Lóegaire Búadach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la mythologie celtique irlandaise, Lóegaire Búadach (Lóegaire le Victorieux) est un guerrier d’Ulster, compagnon et faire-valoir de Cúchulainn, dont il partage de nombreuses aventures. Il apparaît notamment dans Fled Bricrenn (Le Festin de Bricriu) et Aided Lóegairi Búadaig (La Mort violente de Lóegaire le Victorieux), deux récits du Cycle d'Ulster. Sa résidence est à Inber Seimne (dans l’actuel Comté d'Antrim).

Mythologie[modifier | modifier le code]

Dans l’épisode du festin de Bricriu, Cúchulainn, Conall Cernach et Lóegaire se disputent la « part du héros », chacun prétendant être le plus illustre et y avoir droit. Il revient au druide Sencha de mettre fin à la querelle en décrétant que le cuissot devait être partagé et que la question de savoir qui est le plus illustre guerrier serait arbitrée par Ailill, le roi du Connaught.

Sa fin est tragi-comique : le roi Conchobar Mac Nessa avait condamné son barde Aed Mac Ainine à être noyé, pris en flagrant délit d’adultère avec l’épouse du roi, Mugain (aussi appelée Ethne Aitenchaithrech). La sentence doit être réalisée dans un lac, près de chez Lóegaire. Le barde se défend, fait des incantations magiques aux eaux, ce qui attire l’attention du guerrier. Celui-ci se précipite hors de sa maison mais se cogne mortellement la tête au linteau de la porte. Il a néanmoins le temps de sauver la vie du barde et de tuer trente guerriers de l’armée de Conchobar.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot,‎ février 1993, 169 p. (ISBN 2-228-88621-1)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux PUF. Paul-Marie Duval distingue la mythologie gauloise celtique du syncrétisme dû à la civilisation gallo-romaine.
  • Albert Grenier, Les Gaulois, Paris, Petite bibliothèque Payot,‎ août 1994, 365 p. (ISBN 2-228-88838-9)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Albert Grenier précise l’origine indo-européenne, décrit leur organisation sociale, leur culture et leur religion en faisant le lien avec les Celtes insulaires.
  • Christian-J. Guyonvarc'h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997 (ISBN 2-228-89112-6).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux :
    • Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9) ;
    • La Civilisation celtique, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990 (ISBN 2-7373-0297-8) ;
    • Les Fêtes celtiques, Rennes, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire »,‎ avril 1995, 216 p. (ISBN 9782737313158)
      Ouvrage consacré aux quatre grandes fêtes religieuses : Samain, Imbolc, Beltaine, Lugnasad.
  • Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, Yoran embanner, Fouesnant, 2007 (ISBN 9782914855372).
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000 (ISBN 2-7028-6261-6).
  • Claude Sterckx, Mythologie du monde celte, Paris, Marabout,‎ octobre 2009, 470 p. (ISBN 978-2-501-05410-2).
  • Consulter aussi la bibliographie sur la mythologie celtique et la bibliographie sur la civilisation celtique.