina Jolie joue avec une puissance émotionnelle rare cette femme tenace qui prend l'avantage sur l'autorité qui s'oppose à elle. Elle nous rappelle qu'il n'y a rien de si courageux, de si beau qu'une mère qui protège son enfant. »

— Kirk Honeycutt, Hollywood Reporter[76]

Notes attribuées par des critiques américains au film[166],[N 45].

Pour Todd McCarthy de Variety, le jeu d'Angelina Jolie provoque davantage l'émotion que dans son rôle proche d'Un cœur invaincu (2007), en se fondant sur moins d'artifices. Il note également d'excellentes prestations de la part des seconds rôles, notamment de la part de Michael Kelly[91]. Olivier Séguret de Libération, quant à lui, trouve que le casting est le meilleur aspect du film. Il a également apprécié le jeu des seconds rôles et a déclaré que la performance d'Angelina Jolie était « intense mais discrète, habitée mais retenue, très belle mais jamais éblouissante »[75]. Kirk Honeycutt du Hollywood Reporter pense que l'actrice ne s'est pas servie de sa notoriété d'actrice pour jouer cette femme vulnérable et résolue. Il perçoit, par ailleurs, que les autres personnages, excepté Amy Ryan, en sont grisés[76]. David Ansen, critique pour Newsweek, remarque surtout la mise en scène des sentiments, il déclare que « l'histoire concerne surtout les bonnes et les mauvaises gens »[N 46]. Il ajoute que, la célébrité et la beauté d'Angelina Jolie mises de côté, l'actrice porte son rôle avec intensité[167]. De son côté, Manohla Dargis du New York Times estime que la célébrité de l'actrice rend son interprétation peu convaincante[168], et David Denby du New Yorker remarque le désintéressement et l'habileté de l'actrice qui soulignent une performance et un personnage qu'il juge inintéressant, car unidimensionnel et sans réel tempérament. Il cite des problèmes similaires en ce qui concerne le personnage interprété par John Malkovich, le révérend Briegleb, concluant que « les deux forment une paire très appropriée pour interpréter un duo morne de collaborateurs »[169],[N 47].

Par ailleurs, McCarthy considère que le scénario est « remarquable », car très ambitieux derrière sa fausse simplicité. Il déclare qu'Eastwood respecte le script en ne surjouant pas les aspects mélodramatiques et en ne transcrivant pas tous les faits à l'écran[91]. Toutefois Honeycutt trouve qu'en restant trop proche de l'histoire originelle, le film en finit par perdre son intensité dramatique, même si le film ne lui est pas apparu long car ses créateurs ont su se concentrer sur l'essentiel [76],[N 48]. De son côté, Ansen trouve les dialogues de Straczynski évidents, et, malgré le manque de nuance morale de la part d'Eastwood, il voit à travers L'Échange un scénario si bien documenté qu'il en devient « un modèle rigoureux »[170], dont chaque ligne conduit le public dans une « fureur excellente »[170]. Il a rajouté : « quand le conte nous saisit ainsi, pourquoi résister à cette atrocité morale ? »[167],[170].

« Le script disjoint qu'a écrit J. Michael Straczynski sonne faux à chaque nouvel élément … et la mise en scène lourde de Clint Eastwood décourage et amplifie les défauts, malgré des œuvres précédentes excellentes, telles que Lettres d'Iwo Jima ou Sur la route de Madison. »

— Joe Morgenstern, The Wall Street Journal[171]

Lettres d'Iwo Jima, qui reprend la bataille d'Iwo Jima, est, selon Joe Morgenstern, bien meilleur que L'Échange[171].

Séguret trouve que le film s'inscrit dans le grand genre hollywoodien, mais qu'Eastwood ne semble pas être inspiré par ce challenge que représente le défi de reconstituer la recréation d'une époque, celle de son enfance. Il note par ailleurs qu'Eastwood conserve les « braises » de l'histoire allumées, mais qu'il ne les enflamme que très rarement. Il assimile le film au fait de se trouver dans une voiture luxueuse : confortable, mais gentiment ennuyeux[75]. Denby et Ansen remarquent qu'Eastwood ne montre pas à l'écran les atrocités de l'histoire, laissant libre cours à l'imagination du spectateur. Ansen pense que c'est parce que le réalisateur n'est pas intéressé par cet aspect épouvantable de l'histoire[167]. McCarthy loue le traitement d'une histoire pensée et non sur-jouée[91] ; alors que Denby n'apprécie pas l'approche austère des faits, il trouve que ce traitement laisse le film « tant impressionnant que monotone »[N 49]. Il dit qu'Eastwood ne souhaite pas représenter les aspects horribles de l'histoire parce qu'ils n'iraient pas de pair avec les émotions de cette femme dont le fils a disparu. Denby trouve qu'Eastwood et Straczynski auraient dû explorer plus largement la perversité de l'histoire originale. Plutôt, il déclare que la narration méthodique provoque plusieurs problèmes émotionnels — « une apothéose révérencieuse des chroniques de Christine »[172] — avant de « la narrer lentement durant les quarante minutes qui suivent »[172],[169]. Ansen dit que l'approche classique amène l'histoire à un autre niveau, et qu'elle se rapproche des conventions du cinéma d'horreur dans le but de les transcender[167]. McCarthy trouve que L'Échange est l'une des réalisations les plus vivantes de la filmographie de Clint Eastwood, il met par ailleurs l'accent sur la photographie de Tom Stern, où les décors, les costumes et les paysages numériques se mêlent de manière parfaite avec les prises de vues réelles[91]. Dargis, par contre, n'est pas impressionné par les décors, elle cite la perte d'un collaborateur régulier d'Eastwood, Henry Bumstead — qui est mort en 2006 — comme cause du style « trop primitif » de L'Échange[168].

Damon Wise du magazine Empire voit en L'Échange un film « sans défaut »[173],[N 50], et McCarthy dit qu'il est « émotionnellement et stylistiquement parfait »[N 51]. Il déclare que ce film est plus complexe que Mystic River (2003), d'Eastwood également : les personnages et le commentaire social ont été inclus dans l'histoire avec une « délibération stupéfiante »[N 52]. Il rajoute qu'en tant que « critique douloureuse de la culture politique de Los Angeles »[N 53], L'Échange rentre dans le cercle des films tels que Chinatown (1974) et L.A. Confidential (1997)[91]. Honeycutt déclare que le film n'est autre qu'un « chapitre oublié du Los Angeles noir »[174] de ces films, et que la composition mélodique d'Eastwood contribue à une évocation de la ville et d'une période qui « éprouve des changements galvaniques »[174]. Il rajoute que « la sensation de petite ville dans la rue et les décors… capture une société qui ne veut pas voir la réalité »[76],[174]. Séguret trouve mystifiant le fait que d'autres critiques promulguent le film par ses quelques défauts[75]. Denby, lui, trouve le film bien fait, mais qu'il partage des erreurs « justement indignées » avec d'autres films au regard de la sensation de mépris du public vis-à-vis de l'attitude représentée[169]. Ansen conclue que l'histoire est racontée d'une manière si intéressante que seulement une personne cynique pourrait voir le film sans ressentir aucun sentiment de cette « saga obsédante et triste »[167],[N 54].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Outre les récompenses et nominations qui suivent, le National Board of Review a déclaré que L'Échange fait partie des dix meilleurs films de 2008[175], de même que l'International Press Academy, qui présente chaque année la cérémonie des Satellite Awards[176]. Plusieurs critiques incluent le film dans leur top 10 des meilleurs films de 2008. Anthony Lane du New Yorker le positionne à la seconde place de son classement, le magazine Empire l'a placé quatrième et Rene Rodriguez du Miami Herald le place à la quatrième place de son classement, aux côtés de Gran Torino, de Clint Eastwood également. Le film a par ailleurs été projeté durant le Festival de Cannes 2008[177].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Lauréat(es)
2008 Satellite Awards Satellite Award de la meilleure actrice dans un film dramatique[178] Angelina Jolie
2008 African-American Film Critics Association Meilleure actrice[179] Angelina Jolie
2008 Christopher Award Meilleur film[180] Clint Eastwood
2008 Women Film Critics' Circle Awards Prix Adrienne Shelly[181] Clint Eastwood
2008 Meilleur film sur les femmes[181] Clint Eastwood
2009 Saturn Award Meilleure actrice[182] Angelina Jolie
2009 Visual Effects Society Awards Outstanding Matte Paintings[183] Romain Bayle, Abel Milanes, Lee Allan et Debora Dunphy
2009 Outstanding Supporting Visual Effects[183] Michael Owens, Geoffrey Hancock, Jinnie Pak et Dennis Hoffman

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie, récompense ou festival Prix Nommé(es)
2008 Festival de Cannes Sélection officielle, en compétition pour la Palme d'or[103] Clint Eastwood
2008 Chicago Film Critics Association Meilleure actrice[184] Angelina Jolie
2008 Satellite Awards Meilleure photographie[178] Tom Stern
2009 Oscar Meilleure actrice[125] Angelina Jolie
2009 Meilleure photographie[125] Tom Stern
2009 Meilleure direction artistique[125] James J. Murakami et Gary Fettis
2009 Golden Globes Meilleure actrice dans un film dramatique[185] Angelina Jolie
2009 Meilleure musique de film[185] Clint Eastwood
2009 BAFTA Meilleure actrice dans un rôle principal[186] Angelina Jolie
2009 Meilleur réalisateur[186] Clint Eastwood
2009 Meilleure photographie[186] Tom Stern
2009 Meilleurs costumes[186] Deborah Hopper
2009 Meilleur montage[186] Joel Cox et Gary D. Roach
2009 Meilleur scénario[186] Joseph Michael Straczynski
2009 Meilleure direction artistique[186] James J. Murakami et Gary Fettis
2009 Meilleur son[186] Walt Martin, Alan Robert Murray, John Reitz et Gregg Rudloff
2009 Empire Awards Meilleure actrice dans un rôle principal[187] Angelina Jolie
2009 Meilleur thriller[187] Clint Eastwood
2009 Saturn Awards Meilleur film d'action, d'aventure ou thriller[188] Clint Eastwood
2009 Meilleur réalisateur[188] Clint Eastwood
2009 Meilleure musique[188] Clint Eastwood
2009 Meilleurs costumes[188] Deborah Hopper
2009 Meilleur scénario[188] J. Michael Straczynski
2009 Art Directors Guild Meilleure direction artistique[189] James J. Murakami
2009 Critics Choice Awards Meilleure actrice[190] Angelina Jolie
2009 Meilleur compositeur[190] Clint Eastwood
2009 Meilleur film[190] Clint Eastwood
2009 Casting Society of America Artios[191],[192] Ellen Chenoweth
2009 Costume Designers Guild Awards CDG Award[193] Deborah Hopper
2009 Irish Film and Television Awards Meilleure actrice internationale[194] Angelina Jolie
2009 London Film Critics Circle Meilleure actrice de l'année[195] Angelina Jolie
2009 Meilleur réalisateur de l'année[195] Clint Eastwood
2009 Screen Actors Guild Award Meilleure actrice dans un rôle principal[196] Angelina Jolie
2009 Teen Choice Awards Meilleure actrice dans un film dramatique[197] Angelina Jolie
2009 Rembrandt Award Meilleure actrice internationale[198] Angelina Jolie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Les ouvrages sont classés par ordre chronologique.

Ouvrages et articles sur les meurtres du poulailler de Wineville
  • (en) Clinton T. Duffy, 88 Men and 2 Women, Doubleday,‎ 1962
  • (en) Philip Jenkins, Using Murder: The Social Construction of Serial Homicide, Aldine Transactionss,‎ 1994, 184 p. (ISBN 0202305252)
  • (en) Philip Jenkins, Moral Panic: Changing Concepts of the Child Molester in Modern America, Yale University Press,‎ 2004, 221 p. (ISBN 0300109636)
  • (en) James Jeffrey Paul, Nothing is Strange with You: The Life and Crimes of Gordon Stewart Northcott, Xlibris Corporation,‎ 11 septembre 2008, 1e éd., 278 p. (ISBN 1436366267)
  • (en) Chrysanthi Leon, Continuity and Change in American Sex Crime Policy, New York, New York University Press
  • (en) Anthony Flacco et Jerry Clark, The Road Out of Hell: Sanford Clark and the True Story of the Wineville Murders, New York, Union Square Press (ISBN 9781402768699)
  • (en) Cecilia Rasmussen, « L.A. Unconventional: The Men & Women Who Did L. A. Their Way », Los Angeles Times,‎ octobre 1998 (ISSN 978-1883792237)
Ouvrages et articles sur le film
  • (en) Jason Davis, « How 'Changeling' Changed J. Michael Straczynski », Creative Screenwriting Magazine, vol. 15,‎ septembre-octobre 2008, p. 18 - 21 (ISSN 1084-8665)
  • (en) Robert Sklar, « Changeling », Cineaste, vol. 34,‎ 22 décembre 2008, p. 7

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Certains ont comparé L'Échange de Clint Eastwood à un quelconque film de Spike Lee. Il débute avec un prémisse simpliste : une mère célibataire, Christine Collins, demande à la police de retrouver son jeune enfant disparu. Alors, de la même manière que Lee, Eastwood insère une nouvelle intrigue : les forces de police sont corrompues, manipulant la vie de Christine. Cette dernière est enfermée dans une institution psychiatrique où elle est terrorisée par son docteur. Par ailleurs, le thème du film se concentre sur le vert et les teints grisâtres. La seule couleur, le rouge, que l'on peut voir, se résume dans le rouge à lèvres que porte Angelina Jolie.
  2. a, b et c Le film est présenté à Cannes sous le titre The Exchange alors qu'il devait initialement être présenté sous le titre The Changeling. Ce changement brutal étonne les journalistes mais aussi Eastwood lui-même. Lors de son exploitation en salle, le film reprend d'ailleurs son titre d'origine, Changeling, mais le titre français, L'Échange, traduit plutôt le titre cannois. Le terme changeling correspond à un petit être maléfique laissé par les fées en échange d'un nouveau-né enlevé à ses parents.
    (fr) « Secrets de tournage (Echange… de titre ?) », AlloCiné. Consulté le 7 mars 2010.
  3. a, b et c Traduction du mot changeling : « enfant substitué par les fées au véritable enfant d'un couple ». Grand Dictionnaire Larousse anglais-français, 1993, t. 2, p. 128. (ISBN 2034013026).
  4. Le procédé du noir et blanc a été utilisé pour la séquence d'ouverture et de fermeture du film.
  5. Le R signifie que les mineurs (17 ans ou moins) doivent être accompagnés pour pouvoir assister à la projection du film.
  6. En France, le film est commercialisé avec l'avertissement qui suit : « des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs ».
  7. Au Québec, la projection du film est déconseillée aux mineurs de moins de 13 ans.
  8. Citation originale : « something [Straczynski] should see ».
  9. Citation originale : « figure out how to tell it ».
  10. Citation originale : « The story is just so bizarre that you need something to remind you that I'm not making this stuff up. So it seemed important to me to put in those clippings because you reach the part of the story where you go, 'Come on he's got to have gone off the rails with this.' Turn the page and there is indeed an article confirming it, which is why, in terms of writing the script, I [hewed] very close to the facts. The story is already extraordinary enough. »
  11. Citation originale : « sitting down and ferreting out [the] story ».
  12. Citation originale : « the first triangle, with the point up, is Collins’ story. You start with her, and her story gets broader and broader and begins having impact from all kinds of places. The overlay on that was an upside down triangle with the base on top, which is the panorama of Los Angeles at that time—1928. And it begins getting narrower and narrower toward the bottom, bearing down on her. »
  13. Citation originale : « My intention was very simple: to honor what Christine Collins did ».
  14. Citation originale : « to get it right ».
  15. Citation originale : « figure out what happened ».
  16. Citation originale : « Clint's funny—if he likes it, he'll do it, that's the end of the discussion. When I met with him to ask, 'Do you want any changes, do you want any things cut, added to, subtracted from, whatever,' he said, 'No. The draft is fine. Let's shoot the draft.' ».
  17. Citation originale : « a horrible, horrible, wonderful person ».
  18. Citation originale : « In his eyes, they’re kindred spirits ».
  19. Citation originale : « more depth and variety ».
  20. Citation originale : « a slight craziness ».
  21. Citation originale : « how to throw a movie punch ».
  22. Citation originale : « you've got to get your stuff together and get ready because he doesn't linger … He expects people to come prepared and get on with their work ».
  23. Citation originale : « redefining economical ».
  24. Citation originale : « Some [directors]—like Clint Eastwood or Woody Allen—don’t really like to be tortured by a million questions. They hire you, and they figure you know what to do, and you should do it … And that's fine by me ».
  25. Citation originale : « Actors are insecure and they want praise, but he's not there to praise you or make you feel better … All he's there to do is tell the story, and he hired actors to tell their story ».
  26. Citation originale : « Chances are we'll talk about it for a minute or two, and then we're executing it ».
  27. Eastwood utilise le terme « leanness ».
  28. Citation originale : « small, formal and refined ».
  29. Citation originale : « In a couple of shots the characters might be fourty feet away from the camera, about one fifth screen height. The bigger the screen is, the bigger the character. He could be ten feet tall, so everything, even his hair, better look good! ».
  30. Citation originale : « There is a legend at the end before the credits. The legend speaks to what happened after the fact, and I think you need to just swallow that for a few moments with the visual still with you. ».
  31. Citation originale : « The camera booms up and she walks away from us from a very emotional, poignant scene at the end, walks away into this mass of people and traffic. It’s very hopeful and sad at the same time. ».
  32. L'Échange n'est pas la première collaboration de Michael Stevens et Kyle Eastwood. Les deux hommes ont déjà travaillé ensemble sur la musique de plusieurs autres films comme La Relève (1990) et Lettres d'Iwo Jima (2006). Depuis L'Échange, ils ont à nouveau collaboré sur le film Invictus (2009).
  33. Citation originale : « about as feminist as Hollywood can get ».
  34. Citation originale : « "Something is wrong with you. You're an independent woman." The period could not accept [it] ».
  35. Dans le film, le père de Walter Collins, le mari de Christine, sa mère, est absent tout au long de l'histoire. Son absence n'est abordée qu'à une seule reprise, lorsque Christine déclare à son fils que son père l'a quittée quand il est arrivé, à cause de ses responsabilités.
  36. Citation originale : « [The] Los Angeles police department every so often seems to go into a period of corruption. It's happened even in recent years ; … so it was nice to comment [on that] by going back to real events in 1928. »
  37. Citation originale : « We will hold trial on gunmen in the streets of Los Angeles. I want them brought in dead, not alive, and I will reprimand any officer who shows the least bit of mercy to a criminal. »
  38. Ce plan ne devait initialement pas faire partie du film, il a été rajouté à la suite de la projection du film au Festival de Cannes. Voir à ce sujet la section lui correspondant.
  39. Citation originale : « about the highest form of drama you can have ».
  40. Citation originale : « When [a crime] comes along quite as big as this one, you question humanity. It never ceases to surprise me how cruel humanity can be. »
  41. Le nombre de salles se réfère aux différentes salles de cinéma qui comprennent plusieurs salles différentes. Le nombre d'écrans fait référence à des salles individuelles.
  42. Le film ne remporte finalement aucun des trois Oscars pour lesquels il est nommé.
  43. L'Échange a remporté 117 862 $ répartis dans seize salles de l'Inland Empire, soit une moyenne de 7 366 $ par copie.
  44. Durant la sixième semaine d'exploitation dans l'Inland Empire, le film a remporté 20 540 $ répartis sur quatorze salles.
  45. Selon les dizaines de critiques retenues, le site Metacritic octroie une note moyenne de 63/100 au film L'Échange. Cela signifie que le film a, en général, reçu une bonne critique.
  46. Citation originale : « some stories really are about the good guys and the bad ».
  47. Citation originale : « The two of them make a very proper and dull pair of collaborators ».
  48. Citation originale : « good at cutting to the chase ».
  49. Citation originale : « both impressive and monotonous ».
  50. Citation originale : « flawless ».
  51. Citation originale : « emotionally powerful and stylistically sure-handed ».
  52. Citation originale : « almost breathtaking deliberation ».
  53. Citation originale : « a sorrowful critique of the city's political culture ».
  54. Citation originale : « haunting, sorrowful saga ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr+en) « Titres alternatifs », Internet Movie Database. Consulté le 2 mars 2010.
  2. (fr+en) « Box-office / Business », Internet Movie Database. Consulté le 21 mars 2010.
  3. (fr+en) Internet Movie Database, « Technical specifications », consulté le 2 mars 2010.
  4. (fr+en) « Locations », Internet Movie Database. Consulté le 21 mars 2010.
  5. (en) Anthony Flacco et Jerry Clark, « The Road Out of Hell: Sanford Clark and the True Story of the Wineville Murders », Union Square Press. (ISBN 9781402768699).
  6. a, b, c, d, e, f et g (en) Sandra Stokley, « Riverside County 'chicken coop murders' inspire Clint Eastwood movie », publié le 30 octobre 2008, The Press-Enterprise (A. H. Belo Corporation). Consulté le 9 novembre 2008.
  7. a, b et c (en) Sacha Howells, « Spoilers: Changeling - The Real Story Behind Eastwood's Movie », publié le 7 novembre 2008, film.com. Consulté le 10 novembre 2008.
  8. (en) « 1999 Los Angeles Times article (original) », publié en 1999, Los Angeles Times. Consulté le 3 mars 2010.
  9. a, b, c et d (en) Rachel Abramowitz, « 'Changeling' revisits a crime that riveted L.A. », publié le 18 octobre 2008, Los Angeles Times. Consulté le 19 octobre 2008.
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Todd Longwell, « United for 'Changeling' », publié le 20 novembre 2008, The Hollywood Reporter. Consulté le 21 novembre 2008 (la lecture du site nécessite un enregistrement).
  11. a, b, c et d (en) Clayton Neuman, « Cannes Film Festival - Interview With Changeling Screenwriter J. Michael Straczynski », publié le 20 mai 2008, American Movie Classics (Rainbow Media). Consulté le 23 mai 2008.
  12. a, b, c et d (en) Sharon Eberson, « Busy writer is drawn back to 23rd century », publié le 9 août 2007, Pittsburgh Post-Gazette (Block Communications). Consulté le 30 janvier 2008.
  13. a, b, c, d, e, f et g (en) Shira Gotshalk, « The Phenom », Writers Guild of America. Consulté le 5 novembre 2008.
  14. (en) J. Michael Straczynski, The Complete Book of Scriptwriting, Writer's Digest, 1996, édition révisée, P. 165. (ISBN 0898795125).
  15. a, b et c (en) Andrew Gnerre, « Times Are Changing for J. Michael Straczynski », publié le 24 octobre 2008, MovieMaker (Movie Maker Publishing Co.). Consulté le 24 octobre 2008.
  16. (en) Gabriel Snyder, « U picks up 'Changeling' », publié le 27 juin 2006, Variety. Consulté le 28 janvier 2008.
  17. (en) Diane Garrett et Michael Fleming, « Eastwood, Jolie catch 'Changeling' », publié le 8 mars 2007, Variety. Consulté le 1er janvier 2008.
  18. (en) Jay Fernandez, « The Big Name Gets Distracted », publié le 11 octobre 2006, Los Angeles Times. Consulté le 30 janvier 2008 (la lecture du site nécessite un enregistrement).
  19. (en) J. Michael Straczynski, « Re: Ron Howard's Changeling project falls through? », publié le 11 octobre 2006. Consulté le 5 mars 2010.
  20. (en) [vidéo] Clint Eastwood, « Partners In Crime: Clint Eastwood and Angelina Jolie », DVD Features, Universal Studios, publié le 17 février 2009. Durée : 1 minute 15.
  21. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (fr) Samuel Blumenfeld, « Clint Eastwood, dans les ténèbres de Los Angeles », publié le 16 mai 2008, Le Monde. Consulté le 12 juin 2008 (la lecture du site nécessite un enregistrement).
  22. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Jason Davis, « How Changeling Changed J. Michael Straczynski », Creative Screenwriting Magazine, vol. 15, n° 5, septembre & octobre 2008, pp. 18-21. (ISSN 1084-8665).
  23. (en) Elizabeth Blair, « Behind 'Changeling, ' A Tale Too Strange For Fiction », publié le 24 octobre 2008, National Public Radio. Consulté le 24 octobre 2008.
  24. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t (en) [doc] « 'Changeling' production notes », Universal Pictures. Consulté le 18 octobre 2008.
  25. a et b (en) Hal Durian, « Hal Durian's Riverside Recollections », publié le 7 février 2009, The Press-Enterprise (A. H. Belo Corporation). Consulté le 25 février 2009.
  26. a et b (en) Gilbert Cruz, « Q&A: Changeling Writer J. Michael Straczynski », publié le 23 octobre 2008, Time. Consulté le 20 mars 2010.
  27. (en) Erik Amaya, « Wondercon: Spotlight on Straczynski », publié le 24 février 2008, Comic Book Resources (Boiling Point Productions). Consulté le 3 mars 2009.
  28. a, b, c, d et e (en) Prairie Miller, « Changeling Movie Review: Angelina On Fire », publié le 11 octobre 2008, NewsBlaze. Consulté le 10 octobre 2009.
  29. a et b (en) John Horn, « 'Changeling' banks on the Eastwood effect », publié le 23 octobre 2008, Los Angeles Times. Consulté le 26 mars 2009.
  30. a et b (en) Josh Horowitz, « Clint Eastwood On 'Changeling' With Angelina Jolie, 'Gran Torino' And Reuniting With Morgan Freeman », publié le 24 juin 2008, MTV (MTV Networks). Consulté le 11 mars 2010.
  31. (en) Michael Fleming et Diane Garrett, « Jolie 'Wanted' for Universal film », publié le 19 mars 2007, Variety. Consulté le 11 mars 2010.
  32. (en) « People: Penelope Cruz, Ellen DeGeneres, Angelina Jolie », publié le 5 février 2009, The Dallas Morning News (A. H. Belo Corporation). Consulté le 11 mars 2010.
  33. (en) Liam Allen, « Emotional Jolie takes no prisoners », publié le 21 novembre 2008, BBC News Online. Consulté le 11 mars 2010.
  34. (en) Borys Kit, « 3 join Jolie for "Changeling" », publié le 16 octobre 2007, The Hollywood Reporter. Consulté le 11 mars 2010.
  35. (en) Susan Chenery, « Master of Reinvention », publié le 23 août 2008, The Australian. Consulté le 11 mars 2010.
  36. (en) Harry Haun, « Playbill on Opening Night: Mauritius—A Threepenny Opera », publié le 5 octobre 2007, Playbill. Consulté le 12 mars 2010.
  37. (en) Elisa Lipsky-Karasz, « Jason Butler Harner: The New York Theater Veteran Takes to the Big Screen with a Frightening Star Turn », publié en octobre 2008, W Magazine (Condé Nast Publications). Consulté le 12 mars 2010.
  38. a et b (en) Brett Johnson, « Amy Ryan rides roller coaster of a career », publié le 27 janvier 2008, Ventura County Star (E. W. Scripps Company). Consulté le 12 mars 2010.
  39. (en) Lina Lofaro, « Q&A: Amy Ryan », publié le 12 janvier 2008, Time. Consulté le 12 mars 2010.
  40. (en) Susan King, « 'Changeling' actor reveres his boss: Clint Eastwood », publié le 7 septembre 2008, Los Angeles Times. Consulté le 12 mars 2010.
  41. a et b (en) [vidéo] Clint Eastwood, « Partners In Crime : Clint Eastwood and Angelina Jolie », Universal Studios, 17 février 2009, bonus DVD (durée : 12:17 minutes).
  42. (en) [vidéo] Clint Eastwood et Jon Stwart, « The Daily Show with Jon Stewart », publié le 2 octobre 2008, Comedy Central (New York). Consulté le 5 octobre 2008.
  43. a, b, c, d, e et f (en) David Heuring, « Lost and Seemingly Found », American Cinematographer, American Society of Cinematographers, vol. 89, n° 11, publié en novembre 2008, pp. 18-20.
  44. (en) Jerry Soifer, « Enthusiasts mark National Train Day », publié le 9 mai 2009, The Press-Enterprise (A. H. Belo Corporation). Consulté le 10 mai 2009.
  45. (en) Patrick Kevin Day, « Scene Stealer: 'Changeling's' vintage autos », publié le 5 novembre 2008, Los Angeles Times. Consulté le 6 novembre 2008.
  46. a et b (en) Rachel Wells, « Changeling your wardrobe », publié le 2 février 2009, Brisbane Times (Fairbax Media). Consulté le 2 février 2009.
  47. (en) Deborah Hommer, « The Common Thread : Angelina Jolie Becomes Christine Collins », Universal Studios, 17 février 2009, bonus DVD (durée : 4:03 minutes).
  48. a et b (en) « Film Details: l'échange (The Exchange) », festival-cannes.com (Festival de Cannes). Consulté le 12 mai 2008.
  49. Patrick McGilligan, Clint Eastwood : une légende, Nouveau Monde, Paris, février 2009, p. 717 (ISBN 978-2-84736-396-8).
  50. (en) Army Archerd, « Eastwood plots schedule », publié le 20 septembre 2007, Variety. Consulté le 28 janvier 2008.
  51. a, b et c (en) « Changeling (2008) », Box office mojo (Amazon.com). Consulté le 5 juin 2009.
  52. (en) Scott Foundas, « Clint Eastwood: The Set Whisperer », publié le 19 décembre 2007, LA Weekly (Village Voice Media). Consulté le 8 octobre 2008.
  53. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o (en) Thomas J. McLean, « Changeling: VFX as 'Peripheral Imagery' », publié le 27 octobre 2008, VFXWorld (Animation World Network). Consulté le 6 novembre 2008.
  54. a et b (en) Tony Rivetti Jr., « Movie Preview: Changeling », publié le 22 août 2008, Entertainment Weekly. Consulté le 7 octobre 2008.
  55. a et b (en) John Hiscock, « Clint Eastwood on Changeling : Angelina Jolie a fine actress hampered by beauty », publié le 13 novembre 2008, Telegraph. Consulté le 4 avril 2010.
  56. a et b (en) Glen Schaefer, « He make's Clint's day », publié le 13 avril 2008, The Province (Pacific Newspaper Group). Consulté le 23 avril 2008.
  57. (en) Josh Horowitz, « Angelina Jolie Can’t Wait To Go Toe-To-Toe with Clint Eastwood », publié le 18 juin 2007, mtv.com (MTV Networks). Consulté le 30 janvier 2008.
  58. (en) Jessica Goebel et Larry Carroll, « Malkovich Makes A 'Changeling' », publié le 9 novembre 2007, mtv.com (MTV Networks). Consulté le 29 janvier 2008.
  59. (en) Larry Carroll, « Amy Ryan Loves Spare 'Changeling' », publié le 27 novembre 2007, mtv.com (MTV Networks). Consulté le 30 janvier 2008.
  60. (en) Missy Schwartz, « Amy Ryan Checks In », publié en novembre 2007, Entertainment Weekly. Consulté le 30 janvier 2008.
  61. a, b, c et d (fr) François Reumont, « Changeling (L'Echange) », publié en mai 2008, afcinema. Consulté le 20 mars 2010.
  62. a, b, c et d (en) Geoff Andrew, « Changeling Man », Sight & Sound, vol. 18, n°9, publié en septembre 2008, p. 17. (ISSN 00374806).
  63. a, b, c, d, e, f, g et h (fr) « L'Echange », publié le 14 novembre 2008, Ciné-club de Caen. Consulté le 21 mars 2010.
  64. (en) Un exemple de skypan ici et ici avec un texte explicatif.
  65. a, b, c et d (en) Thomas J. McLean, « VICON House of Moves Provides Mo-Cap for Changeling », publié le 20 novembre 2008, VFXWorld (Animation World Network). Consulté le 21 novembre 2008.
  66. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) Renee Dunlop, « Guiding the eye to the Invisible Digital Effects for Changeling », publié le 6 novembre 2008, The CG Society (Ballistic Media). Consulté le 6 novembre 2008.
  67. a et b (en) Robert Hanks, « Film of the week: Changeling », publié le 28 novembre 2008, The Independent. Consulté le 16 avril 2009.
  68. (en) Ron Wynn, « Movie Review: 'Changeling' unveils sad and shocking true story », publié le 31 novembre 2008, The City Paper (SouthComm Communication). Consulté le 26 novembre 2008.
  69. (en) Daniel Schweiger, « CD Review: Changeling—Original Soundtrack », publié le 25 novembre 2008, Film Music Magazine (Global Media Online). Consulté le 26 novembre 2008.
  70. (en) Elizabeth Blair, « "Changeling" Another Step In Eastwood's Evolution », publié le 24 octobre 2008, National Public Radio. Consulté le 23 avril 2009.
  71. a, b, c et d Livret de la bande originale du film, éditée en 2008 par Varèse Sarabande (PID : 3020669342).
  72. (en) « Changeling », Hollywood Studio Synphony. Consulté le 7 mars 2010.
  73. (en) Phillip Booth, « In addition to the big names, the Clearwater Jazz Holiday features some great unknowns », publié le 16 novembre 2008, St. Petersburg Times (Times Publishing Company). Consulté le 26 novembre 2008.
  74. (en) « Changeling: Product Details », varesesarabande.com. Consulté le 26 novembre 2008.
  75. a, b, c et d (fr) Oliver Séguret, « L'Echange: bon procédé », publié le 21 mai 2008, Libération. Consulté le 25 février 2009.
  76. a, b, c, d, e et f (en) Kirk Honeycutt, « Film Review: Changeling », publié le 20 mai 2008, The Hollywood Reporter. Consulté le 21 mai 2008.
  77. (en) Scott Feinberg, « 'Changeling' and Angelina Jolie: Awards are not won on paper », publié le 7 octobre 2008, Los Angeles Times. Consulté le 9 octobre 2008.
  78. (fr) « L'Echange : le cauchemar américain », publié le 22 mai 2008, zerodeconduite.net. Consulté le 21 mars 2010.
  79. (en) Richard Collins, « Clint and Angelina Bring a Changeling Child to Cannes », publié le 20 mai 2008, Time. Consulté le 10 octobre 2008.
  80. a et b (en) Andrew Billen, « How Clint Eastwood became a New Man », publié le 28 février 2008, The Times, Londres. Consulté le 2 mars 2009.
  81. a et b (en) « Eastwood given special honour by Cannes », publié le 27 février 2009, Yahoo News et Australian Associated Press. Consulté le 2 mars 2009.
  82. (en) Brad Balfour, « Clint Eastwood As a Changeling », publié le 12 novembre 2008, The Huffington Post. Consulté le 12 décembre 2008.
  83. (en) Richard Brody, « Eastwood Ho! », publié le 9 mars 2009, The New Yorker. Consulté le 2 mars 2009.
  84. a et b (fr) Jacques Coulardeau, « L'Echange », publié en novembre 2008, nord-cinema. Consulté le 21 mars 2010.
  85. (fr) Clémentine Gallot, « [Cinema] L'Echange », publié le 7 novembre 2008, MK2. Consulté le 29 mars 2010.
  86. (fr) « L'Echange », Objectif cinéma. Consulté le 5 avril 2010.
  87. a et b (fr) Thomas Sotinel, « L'Echange" : l'appel à la résistance de Clint Eastwood », publié le 21 mai 2008, Le Monde. Consulté le 21 mars 2010.
  88. (en) John Kurz, « Mira Loma History, Riverside County, California: Wineville Chicken Murders », publié le 15 décembre 1988, Rubidoux Historical Society. Consulté le 26 janvier 2008.
  89. (en) Mark Gribben, « Poetic Justice », publié le 27 février 2007, The Malefactor's Register. Consulté le 26 janvier 2008.
  90. a, b et c (en) David Germain, « Eastwood takes on mother's story; Jolie plays single mom whose child goes missing », The Chronicle Herald, Associated Press. Publié le 21 mai 2008 et consulté le 10 octobre 2008.
  91. a, b, c, d, e et f (en) Todd McCarthy, « 'Changeling' review », publié le 20 mai 2008, Variety. Consulté le 21 mai 2008.
  92. Catherine Mavrikakis, Condamner à mort : Les meurtres et la loi à l'écran, PU Montréal, p. 161.
  93. (fr) Michel Caire, « L'électroconvulsivothérapie ou sismothérapie », publié en 2009, histoire psychiatrique. Consulté le 22 mars 2010.
  94. Jean-Noël Missa, Naissance de la psychiatrie biologique. Histoire des traitements des maladies mentales au XXe siècle, PUF, 2006, (ISBN 2-13-055114-9).
  95. (fr) A. Bottéro, « Histoire de la psychiatrie : Les débuts de la sismothérapie ». Neuropsychiatrie : Tendances et Débats, 1998, numéro 3, pp.  27-32.
  96. (en) « Vintage Telephones », publié le 17 décembre 2009, old radio parts. Consulté le 21 mars 2010.
  97. (en) « Ringer Boxes », telephony museum. Consulté le 21 mars 2010.
  98. Elizabeth McLeod, The Original Amos ’n’ Andy: Freeman Gosden, Charles Correll and the 1928–1943 Radio Serial. Jefferson, North Carolina: McFarland, 2005. (ISBN 0-7864-2045-6).
  99. (en) « ABC and Academy Extend Oscar Telecast Agreement », publié le 7 février 2005, Academy of Motion Picture Arts and Sciences. Consulté le 18 octobre 2007.
  100. a, b et c (en) [vidéo] « Movie mistakes: "Changeling" (USA, 2008) », publié le 17 février 2009, YouTube. Consulté le 26 mars 2010.
  101. (en) « Lincoln Heights - Neightborood Council » (« Research for Lincoln Park Juvenile Division »), Lincoln Heights. Consulté le 26 mars 2010.
    Lincoln Heights est une banlieue de Los Angeles. La « Lincoln Park Juvenile Division » n'a jamais existé.
  102. (fr+en) « Release informations », Internet Movie Database, consulté le 2 mars 2010.
  103. a et b (fr) Les sélections du 61° Festival de Cannes sur La Croix.com (consulté le 1er mars 2010).
  104. (fr) Liste des films par ordre de projection sur La Croix.com (consulté le 1er mars 2010).
  105. Patrick McGilligan, Clint Eastwood : une légende, Nouveau Monde, Paris, février 2009, p. 718 (ISBN 978-2-84736-396-8).
  106. a, b, c et d (en) Charles Masters, Scott Roxborough. "Cannes' late lineup causes headaches" sur The Hollywood Reporter le 13 mai 2008 (consulté le 21 mai 2008).
  107. (en) John Hopewell, « 'Mamma Mia!' opens Deauville: Musical to kick off festival on Sept. 5 », publié le 21 juillet 2008, Variety. Consulté le 13 août 2008.
  108. (en) Gregg Goldstein, « New York film fest stocked with Cannes titles », publié le 13 août 2008, Reuters. Consulté le 20 août 2008.
  109. a et b (en) Dade Hayes, « 'HSM 3' makes box office honor roll », publié le 26 octobre 2008, Variety. Consulté le 26 octobre 2008.
  110. (en) Anthony D'Allessandro, « 'Saw V' scares off B.O. competition », publié le 1er novembre 2008, Variety. Consulté le 1er novembre 2008.
  111. (en) Pamela McClintock, « 'Quantum' posts Bond's best opening », publié le 16 novembre 2008, Variety. Consulté le 25 novembre 2008.
  112. (en) « Jolie's tears for her late mother », publié le 18 novembre 2008, BBC News Online. Cconsulté le 3 mars 2009.
  113. (en) « Eastwood jokes about VP offer », publié le 7 octobre 2008, Radio Telefís Éireann. Consulté le 27 octobre 2008.
  114. (en) Jim Schembri, « Modern morality tales », publié le 24 décembre 2008, The Age (Fairfax Media). Consulté le 24 décembre 2008.
  115. (en) « Universal to Bring 'Changeling' to Blu-ray », publié le 15 décembre 2008, High-Def Digest (Internet Brands). Consulté le 22 décembre 2008.
  116. a, b et c (en) « The Changeling - DVD Sales », The Numbers (Nash Information Services). Consulté le 27 mars 2009.
  117. (en) « Changeling (2008) », Play.com. Consulté le 4 mars 2009.
  118. (fr) « L'Échange (sortie DVD) », publié le 2 juin 2009, Première. Consulté le 3 mars 2010.
  119. (en) « High School Graduates Top of Its Class », publié le 3 mars 2009, The Numbers (Nash Information Services). Consulté le 4 mars 2010.
  120. (en) « Changeling », publié en mars 2010, Los Angeles Times. Consulté le 21 mars 2010.
  121. (en) « Universal Outlines 'Changeling' Blu-ray Specs, Exclusives », publié le 7 janvier 2009, High-Def Digest (Internet Brands). Consulté le 4 mars 2009.
  122. a et b (en) Kenneth Turan, « Palme d'or goes to France 'Entre les Murs' », publié le 28 mai 2008, Los Angeles Times. Consulté le 7 octobre 2008.
  123. a et b (en) Jason Davis, « How Changeling Changed J. Michael Straczynski », dans Creative Screenwriting Magazine, vol. 15, septembre et octobre 2008, pp. 18 - 21. (ISSN 1084-8665).
  124. (en) Tom O'Neil, « Clint Eastwood could win the Palme d'Or for his Angelina Jolie pic (whatever the title is) », publié le 21 mai 2008, Los Angeles Times. Consulté le 21 mai 2008.
  125. a, b, c et d (en) « 2009 Oscar winners list », publié le 22 février 2009, Variety. Consulté le 23 février 2009.
  126. (en) Justin Chang, « Changeling: Eastwood continues success with Jolie drama », publié le 14 novembre 2008, Variety. Consulté le 14 novembre 2008.
  127. (en) Glenn Whipp, « Quest for Oscar leaves some films out », publié le 11 février 2009, Variety. Consulté le 30 mars 2009.
  128. a et b (en) « Changeling Movie Reviews », Rotten Tomatoes (IGN Entertainment, Inc.). Consulté en décembre 2013.
  129. (en) « Changeling (2008): Reviews », Metacritic (CNET Networks, Inc.). Consulté le 27 novembre 2008.
  130. (en) « Changeling Movie Reviews: Top Critics », Rotten Tomatoes (IGN Entertainment, Inc.). Consulté le 6 avril 2009.
  131. (en) Pamela McClintock et Archie Thomas, « 'Burn After Reading' on fire overseas », publié le 21 novembre 2008, Variety. Consulté le 25 novembre 2008.
  132. (en) Nick Vivarelli, « Europe gets in festive mood », publié le 19 décembre 2008, Variety. Consulté le 20 décembre 2008.
  133. (en) Tom Butler, « UK Critics Consensus: Local Critics Warm To Changeling; De Niro Delights But What Just Happened Doesn't », publié le 28 novembre 2008, Rotten Tomatoes (IGN Entertainment, Inc.). Consulté le 29 novembre 2008.
  134. (en) Joshua Rich, « 'High School Musical 3' Scares up Another Win », publié le 2 novembre 2008, Entertainment Weekly. Consulté le 2 novembre 2008.
  135. a et b (en) Pamela McClintock, « 'School' still rules box office », publié le 2 novembre 2008, Variety. Consulté le 3 novembre 2008.
  136. a, b et c (en) Nikki Finke, « Halloween Scared Weekend Filmgoers », publié le 1er novembre 2008, Deadline Hollywood Daily. Consulté le 25 novembre 2008.
  137. (en) Geoffrey Macnab, « Julia Roberts - Has cinema's queen lost her crown? », publié le 13 mars 2009, The Independent. Consulté le 3 avril 2009.
  138. (en) Pamela McClintock, « 'Watchmen' battle superhero bias », publié le 13 mars 2009, Variety. Consulté le 26 mars 2009.
  139. (en) Pamela McClintock, « Clint mints overseas box office », publié le 10 mars 2009, Variety. Consulté le 26 mars 2009.
  140. (en) Anthony D'Alessandro, « 'Saw V' scares off B.O. competition », publié le 1er novembre 2008, Variety. Consulté le 1er novembre 2008.
  141. (en) Fielding Buck, « Local ties help make 'Changeling' an Inland box-office hit », publié le 3 novembre 2008, The Press-Enterprise (A. H. Belo Corporation). Consulté le 4 novembre 2008.
  142. (en) « Box Office Goes Wild », publié le 11 novembre 2008, The Numbers (Nash Information Services). Consulté le 22 décembre 2008.
  143. (en) Pamela McClintock, « Audiences wild about 'Madagascar' », publié le 9 novembre 2008, Variety. Consulté le 25 novembre 2008.
  144. (en) « Nothing Small About Quantum », publié le 18 novembre 2008, The Numbers (Nash Information Services). Consulté le 22 décembre 2008.
  145. (en) « The Changeling », The Numbers (Nash Infomration Services). Consulté le 11 février 2009.
  146. (en) Fielding Buck, « It's very merry at box office for 'Four Christmases' », publié le 1er décembre 2008, The Press-Enterprise (A. H. Belo Corporation). Consulté le 22 décembre 2008.
  147. a, b, c et d (en) « Changeling (2008) International Box Office Results », Box office Mojo (Amazon.com). Consulté le 5 juin 2009.
  148. (en) Dave McNary, « 'Solace' continues world domination », publié le 16 décembre 2008, Variety. Consulté le 25 décembre 2008.
  149. a et b (en) Pamela McClintock, « 'Burn After Reading' on fire overseas », publié le 21 novembre 2008, Variety. Consulté le 25 novembre 2008.
  150. a et b (en) « School Climbing Higher », publié le 23 novembre 2008, The Numbers. Consulté le 23 décembre 2008.
  151. (en) Archie Thomas, « Bond still boss in Europe », publié le 25 novembre 2008, Variety. Consulté le 23 décembre 2008.
  152. (en) Frank Segers, « 'Solace' still going strong overseas », publié le 23 novembre 2008, The Hollywood Reporter. Consulté le 25 novembre 2008 (la lecture du site nécessite un enregistrement).
  153. (en) Dave McNary, « 'Quantum' still rules overseas », publié le 30 novembre 2008, Variety. Consulté le 30 novembre 2008.
  154. a et b (en) Frank Segers, « 'Quantum' takes int'l b.o. for fifth week », publié le 30 novembre 2008, The Hollywood Reporter. Consulté le 30 novembre 2008 (la lecture du site nécessite un enregistrement).
  155. (en) Charles Gant, « Santa smashes Bond for UK box-office crown », publié le 2 décembre 2008, The Guardian. Consulté le 2 décembre 2008.
  156. (en) Archie Thomas, « 'Escape 2 Africa' heats up Europe », publié le 9 décembre 2008, Variety. Consulté le 23 décembre 2008.
  157. (en) Ben Fritz et Dave McNary, « 'Punisher' to hit box office zone », publié le 4 décembre 2008, Variety. Consulté le 23 décembre 2008.
  158. a et b (en) Hy Hollinger, « Madagascar' sequel marks its territory », publié le 23 décembre 2008, The Hollywood Reporter. Consulté le 23 décembre 2008 (la lecture du site nécessite un enregistrement).
  159. a et b (en) « International Releases are Enthralling », publié le 14 décembre 2008, The Numbers (Nash Information Services). Consulté le 23 décembre 2008.
  160. (en) Jeremy Kay, « Madagascar 2 soars past $200m after $33.5m weekend for PPI », publié le 22 décembre 2008, Screen Daily (East Midland Allied Press). Consulté le 23 décembre 2008.
  161. a et b (en) Jeremy Kay, « Valkyrie leads international box office with $13.2m in 13 markets », publié le 26 janvier 2009, Screen Daily (East Midland Allied Press). Consulté le 12 février 2009.
  162. (en) « International Details - Escaping the Top Five », publié le 25 janvier 2009, The Numbers (Nash Information Services). Consulté le 12 février 2009.
  163. (en) Jim Schembri, « 'Knowing' hits while 'Two Fists' tanks », publié le 31 mars 2009, Fairfax Media. Consulté le 2 avril 2009.
  164. a et b (en) « Confessions of the International Box Office », publié le 1er mars 2009, The Numbers (Nash Information Services). Consulté le 4 mars 2009.
  165. (en) Jeremy Kay, « Summit's Knowing takes international crown with $9.8m from 10 markets », publié le 29 mars 2009, Screen Daily (East Midland Allied Press). Consulté le 29 mars 2009.
  166. (en) « Changeling reviews », Metacritic. Consulté le 14 mars 2010.
  167. a, b, c, d et e (en) David Ansen, « The Horror Of It All », publié le 18 octobre 2008, Newsweek. Consulté le 21 octobre 2008.
  168. a et b (en) Manohla Dargis, « A California of Noir Shadows and Blood », publié le 21 mai 2008, The New York Times. Consulté le 11 novembre 2008.
  169. a, b et c (en) David Denby, « Troubled Sons », publié le 27 octobre 2008, The New Yorker. Consulté le 20 octobre 2008.
  170. a, b et c Citation originale : « a model of study architecture […] fine fury […] when the tale is this gripping, why resist the moral outrage? ».
  171. a et b (en) Joe Morgenstern, « 'Changeling,' Impostor Tale, Itself Feels False », publié le 24 octobre 2008, The Wall Street Journal. Consulté le 4 avril 2009.
  172. a et b Citation originale : « reverently chronicling Christine’s apotheosis […] [ambling] on for another forty minutes ».
  173. (en) Damon Wise, « Clint Eastwood's Changeling Is The Best Of The Festival So Far », publié le 20 mai 2008, Empire. Consulté le 21 mai 2008.
  174. a, b et c Citation originale : « forgotten chapter to the L.A. noir […] undergoing galvanic changes […] [the] small-town feel to the street and sets … captures a society resistant to seeing what is really going on ».
  175. (en) Dade Hayes, « NBR names 'Slumdog' best of year », publié le 4 décembre 2008, Variety. Consulté le 9 décembre 2008.
  176. (en) Greg Kilday, « Int'l Press Academy announces nominations », publié le 30 novembre 2008, The Hollywood Reporter. Consulté le 3 décembre 2008 (la lecture du site nécessite un enregistrement).
  177. (en) « Metacritic: 2008 Film Critic Top Ten Lists », Metacritic, CNET Networks. Consulté le 11 janvier 2009.
  178. a et b (en) « 2008 13th Annual Satellite Awards », International Press Academy. Consulté le 16 janvier 2009.
  179. (en) « AAFCA Top 10 - 2008 », publié le 30 décembre 2008, African-American Film Critics Association. Consulté le 3 mars 2009.
  180. (en) « Christopher Award Winners Found Inspiration Around the Globe and Throughout History », publié le 14 avril 2009, Christopher Award. Consulté le 18 avril 2009.
  181. a et b (en) « WFCC: 'Changeling' best movie about women », publié le 15 décembre 2008, United Press Internation. Consulté le 22 décembre 2008.
  182. (en) « The Winners of the 35th Annual Saturn Awards », Academy of Science Fiction, Fantasy & Horror Films. Consulté le 25 juin 2009.
  183. a et b (en) Susan King, « Benjamin Button' and 'Dark Knight' win VES Awards », publié le 21 février 2009, Los Angeles Times. Consulté le 23 février 2009.
  184. (en) « Chicago Film Critics Awards - 2008 », Chicago Film Critics Association. Consulté le 16 janvier 2009.
  185. a et b (en) « Golden Globe nominations list », publié le 11 décembre 2008, Variety. Consulté le 11 décembre 2008.
  186. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Film Winners in 2009 », British Academy Film Awards. Consulté le 8 février 2009.
  187. a et b (en) « Jameson Empire Awards 2009 - Nominations », Bauer Media Group. Consulté le 3 avril 2009.
  188. a, b, c, d et e (en) « Nominations for the 35th Annual Saturn Awards », Academy of Science Fiction, Fantasy & Horror Films. Consulté le 10 mars 2009.
  189. (en) Justin Kroll, « Art Directors Guild unveils nominees 'Button, ' 'Doubt, ' 'Torino' among contenders », publié le 9 janvier 2009, Variety. Consulté le 9 janvier 2009.
  190. a, b et c (en) Dade Hayes, « Broadcast critics favor 'Milk, ' 'Button' », publié le 9 décembre 2009, Variety. Consulté le 9 décembre 2009.
  191. (en) Greg Kilday, « Artios nominees unveiled », publié le 17 septembre 2009, Hollywood Reporter. Consulté le 18 septembre 2009.
  192. (en) Dan Lehman, « Casting Directors Feted at Artios Awards », publié le 3 novembre 2009, Back Stage. Consulté le 18 décembre 2009.
  193. (en) Andrew Stewart, « Costume designers unveil nominees », publié le 13 janvier 2009, Variety. Consulté le 16 janvier 2009.
  194. (en) « Winners of the 6th Annual Irish Film & Television Awards », Irish Film and Television Awards. Consulté le 14 mars 2009.
  195. a et b (en) Thomas Archie, « Slumdog' tops with London critics », publié le 18 décembre 2008, Variety. Consulté le 18 décembre 2008.
  196. (en) Dave McNary, « 'Doubt' leads SAG awards race », publié le 18 décembre 2008, Variety. Consulté le 18 décembre 2008.
  197. (fr+en) « Awards from Changeling », Internet Movie Database. Consulté le 2 mars 2010.
  198. (de) « Filmwereld bijeen voor Rembrandt Awards », publié le 9 mars 2009, Brabants Dagblad (Wegener NieuwsMedia). Consulté le 14 mars 2009.
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 20 avril 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.