L'Âge heureux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

J

L'Âge heureux

Titre original L'Âge heureux
Genre Feuilleton
Production Maintenon Films, Roger Van Mullem et Colette Fleury
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine ORTF
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 8
Durée 26 minutes
Diff. originale 12 février 1966

L'Âge heureux est un feuilleton télévisé français, en 8 épisodes de 26 minutes, réalisé par Philippe Agostini, créé par Odette Joyeux d'après son roman Côté jardin, Mémoires d'un rat écrit en 1951, diffusé à partir du 12 février 1966 sur la première chaîne de l'ORTF.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Épisode 1[modifier | modifier le code]

À l'école des petits rats de l'Opéra de Paris, le maître de ballet Ivan Barlof choisit pour le ballet "Galatée" Delphine Nadal en raison de son tempérament. À la place de Julie Alberti qui est pourtant la première de la classe et en éprouve de la jalousie.

Avec son amie Bernadette Morel, Delphine profite d'une porte ouverte sur les toits lors de travaux de peinture, pour se promener sur les toits de l'Opéra. En revenant, elles laissent tomber la clé de la porte dans un pot de peinture.

Plus tard, elles disent à leurs camarades qu'elles se sont promenées sur les toits et savent où est la clé. Elles leur donnent rendez-vous pour le soir.

Delphine rentre chez ses parents dans l'île Saint-Louis. Sa mère Thérèse qui est secrétaire est ravie que sa fille soit choisie pour un rôle. Thérèse qui est veuve depuis longtemps fréquente Frédéric un musicien de l'Opéra. Mais elle ne veut pas l'épouser à cause de sa fille.

Pendant le spectacle de la soirée, Delphine et ses amies réussissent à récupérer la clé et à sortir toutes ensemble sur les toits. Elles ne voient pas le temps passer et c'est l'une d'elles qui vient les chercher. Mais Delphine et son amie Bernadette sont en retard et par vengeance Julie les enferme sur le toit. Bernadette se blesse en cassant un carreau pour rentrer. Delphine va chercher le régisseur. Bernadette s'est cassé la jambe et est emmenée à l'hôpital.

Delphine est ramenée chez elle par Frédéric.

Épisode 2[modifier | modifier le code]

Le lendemain, Delphine retourne à l'Opéra très inquiète. La police est venue enquêter surtout pour établir la responsabilité de l'Opéra. Une enquêtrice interroge Delphine. La question est de savoir si les fillettes sont sorties sur le toit en fracturant une vitre, ou si elles ont trouvé la porte ouverte, ce que Delphine affirme. Pendant ce temps, Julie a remplacé Delphine dans les répétitions.

Frédéric sait ce qui s'est passé et pousse Delphine à dire la vérité à sa mère. Mais Delphine ne parle que de l'escapade de Bernadette qui a été opérée de sa fracture.

Épisode 3[modifier | modifier le code]

Le lendemain, Delphine intercepte le courrier annonçant qu'elle est renvoyée de l'Opéra. Elle part de chez elle sans savoir trop où aller.

L'inspectrice va voir Bernadette à l'hôpital, mais soutenue par ses parents elle ne dit rien de plus.

Delphine retourne à l'Opéra en demandant à ses amies de se dénoncer. Elles lui disent d'aller plutôt demander à Ivan Barlof d'intervenir. Et effectivement il accepte d'intervenir dans la journée. En attendant, Delphine erre sans but dans Paris.

C'est la mère de Frédéric qui la ramène à l'Opéra pour le spectacle du soir auquel elle aurait dû participer. Elle erre de nouveau dans Paris pendant le spectacle. Mais dans les loges, l'habilleuse trouve la clé de la porte dans les affaires de Delphine qu'un autre petit rat devait ranger pour lui permettre de l'emporter.

Épisode 4[modifier | modifier le code]

Du coup, certains petits rats se dénoncent comme étant montés sur le toit. Mais l'inspectrice veut savoir laquelle a enfermé les autres sur le toit. Elle fait prendre les empreintes de toutes en laissant entendre qu'on retrouvera les empreintes de la coupable sur la clé.

Julie s'éclipse pendant le spectacle pour aller chercher la clé dans les affaires de Delphine et la cacher ou la détruire, mais elle se fait surprendre et elle est bien obligée d'avouer.

Delphine est réintégrée. Mais, toujours dans les rues de Paris, elle l'ignore. Pendant ce temps, sa mère passe à l'Opéra et apprend à la fois son renvoi et sa réintégration. Avec Frédéric, ils rentrent chez eux mais ne trouvent pas Delphine. Ils la retrouvent sur les quais juste avant qu'elle ne fasse une bêtise.

Ils partent tous les trois pour l'Opéra où Delphine assure le spectacle du soir.

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Après le succès que connut ce feuilleton, une suite, intitulée L'Âge en fleur, fut tournée en 1975.
  • Ce feuilleton fait découvrir l'Opéra de Paris avec ses petits rats, la rigueur de la discipline, l'amitié et la jalousie. Mais c'est aussi un témoignage sur le Paris des années 1960 (les automobiles de l'époque, l'intérieur d'un appartement parisien, les autobus à plateforme et les receveurs qui compostaient les tickets, les poinçonneurs de tickets dans le métro, etc.).
  • Habitude du passé, les professeurs appellent les élèves par leur nom et non par leur prénom.
  • La série a intégralement été tournée en studio, faute de pouvoir installer la production à l’opéra de Paris. Philippe Agostini a expliqué ce choix dans l’émission Au-delà de l’écran du 6 mars 1966 : « On a un récit qui se déroule pendant quatre heures. Pour faire quatre heures de spectacle, qu’il soit à la télévision ou au cinéma, il faut beaucoup de temps et l’opéra de Paris est une administration qui fonctionne nuit et jour. Et pour réaliser la durée, nous avons mis 11 semaines. On ne pouvait pas priver l’opéra de son fonctionnement normal pour profiter de ces décors. » À la même époque, la production de Belphégor n’avait pas pu non plus filmer à l’intérieur du Louvre[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'âge heureux - L'Encyclopédie des Séries TV », sur Toutelatele.com (consulté le 26 avril 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]