Léopold Simoneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Léopold Simoneau

Naissance 3 mai 1916
Saint-Flavien de Lotbinière
Drapeau : Québec Québec
Décès 24 août 2006 (à 90 ans)
Victoria
Drapeau de la Colombie-Britannique Colombie-Britannique
Activité principale Artiste lyrique
Ténor
Années d'activité 1941 - 1970 (chant)
Maîtres Émile Larochelle
Salvator Issaurel
Paul Althouse
Conjoint Pierrette Alarie

Léopold Simoneau (3 mai 1916 à Saint-Flavien de Lotbinière, Québec - 24 août 2006, à Victoria, Colombie-Britannique) est un ténor québécois considéré comme l'un des meilleurs interprètes, au XXe siècle, des opéras de Mozart[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu modeste, il apprend son métier de chanteur à partir de 1939[2], auprès d'Émile Larochelle puis à Montréal, en étudiant chez Salvator Issaurel. C'est là qu'il rencontre la chanteuse québécoise Pierrette Alarie, qu'il épouse en 1946. Il fait ses premiers pas sur scènes en 1941 en incarnant le personnage de Hadji dans Lakmé. En 1943, c'est son Don Curzo dans Les Noces de Figaro qui lui permet d'incarner son premier personnage dans un opéra de Mozart[2]. Il gagne le prix Archambault en 1944, puis va étudier à New York, chez Paul Althouse.

En 1949, il fait une apparition remarquée à l'Opéra-Comique de Paris dans le Mireille de Gounod[2]. C'est dans les années 1950 qu'il connaît ses premiers succès, se faisant une réputation dans le répertoire mozartien. Il sera dirigé par les plus grands chefs d'orchestre, dont Herbert von Karajan, Igor Stravinski (pour Œdipus Rex, avec Jean Cocteau à la narration, en 1952 lors du Festival du XXe siècle[2]) et Karl Böhm, en plus d'accompagner Maria Callas, Glenn Gould et Joan Sutherland[2]. Son incarnation de Ferrando dans Cosi fan tutte, sous la direction de Karajan (à la tête du Philharmonia), avec notamment Elisabeth Schwarzkopf en Fiordiligi, est légendaire. Sa participation à Don Giovanni avec Karajan à La Scala de Milan est aussi remarquée[2]. L'air Un'aura amorosa de Così fan tutte offre une interprétation exemplaire, qui le confirme de façon définitive comme un ténor idéal du répertoire mozartien. Il obtient avec sa femme en 1959 la première édition du Prix Calixa-Lavallée, puis le Grand Prix du disque de l'Académie Charles-Cros.

Après New York et l'Europe, il commence à enseigner au conservatoire de musique de Québec en 1963. En 1969, il renonce à sa carrière de chanteur pour se consacrer à la promotion du chant après avoir, entre autres, interprété Don Ottavio de Don Giovanni à 185 reprises[2]. Il occupe à partir de 1967 un poste au ministère de la Culture du Québec[2]. En 1971, il produit un rapport qui dénonce les carences en chant classique au Québec. Ce rapport conduira à la fondation cette même année de l'Opéra de Québec. C'est aussi en 1971 qu'il est fait officier de l'Ordre du Canada. Peu après, en 1972[2], avec sa femme et ses deux filles, Isabelle et Chantal, il déménage en Californie pour enseigner au conservatoire de musique de San Francisco. De retour au Canada, il s'installe à Banff, dans les Rocheuses. Puis, ce sera Victoria en 1982[2]. Il y fonde et dirige de 1982 à 1988, avec son épouse, le programme Canada Opera Piccola pour les jeunes chanteurs. En 1988, Renée Maheu publie un livre sur ces jeunes chanteurs et sur le ténor. Il est fait officier de l'Ordre des arts et des lettres de France en 1990. En 1995, il obtient le titre de Compagnon de l'Ordre du Canada, puis celui d'officier de l'Ordre du Québec, deux ans plus tard.

Léopold Simoneau a lui-même écrit L'Art du bel canto (paru en 2004 aux Éditions du Boréal), leçon de style et de chant pour les jeunes chanteurs.

Il a chanté pour la dernière fois en public le 24 novembre 1970, à l'ancien Forum de Montréal (dans Le Messie de Handel). Il meurt le 24 août 2006, à Victoria, à l'âge de 90 ans, des suites du diabète.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Opéra : Léopold Simoneau n'est plus, sur Radio-Canada [lire en ligne (page consultée le 13 juillet 2011)]
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Presse canadienne, Le ténor Léopold Simoneau s'éteint, Journal Le Soleil (Québec), 27 août 2006, p. 11.

Liens externes[modifier | modifier le code]