Léon Sazie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Léon Sazie

Alias
Jack Anthony, Captain Hidden, Max Marc Hidden, Noël de Saize, Joë Traveller
Naissance 15 octobre 1862
Oran, Drapeau de la France Algérie française
Décès 16 janvier 1939 (à 76 ans)
Suresnes, Hauts-de-Seine,
Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • La série Zigomar

Léon Sazie, né le 15 octobre 1862 à Oran, en Algérie, et mort le 16 janvier 1939 à Suresnes, est un écrivain français célèbre dans la première moitié des années 1910 pour son personnage de Zigomar, le roi du crime à la cagoule rouge qui dirige la bande des « Z ».

Carrière[modifier | modifier le code]

Né en Afrique du Nord, il fait ses études à Orthez, puis devient chroniqueur pour Le Journal, La Liberté et le mensuel Je sais tout. Socialiste et dreyfusard, il est un « brillant escrimeur [et se bat] plusieurs fois en duel »[1]. Il est d'ailleurs réputé pour avoir inventé la pointe d'arrêt à trois branches, innovation qui permet d'éviter les accidents dans cette discipline.

Il tente sa chance dans une carrière au théâtre et signe plusieurs pièces : Un gendre au cassoulet (1892), Bisbis de ménage (1893), Jacques l'honneur (1894). N'obtenant guère de succès, il se tourne vers le roman-feuilleton où il donne d'abord des intrigues criminelles, mais également des romans sentimentaux et des récits d'aventures. Il mêle souvent le genre policier aux romans d'aventures et d'espionnage.

En 1908, il amorce les aventures de Martin Numa, surnommé le « le roi des policier »[1] dans les colonnes du journal L'Œil de la police. L'année suivante, il crée Zigomar qui, à l'inverse de Martin Numa, est le roi du crime. Cet anti-héros, qui incarne le Mal et vend même ses services aux Allemands, fait la renommée de Léon Sazie[2]. Héros d'un feuilleton de 164 épisodes publiés dans le journal Le Matin, Zigomar a droit en 1913 à une réédition de ses aventures, sous forme de fascicules, chez l'éditeur Ferenczi. La popularité du personnage est telle que son effigie figure à l'époque sur des paquets de pain d'épices, des pipes ou des boîtes d'allumettes vendus dans les fêtes foraines. En 1916, Sazie écrit pour son héros fétiche une nouvelle aventure, Zigomar au service de l'Allemagne, avant de donner Zigomar contre Zigomar en 1924 et de clore le cycle avec une série de nouvelles recueillies dans Un nouveau coup de Zigomar en 1939.

Œuvre (liste partielle)[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Série Martin Numa[modifier | modifier le code]

  • Martin Numa, roi des détectives (1907)
  • Le Pouce fatal (1907), réédité sous le titre Le Pouce fatal
  • La Belle Dangereuse (1928)
  • Le Double mort (1931)
  • L'Homme aux ongles bleus (1931)
  • Les Tueurs de mannequins (1931)
  • Les Ombres qui tuent (1931)
  • La Peau du tatoué (1931)
  • La Belle Vampire (1931)
  • Le Silence rouge (1931)
  • Les Bourreaux invisibles (1931)
  • La Chanteuse aux poignards (1931)
  • Le Domino fatal (1931)

Série Zigomar[modifier | modifier le code]

  • Zigomar (1910), réédité sous le titre Riri la jolie
  • La Femme rouse (1910), réédité sous le titre My Darling
  • Peau d'anguille (1912)
  • Zigomar au service de l'Allemagne (1916)
  • Zigomar contre Zigomar (1924)

Autres romans[modifier | modifier le code]

  • Jacques L'Honneur (1895), version romancée de la pièce éponyme
  • Chérie et maudite (1897)
  • Larmes d'or et Gâteau de plomb (1898)
  • Le Bouton de gant (1912)
  • Baiser de femme (1912)
  • Mirobal (1914)
  • Un double amour (1914)
  • Bochemar (1916)
  • Tréflar (1919)
  • Le Secret du yacht blanc (1921), réédité sous le titre Le Yacht blanc
  • La Dévorante (1923)
  • Mensonges de femme (1924)
  • Enfants de Paris : roman d'amour (1925)
  • La Voleuse de bonheur (1925)
  • La Danseuse errante (1925)
  • Le Martyre de Lucienne (1926)
  • À force d'aimer (1926)
  • Vincenza (1926)
  • La Joie douloureuse (1927)
  • La Martyre blonde (1927)
  • L'amour fait souffrir (1927)
  • Mon cœur est à toi (1927)
  • La Conquête d'une âme (1927)
  • L'Aurore du bonheur (1927)
  • La Reine des ranchs (1927)
  • J'ai payé son cœur ! (1929)
  • Dick-le-Diable, la terreur de l'Arizona (1930)
  • La Gitane amoureuse (1930)
  • La Femme trompée (1931)
  • Les Bourreaux invisibles (1931)
  • Les Larmes de la vie (1931)
  • La Péniche du Danube (1931)
  • Cigarol, l'homme qui dort (1933)
  • Mady Bijou (1935)
  • La Malle en peau de chèvre (1937)
  • Vincente l'amoureuse (1937)
  • Secret de femme (1938)
  • L'Amour de la gamine (1942), publication posthume

Recueil de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Un nouveau coup de Zigomar (1939), recueil regroupant toutes les nouvelles parues dans la presse en 1938 (voir ci-dessous).

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Série Zigomar[modifier | modifier le code]

  • Le « Z » au menton (1938)
  • Les Corps inattendus (1938)
  • Livré au fauve (1938)
  • Les Pipes en or (1938)
  • Le Volcan fantaisiste (1938)
  • Les Tueurs d'ombre (1938)
  • Le Pendu sans figure (1938)
  • Le Train gazé (1938)

Autre nouvelle[modifier | modifier le code]

  • La Patte de lapin (1913)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Un gendre au cassoulet (1892), comédie en 1 acte
  • La Sonate en mi (1893), comédie en 1 acte
  • Bisbis de ménage (1893), comédie en 1 acte
  • Jacques l'Honneur (1894), drame en 5 actes
  • Madame Agathe (1910), pièce en un acte

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Claude Mesplède, Dictionnaire des littératures policières, vol. 2, p. 728.
  2. Le personnage est porté à l'écran entre 1910 et 1913 dans des moyens métrages réalisés par Victorin Jasset dont Zigomar, roi des voleurs, Zigomar contre Nick Carter

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]