Léon Dehon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Léon Dehon en 1920.

Léon Dehon, né à La Capelle (Aisne) le 14 mars 1843 et mort à Bruxelles le 12 août 1925[1], est un prêtre catholique français. Chanoine social, il est le fondateur de la Congrégation des prêtres du Sacré-cœur de Jésus.

Biographie[modifier | modifier le code]

À 12 ans, il quitte La Capelle pour le collège d'Hazebrouck dirigé par Jacques Dehaene, puis poursuit ses études d’Humanités à Paris. Déjà docteur en Droit Civil à 21 ans, il ajoute, à Rome, un doctorat en philosophie, en théologie et en Droit canon.

Il est ordonné prêtre à Saint-Jean de Latran le 19 décembre 1868 et célèbre sa première messe à Rome en présence de ses parents[2]. Il célèbre la messe à La Capelle pour la première fois le 19 juillet 1869.

Sur décision de l'évêque de Soissons, le Père Dehon fut nommé septième vicaire à la basilique de Saint Quentin (1871). Après plusieurs œuvres d'apostolat, il fonda le Collège Saint-Jean en 1876 à Saint-Quentin, et la Congrégation des « Prêtres du Sacré-cœur » en 1878.

Léon Dehon, à travers son action et ses propres écrits, a joué un rôle très important dans l'interprétation et la diffusion de la doctrine sociale de l'Église, dans la foulée de l'encyclique Rerum novarum du pape Léon XIII.

Dans l'église Saint-Martin, qu'il a commencé à construire à Saint-Quentin, se trouve la tombe du « Vénérable » Père Dehon, décédé à Bruxelles à 12 h 10 le 12 août 1925 à l’âge de 82 ans. Il avait d’abord été enterré dans la tombe des Prêtres du Sacré-Cœur au cimetière de Saint-Quentin, mais a été ré-inhumé dans l’église Saint-Martin dont il avait posé la première pierre.

Le Père Jean Dehon a également posé la première pierre de l’église du Christ Roi à Rome en 1920.

Contribution[modifier | modifier le code]

Léon Dehon a contribué par ses écrits à la spiritualité du Sacré-Cœur et à l'étude des questions sociales dans l'Église catholique romaine. Il a organisé des œuvres sociales à Saint-Quentin (patronage Saint-Joseph, collège Saint-Jean) et fondé la congrégation des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus [SCJ] de Saint-Quentin, dans l'esprit de l'Évangile et l'esprit d'amour de réparation hérité de Ste Marguerite-Marie Alacoque. La Congrégation a rapidement essaimé en Europe et dans les pays de mission.

Béatification[modifier | modifier le code]

« On cherche des saints. En voici un qui est en train de naître... » dit de lui le pape Pie X en 1906[3].

Le 25 mars 1997, le Pape Jean-Paul II émit le « Décret sur les Vertus Héroïques du Serviteur de Dieu le Vénérable Père Jean Léon Dehon ».

En 2005, peu après son élection, Benoît XVI décida de reporter la béatification du Père Léon Dehon suite à des reproches d'antisémitisme diffusés sur des sites internet. Dans "Catholicisme social et question juive - Le cas Léon Dehon (1843-1925)", divers universitaires démontrent que ces attaques ne sont nullement fondées.

Publications du Père Léon Dehon[modifier | modifier le code]

Voir : www.dehondocs.it

Littérature sur le P. Dehon[modifier | modifier le code]

  • P. Yves Ledure, Le Père Léon Dehon (1843-1925) - Entre mystique et catholicisme social; Paris (éd. du Cerf), 2005; 230 p.; ISBN 2-204-07737-2
  • P. Yves Ledure (sous la direction de), Catholicisme social et question juive - Le cas Léon Dehon (1843-1925); Paris (Lethielleux & DBB), 2009.
  • R. Prélot, L'oeuvre sociale du chanoine Dehon; Paris (éd. Spes), 1936.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus, « Biographie », sur leondehon.org (consulté le 27 novembre 2009)
  2. (fr) « Biographie », sur vatican.va (consulté le 27 novembre 2009)
  3. (fr) « Le père Dehon va être béatifié », La Voix du Nord, 21 juillet 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]